español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Beauvais : la mairie souhaite faire de sa ville un modèle en matière de lutte contre l’insécurité

Ina RANSON

02 / 1999

Beauvais, ville de presque 60 0000 habitants, située dans la troisième couronne de Paris, est confrontée à une nette progression de la délinquance. Depuis 1993, celle-ci a augmenté de 36%. Un tiers des délits est le fait de mineurs. Après des années d’hésitations, l’ensemble des pouvoirs publics, élus, magistrats, policiers, enseignants et éducateurs, ont développé une réflexion commune et mis en place de nombreuses expériences innovantes. Le contrat local de sécurité (C.L.S.)créé en octobre 1997, a permis de donner un cadre adapté aux initiatives en cours. Les différents partenaires se sont engagés à travailler en étroite collaboration et à réévaluer périodiquement leurs actions.

La réflexion menée par l’ensemble des partenaires s’est faite sur la base d’un diagnostic réalisé par l’Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure (IHESI)sur l’état de l’insécurité dans la commune. A partir de ce document remis en avril 1998, le Comité de Pilotage du CLS a constitué quatre groupes partenariaux qui se sont réunis régulièrement pour travailler sur chacun des thèmes. L’engagement citoyen et l’implication personnelle des partenaires qui ont collaboré à la rédaction du Contrat Local de Sécurité ont facilité la définition d’objectifs communs et favorisé la prise de conscience de l’intérêt d’un partenariat de tous les jours.

La confrontation de démarches différentes, ainsi que le souci permanent de communiquer et d’échanger les informations, s’est traduit par l’élaboration d’un projet global dont les grandes orientations sont :

- de donner une large place à la prévention de la délinquance et plus particulièrement à celle des mineurs ;

- de développer des actions de proximité et implanter au sein des quartiers d’habitat social, des permanences, des lieux d’accueil, d’information, d’orientation et de prise en charge des personnes les plus démunies ;

- de développer des instances de médiation et de susciter l’implication des organismes sociaux, des associations de quartier mais aussi et surtout celle des habitants (cf création de Groupes Locaux de Prévention et de Traitement des Incivilités).

La concrétisation opérationnelle de ces objectifs prend la forme de 51 fiches d’actions dont la mise en oeuvre est programmée sur les deux prochaines années.

La Mission Préventive de la Délinquance de la Ville de Beauvais a été réorganisée en Service Prévention/Sécurité.

Depuis janvier 1999, un périodique trimestriel du C.L.S. informant sur les problèmes de sécurité est diffusé à l’ensemble de la population.

Des actions innovantes

Parmi les 51 actions destinées à "réduire l’insécurité et son corollaire, le sentiment d’insécurité", de nouvelles expériences s’ajoutent à celles déjà initiées. Les fiches d’actions indiquent de façon détaillée, les objectifs visés, les responsables, les plans de financement, le calendrier etc...

A titre d’exemple, nous citons ici plus brièvement :

- de nombreuses actions d’éducation à la citoyenneté qui s’adressent aux enfants, en particulier dans les institutions scolaires,

- des actions adressées aux membres des équipes éducatives, parmi lesquelles des formations d’enseignants puis d’élèves volontaires à la médiation.

- Aller à la rencontre des jeunes usagers de drogue : développer les contacts dans la rue, dans les cafés, avec les gardiens d’immeubles...organiser des actions spécifiques (création de deux emplois-jeunes).

- Le raccompagnement des mineurs trouvés tard le soir loin de chez eux : ils sont amenés au commissariat où leurs parents sont tenus de venir les chercher. Le "raccompagnement des mineurs en danger physique et moral" n’a d’autre but que leur protection ; il n’est jamais mis en oeuvre dans un but répressif.

- La constitution sur Beauvais d’un réseau de structures diversifiées, ayant pour objectif la réinsertion dans le réseau scolaire d’adolescents en voie de rupture. Placés pour une certaine période (6 à 12 semaines)dans ces "dispositifs relais", ces jeunes bénéficieront d’un encadrement renforcé et d’une pédagogie centrée sur la notion de projet personnel. Leur réintrégration dans leur établissement d’origine ou dans leur établissement d’accueil sera prononcée au vu de l’évolution de leur comportement.

- L’Ecole de la nouvelle chance : il s’agit d’accueillir les mineurs les plus durs, à l’écart de la ville, et de les réinsérer socialement, dans une prise en charge de 24 heures sur 24. L’encadrement pédagogique sera assuré par l’éducation nationale (deux professeurs des écoles spécialisées)et l’encadrement éducatif sera assuré par des éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse. Le conseil général et les ministères concernés ont donné leur accord à ce projet original. L’ouverture de l’Ecole de la nouvelle chance sur le département est prévue pour l’an 2000.

- L’action "Qui casse, répare" : Les mesures de réparation pénale signifient qu’aucun acte de délinquance commis par un mineur ne doit rester sans réponse. Il s’agit de proposer au mineur, avec l’accord de la victime, un travail en faveur de celle-ci ou de la collectivité. Cette mesure s’inscrit dans un cadre éducatif. La mairie de Beauvais est partie prenante, en accueillant au sein de ses services techniques des jeunes auteurs d’infractions. Pour assurer le suivi des mineurs, la Ville a créé un emploi-jeune.

- La formation d’Agents de Prévention-Sécurité, en collaboration avec le Centre de Secours de Beauvais qui a une expérience reconnue de prise en charge-formation de jeunes en difficulté. Il s’agit, par l’apprentissage d’un mérier de sécurité, domaine dans lequel la demande est importante, de favoriser la restructuration de jeunes en difficulté. Un emploi-jeune, cofinancé par la Ville et l’Etat, a été recruté pour assurer l’encadrement des stagiaires. Par ailleurs, une supervision de l’action sera proposée par un psychosociologue.

- Le recrutement d’une équipe de 12 médiateurs urbains, en priorité issus des quartiers difficiles. Ils se verront confier 1. la médiation sociale, consistant à jouer un rôle actif auprès de l’ensemble de la population jeune et adulte du quartier, à travers une présence visible et une activité permanente d’écoute et de dialogue, 2. le répérage des dysfonctionnements, 3. la participation à la recherche de réponses adaptées, en lien avec les partenariats du quartier. La formation de ces agents leur apportera une véritable professionalisation, à travers la préparation d’un diplôme qualifiant reconnu.

- La poursuite du dispositif expérimental de cohésion sociale mené sur un micro-quartier par trois bailleurs sociaux. L’agent de cohésion sociale recruté par trois S.A. de HLM a pour mission d’assurer l’interface entre les locataires, l’interface entre les locataires et les bailleurs et la liaison entre les habitants et les associations de quartier.

Mots-clés

développement durable, insécurité, médiation, éducation à la citoyenneté


, France, Beauvais

dossier

Villes et développement durable : des expériences à échanger

Notes

Contact : Robert Rice, Anne Morin-Pellet, Insertion Sociale/Prévention de la Délinquance, Mairie de Beauvais, Bât. Malherbe, BP 330, 60000 Beauvais, Tél 03 44 79 40 84, Fax : 03 44 79 40 73.

Source

Document interne

Mission Prévention de la délinquance, Beauvais, Contrat Local de Sécurité, 1998/06/17 (France); *<PRIEUR, Cécile>, in Le Monde, 28/01/99, p.10; * Trim. d'information n°1, janvier 99, Mairie de Beauvais

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales