español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Structures et procédures, freins à l’exécution du Programme de valorisation des captures de la pêche artisanale en Afrique de l’Ouest

Demba Yeum KANE

01 / 1999

La gestion aussi bien technique que financière du Programme Régional Afrique de L’Ouest : Valorisation des captures de la Pêche Artisanale en Afrique de l’Ouest (PPAO), est régie par un document appelé « Manuel de Procédures ».

Ce document présente les différentes structures du Programme et leurs fonctions. C’est ainsi que nous avons :

* L’Agence d’exécution du Programme : l’ADEPA (Association Ouest Africaine pour le Développement de la Pêche Artisanale

* L’Ordonnateur Régional qui est l’Ordonnateur National de la Sierra-Leone

* L’UE (l’Union Européenne)

* Le Comité de Suivi, Organe de décision et de contrôle

* Le Secrétariat Technique chargé de la mise en ouvre des activités

* Les Partenaires Associés, chargés de l’exécution sur le terrain.

Après l’identification des activités et leur évaluation budgétaire, l’ensemble des activités et leurs Budgets appelés « Devis Programme » est soumis pour approbation au Comité de Suivi qui regroupe les structures ci-dessus plus les Organisations professionnelles.

Une fois approuvé, l’Ordonnateur introduit une requête de mobilisation des fonds auprès de Bruxelles via la Délégation de l’UE à Abidjan.

Après examen et approbation, les fonds sont mis au compte de la Délégation de l’UE à Abidjan.

La Délégation par la suite approvisionne les comptes principaux du Programme. Ce n’est qu’après tout ce cheminement que les comptes des Partenaires Associés sont approvisionnés pour la réalisation des activités. Ainsi, entre le moment où les activités sont identifiées par les bénéficiaires et leur réalisation, il s’est déroulé un an.

Mots-clés

coopération UE ACP, pêche artisanale, coopération régionale, finances


, Afrique de l’Ouest

Commentaire

Où se trouve la souplesse qu’on cherchait en confiant la gestion du Programme à une ONG régionale qui s’appuie sur des ONG nationales pour réaliser les activités au lieu de passer par les Administrations comme c’est le cas habituellement avec les Projets FED ?

Un autre goulot d’étranglement est toujours l’impossibilité pour ceux qui sont chargés de l’exécution de sortir du cadre des activités déjà programmées.

Ceci pose un réel problème car avec un an de retard, il va de soit qu’il y a de fortes chances que certaines actions deviennent caduques devant d’autres priorités du moment. Le secteur bouge très vite.

Pour le futur, nos partenaires doivent assouplir davantage ces procédures. Dès l’instant où il y a un Comité de suivi, s’il est nécessaire donne son feu vert, l’Agence d’exécution doit avoir les mains libres pour exécuter au mieux le Programme et répondre aux sollicitations ponctuelles des bénéficiaires. Les Bailleurs ont toujours la latitude de contrôler à tout moment l’exécution financière.

Par rapport aux différentes structures au dessus du Secrétariat Technique, le respect des procédures se pose également. Il est extrêmement difficile pour le Secrétariat Technique qui vit le quotidien du Programme de prendre des décisions qui ont une implication financière sans se référer successivement à l’ADEPA, à l’Ordonnateur Régional, au Comité de Suivi et l’Union Européenne à Bruxelles.

Notes

[Fiche produite dans le cadre du débat public « Acteurs et processus de la coopération », appelé à nourrir la prochaine Convention de Lomé (relations Union Européenne/Pays ACP). Lancé à l’initiative de la Commission Coopération et Développement du Parlement Européen et soutenu par la Commission Européenne, ce débat est animé par la FPH.]

Source

Texte original

ADEPA (Association Ouest Africaine pour le Développement de la Pêche) - Cité Lobatt Fall. BP 958. Dakar, SÉNÉGAL - Tél/Fax. : (221) 854 98 13 - Sénégal - www.adepa-wadaf.org - contact (@) adepa-wadaf.org

contact plan du site mentions légales