español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Comment une collectivité locale française peut s’engager dans des actions d’éducation à la citoyenneté

Le jumelage coopération Fougères Somoto

Martine HERVE

12 / 1997

Depuis 1986, Fougères, ville d’Ile-et-Vilaine et Somoto, ville nicaraguayenne de 20 000 habitants située à 20 kilomètres de la frontière du Honduras ont contractualisé leurs relations dans le cadre d’un jumelage-coopération. Ces deux villes qu’à priori rien ne rapprochait sont entrées en contact à la suite de l’intervention d’une association : l’ASPAL (Association de Solidarité avec les Peuples d’Amérique Latine), possédant une antenne à Fougères. Un membre de l’ASPAL a en effet relayé la demande de la municipalité de Somoto de se jumeler avec une ville française. Fougères a donné une réponse positive, tout en ayant conscience que ce jumelage ne serait pas neutre politiquement. Prendre le parti d’échanger avec une municipalité d’un pays où l’expérience sandiniste battait son plein et subissait le blocus américain dénotait un certain engagement de la municipalité française. Dès le départ, deux dimensions ont caractérisé ce jumelage : d’une part, une relation de fraternité, d’échange de population à population; d’autre part, une dimension de solidarité.

L’échange de peuple à peuple, à la différence d’autres jumelages-coopérations, est au coeur des relations entre Fougères et Somoto. Les élus fougerais ont tenu, dès le début de ces relations en 1986, à leur donner une dimension d’échanges humains et de les placer sous le signe de la connaissance, de la reconnaissance de l’autre. Se faire l’écho, connaître et comprendre la situation des Nicaraguayens et par là-même des Pays du Sud, est un de leurs soucis majeurs.

Dans un esprit de réciprocité, ces échanges se sont construits dans les deux sens et concernaient diverses strates de la société (jeunes, artistes, paysans, élus).

Cette forte préoccupation des Fougerais de s’ouvrir à d’autres cultures s’est élargie et a donné naissance en 1995 à un grand projet de citoyenneté, véritable défi dans la politique sociale et culturelle de cette petite ville.Ce projet s’appelle "Terre et Paix". Il a pour objectif de forger la conscience citoyenne des enfants et des jeunes en tant qu’acteurs du futur, et de leur apprendre à vivre et à construire ensemble en dépit des différences et des différends.

Pourquoi ce nom ?

  • "Terre", car elle est à découvrir, à connaître et à protéger !

  • "Paix", car elle est à construire par une éducation au respect de l’autre et à la reconnaissance de la différence, une éducation à la tolérance et à la solidarité.

L’ enjeu est de rendre les acteurs du futur, citoyens de leur ville et citoyens du monde, afin de faire émerger une culture de paix et d’inventer cette Terre de Paix ! Elaborer un tel projet, que certains pourraient qualifier d’utopique, n’est pas une mince affaire pour une collectivité locale. Pour cela, la ville de Fougères a adopté comme fil conducteur l’éducation artistique.

Ce projet, visant les enfants et les jeunes, se déroule tout naturellement au mois de Mai, mois de l’enfance ; ou plus exactement l’aspect visible de Terre et Paix, car les manifestations sont en réalité préparées tout au long de l’année avec les différents partenaires et les enfants. Ses partenaires sont les enseignants, les familles, les associations et les professionnels, c’est-à-dire toutes les personnes ayant une responsabilité éducative. Il est en effet indispensable de les englober car ce sont eux qui forment les enfants.

Au programme, trois grandes orientations :

  • L’éducation et la formation : des stages sont organisés pour les responsables éducatifs. Des rencontres débats sur les réflexions pour une éducation en faveur de la Paix et des Droits de l’Homme sont ouverts au grand public.

  • L’expression et la création artistique.

  • La création, pensée comme un outil pour introduire une démarche de rencontre et de découverte d’autres cultures, langages, arts, comme par exemple une ouverture sur l’art africain.

Les créations des jeunes, présentées au mois de mai, concernent les 5-18 ans et abordent les domaines de la musique, du théâtre, de la sculpture, de la danse... Les jeunes ont une démarche active et ont l’occasion de créer avec d’autres pour inventer une culture de Paix. Par exemple, une pièce de théâtre écrite par des jeunes de Sarajevo et interprétée par des jeunes Fougerais, a présentée au centre culturel; ou encore une chorégraphie entre Cambodgiens et Fougerais.

  • L’oeuvre à la vie : projet de réalisation d’une oeuvre pour l’an 2000 présentée dans la ville comme point de rencontre entre les enfants et les adultes de France et d’ailleurs.

  • Les échanges interculturels et l’accueil des jeunes : dans le cadre de ses politiques de coopération avec le Nicaragua et aussi le Burkina Faso et la Bosnie, la ville de Fougères invite des enfants de ces pays à participer à ce mois de Mai. Les familles fougeraises accueillent également des jeunes allemands et anglais des villes jumelles, pour vivre ensemble, tisser des liens et créer une solidarité et un respect mutuel de part et d’autre. De nombreux artistes (peintres, photographes, cinéastes ...)de tous les continents sont également invités à présenter leurs oeuvres. Une large part est faite aux artistes nicaraguayens et burkinabés. Toutes ces manifestations et représentations se font dans des lieux divers : bibliothèque municipale, écoles, centre culturel, mais aussi dans des galeries commerciales. Elles sont ouvertes au grand public et rencontrent un large succès.

Mots-clés

coopération décentralisée, éducation à la citoyenneté, partenariat


, France, Nicaragua, Fougères, Somoto

Commentaire

Terre et Paix est une bonne illustration de la possible implication d’une collectivité locale dans une action citoyenne dans le cadre d’un projet culturel. Cela peut donner des idées à d’autres villes, notamment celles participant aux réseaux des villes éducatives "échanges et citoyenneté".

Notes

Contact : ASPAL=association de solidarité avec les peuples d’Amérique latine- Programme "Terre et Paix", 68 rue de la Boëme - 16440 Mouthier sur Boëme. Tel 05.45.67.88.47. Fax 05.45.67.81.29

Marie Pierre Rouger est adjointe au maire de Fougère.

Entretien avec ROUGER, Marie Pierre

Source

Entretien

//

CEDAL FRANCE (Centre d’Etude du Développement en Amérique Latine) - France - cedal (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales