español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Niger : les femmes ont fait reculer le désert

L’argent de l’aide et l’énergie des femmes

Denise WILLIAMS

02 / 1999

A Kéita, un village nigérien à 600 km de Niamey, plus de 25 000 ha ont été "récupérés" sur des terres réputées stériles, abandonnées depuis près d’un demi-siècle et mis en exploitation. 16 millions d’arbres ont été plantés en quinze ans. Le paysage s’est transformé et la vie des populations aussi. Ce résultat spectaculaire a été obtenu dans le cadre d’un des très nombreux projets de lutte contre la désertification et pour le développement menés au Sahel dans les années quatre vingt, après la grande sécheresse. Dans leur immense majorité, ces projets ont coûté beaucoup d’argent pour des résultats insignifiants. La réussite du Programme de Développement Rural Intégré (PDRI)de Kéita fait donc figure d’exception. Financé à 88 % par l’Italie, et exécuté par la FAO, il aura injecté dans l’opération 30 milliards de Francs cfa entre 1984 et 2000.

Le PDRI avait pour principaux objectifs d’améliorer la sécurité alimentaire des villageois en restaurant les ressources en eau et en sol, et d’élever leur niveau de vie pour limiter l’exode rural. Avant le projet les sols dégradés ne produisaient pas plus de 200 kg de mil à l’hectare. En raison de l’insuffisance des rendements et de l’augmentation démographique, plus de la moitié des hommes, quittaient chaque année la région abandonnant femmes, enfants et vieillards. Un exode aggravé par les famines comme celle de 1984, qui décima le cheptel, contraignant des familles entières à quitter définitivement cette zone. Ce fut paradoxalement la chance de Kéita.

Dès le démarrage du projet, les femmes se réunissent et décident de relever le défi. Armées de pelles, de pioches ou de barres à mine, elles se lancent dans les travaux de construction de diguettes anti-érosives et transportent sur leurs têtes d’énormes blocs de pierres. Leur détermination force le respect de quelques hommes qui finissent par leur donner un coup de main. "Si aujourd’hui, le projet de Kéita est un exemple de réussite en matière de lutte contre la désertification, c’est surtout grâce aux femmes", admet Moussa Zakou, coordonnateur du projet. L’ingénieur en génie rural reconnaît toutefois que "sans les grands moyens, tous ces efforts auraient été vains". Il a fallu en effet construire des pistes, creuser des forages, aménager des terrains caillouteux ... Autant d’ouvrages qui ont nécessité l’intervention de véhicules et d’engins coûteux.

"C’est surtout l’approche globale du projet qui donne la clef de la réussite", explique le coordonnateur. Ainsi pendant que s’effectuent les travaux de défense et de restauration des sols, des salles de classe, des centres d’alphabétisation pour adultes, des dispensaires et des boutiques villageoises ont été construites. Des secouristes, des matrones et des artisans qui prendront soin des ouvrages sont formés ; des coopératives de producteurs et des banques céréalières installées ; de nouvelles variétés végétales introduites et les cultures de maraîchage ou de contre-saison développées.

Mots-clés

femme, coopération, reforestation, lutte contre la désertification, souveraineté alimentaire, développement rural, projet de développement


, Niger, Keita

Notes

Sur l’aspect technique de ce programme, consulter l’ouvrage de René Marceau Rochette "Le Sahel en lutte contre la désertification : leçons d’expériences, publié en 1989 par le CILSS (Comité Inter-Etats de Lutte contre la sécheresse au Sahel). Edition et distribution Verlag Joseph Margraf, Mühlstr. 9 D-6992 Weikersheim.

[Fiche produite dans le cadre du débat public "Acteurs et processus de la coopération", appelé à nourrir la prochaine Convention de Lomé (relations Union Européenne/Pays ACP). Lancé à l’initiative de la Commission Coopération et Développement du Parlement Européen et soutenu par la Commission Européenne, ce débat est animé par la FPH.]

Source

Articles et dossiers

IBBO DADDY, Abdoulaye, SYFIA, Niger : les femmes ont fait reculer le désert, PERISCOOP in. Bulletin de presse SYFIA, 1998/08 (France), 116

IciLàBas media (Anciennement PERISCOOP) - 20, rue du Carré du Roi, 34000 Montpellier - FRANCE - Tél. : 33 (0)4 67 52 79 34 - Fax : 33 (0)4 67 52 70 31 - France - icilabas (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales