español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

AMAR en France, IDACO au Brésil, s’associent pour défendre la petite production et promouvoir la reconnaissance des petits agriculteurs brésiliens - 2

Moyens et réalisations

Martine HERVE

12 / 1996

L’expérience menée en coordination par AMAR (Acteurs du Monde Agricole et Rural)et IDACO (Institut de Développement Agricole et d’Action Communautaire)en milieu rural dans l’Etat de Rio, au Brésil, vise à valoriser la petite agriculture, à montrer qu’elle peut être viable et que la réforme agraire peut s’appuyer sur elle. En mettant en place des échanges internationaux France-Brésil fondés sur des actions de développement local, dont les principaux acteurs sont les petits producteurs, ceux-ci veulent promouvoir la reconnaissance des petits agriculteurs, comme citoyens à part entière.

Pour concrétiser les ambitions du projet de développement de l’agriculture vivrière dans l’Etat de Rio, AMAR et IDACO ont à leur disposition des moyens humains et financiers.

Moyens diponibles : Les formateurs d’IDACO se déplacent auprès des petits paysans, accompagnent a posteriori les séminaires dans leurs applications pratiques. Ils ont un rôle de conseil et d’écoute, en vue par exemple de la mise en place des projets de réalisation concrète des chantiers.

AMAR repose essentiellement sur le bénévolat; elle peut compter sur un groupe de sympathisants lors de la venue des Brésiliens en France. Elle est aidée depuis peu par un objecteur de conscience qui peut entre autre animer de façon avertie et réfléchie des séances d’éducation au développement dans les écoles.

AMAR sollicite annuellement divers bailleurs de fonds, notamment le Ministère de l’Agriculture (et sa ligne de crédit LANDA), l’institut Belleville, ainsi que des subventions locales. Elle s’adresse également aux comités d’entreprise et possède des ressources propres constituées principalement par des adhésions.

Par ailleurs, les jeunes Français qui souhaitent participer à un chantier doivent, pour alléger les frais de déplacement, monter eux-mêmes des dossiers de subventions et défendre leur projet, selon une démarche participative.

Actions

  • Chantiers de jeunes : Depuis 1988, AMAR et IDACO ont organisé neuf chantiers de jeunes Français dans le milieu rural de l’Etat de Rio. L’activité de ces chantiers est choisie par les petits agriculteurs, qui expriment leurs besoins et ont recours à l’appui technique des responsables d’IDACO pour les formaliser.

Les réalisations concrètes des chantiers touchent la production (ex : construction d’une éolienne ; d’une serre pour la production de salade), la transformation (rénovation d’un local pour réaliser de la gelée de goyave), l’organisation (rénovation d’un local accueillant le siège de l’association des petits producteurs)ou encore l’environnement (reforestation des zones de la forêt atlantique avec des espèces natives). Ces chantiers s’inscrivent dans un programme plus général de renforcement de l’agriculture. Par exemple, la construction de la serre était accompagnée d’une initiation à la production de plants et d’une réflexion sur les circuits de distribution.

L’échelle micro de ces chantiers est à relier à d’autres chantiers. En créant un réseau entre agriculteurs, on dépasse l’échelle locale pour aboutir à l’organisation des producteurs. Un exemple probant de réussite nous est fourni par la création d’une fédération d’associations de producteurs, reconnue par les instances dirigeantes de la CEASA (marché de gros de Rio), qui a obtenu un espace de vente directe au marché de gros de Rio.

  • Soutien aux formations et séminaires d’IDACO : Depuis 1988, IDACO organise des formations au bénéfice des petits agriculteurs sous forme de séminaires dans des zones proches de ces derniers. Les thèmes abordés sont divers :

  • formations techniques des producteurs agricoles,

  • formation à la transformation (conservation des fruits),

  • formation du citoyen (éducation civique, alphabétisation, rencontres ville-campagne, communication)

  • formation à la commercialisation (organisation de marchés, logistique; maintenance des véhicules de transport)

Par le brassage qu’elles engendrent entre associations et producteurs, ces formations sont le ferment d’initiatives collective qui transcendent l’échelle micro.

  • Chantiers Brésil-France : Dans un souci de réciprocité, AMAR et IDACO souhaitaient que des partenaires brésiliens puissent venir en France observer et partager leurs expériences avec leurs collègues français. Depuis 1990, quatre voyages ont eu lieu sur le principe de la mixité des groupes, avec des universitaires, des agriculteurs et des agents de développement, ce qui favorise la communication entre Brésiliens. Le programme contient une partie commune de découverte ou d’approfondissement de l’agriculture française et d’une partie spécifique en fonction des professions.

  • Education au développement : Afin de diffuser son expérience ainsi que celles des partenaires brésiliens en direction du grand public en France, AMAR a mis l’accent sur les scolaires et aussi sur l’université de Rennes II qui a organisé des conférences.

Dernièrement, AMAR a accueilli l’exposition " Criancas no campo " sur le travail des enfants dans les campagnes brésiliennes, créées par l’université fédérale de Rio et IDACO et soutenue par UNICEF-Brésil. L’objecteur de conscience l’a diffusée dans les écoles de la région vers des enfants du CM1 à la fin du collège. Pour le moment, 1000 enfants l’ont découverte.

  • Etudes et recherches : AMAR attribue quelques bourses pour la réalisation de travaux d’études et de recherche universitaires. Cela lui permet de prendre du recul et d’avoir un avis extérieur sur ses actions ainsi que sur celles d’IDACO.

Mots-clés

développement local, agriculture paysanne, petit producteur, éducation au développement, agriculture familiale


, Brésil, France

Commentaire

Ayant réussi à mettre en place depuis dix ans, des relations de partenariat et de réciprocité, ainsi que des actions réfléchies ayant trait à l’organisation de petits producteurs, AMAR et IDACO souhaitent continuer leurs actions dans cette ligne. L’impact en France par l’éducation au développement et au Brésil par la promotion des petits agriculteurs est amorcé, mais il reste encore beaucoup à faire, et leur tâche n’est pas terminée.

Notes

AMAR=Acteurs du Monde Agricole et Rural, 10 chemin de la Métairie - 35740 Pacé. Tel 02.99.60.25.09. Fax 02.99.60.25.09

Entretien avec MARECHAL, Gilles

Source

Entretien ; Document interne

//

CEDAL FRANCE (Centre d’Etude du Développement en Amérique Latine) - France - cedal (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales