español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Quand tout le monde gagne ! Illustration d’un nouveau partenariat public/privé et d’une approche territoriale de la coopération décentralisée

Programme Provincial de Développement de Puerto Plata sous le 7e Fonds Européen de Développement

Katja SCHULZ

02 / 1999

Si un jour vous rencontrez Max PUIG, Ordonnateur National du FED, il vous racontera avec enthousiasme la genèse de cette initiative de 2 MECUS, pilote pour son pays et pour les Caraibes, et comment cette dernière a changé la vie des habitants de la Province de Puerto Plata. Au départ, il s’agissait de répondre à une pénurie de services dans la province et à des carences en matière économique, sociale et environnementale. Comment ? Par la mise en route d’un processus de modernisation de la province, et en recourant aux fonds européens pour alimenter un programme aux actions, somme toute banales, de santé, d’éducation, de développement communautaire, et de renforcement des capacités locales en matière de planification provinciale. But ultime : faire de Puerto Plata un nouveau pôle touristique.

Ce faisant, on aurait pu se contenter d’un programme de microréalisations aux mécanismes bien rodés. Les gens ont réfléchi entre eux. Encouragés par un large consensus populaire, les autorités ont décidé d’innover et de tenter une approche de coopération décentralisée. Mais quels sont les ingrédients de cette réussite ? Quels sont les acquis méthodologiques aujourd’hui ? S’agissant d’une première, les modes de faire sont-ils réplicables ? Pour le savoir, la CE et les autorités ont procédé à une évaluation, interrogeant tous les protagonistes.

Fondamentalement, les objectifs initiaux de ce programme de coopération décentralisée (PCD)allaient au-delà de la réalisation d’infrastructures puisque la finalité avouée de l’initiative était, dès le début, de créer des mécanismes permanents de participation des acteurs publics et privés à la gestion des services provinciaux. C’est bien de cela qu’il s’agit : promouvoir une nouvelle forme de partenariat entre le secteur public et la société civile, ici autour de services tangibles pour la population.

Premier ingrédient, la stratégie d’intervention est guidée par une approche territoriale de la coopération décentralisée. L’échelle de la province délimite l’articulation souhaitée entre tous les protagonistes (services déconcentrés de l’Etat, représentants de la CE, élus, administrations locales, ONGs, groupements de bases, secteur privé, etc.).

Deuxièmement, le programme privilégie une vision du développement local considéré comme un processus dans le temps. Abandon de la logique de projet. La politique du PCD est d’appuyer la définition de plans de développement par les pouvoirs locaux, et de les soutenir par des investissements cohérents, sur fonds locaux et européens.

Troisièmement, le PCD favorise l’articulation territoriale entre les politiques nationales, les plans de développement locaux et les priorités des acteurs non étatiques. Le projet d’assainissement communautaire sera cohérent avec la politique sectorielle correspondante, inscrit dans le plan de développement local, et l’expression de la participation démocratique des citoyens à la gestion municipale de leur entité administrative.

Quatrièmement, et en fonction de ce qui précède, le PCD soutient la création et le fonctionnement d’espaces de concertation de type public/privé, intégrant les structures à vocation sectorielle (services de l’Etat), les bailleurs, les pouvoirs locaux et les représentants de la société civile, autour d’une réflexion, prise de décision et action territoriale commune.

Concrètement, ce type de partenariat multidimensionnel local/national/international va impliquer une direction concertée du programme entre les représentants des divers protagonistes (un forum, des comités de travail)ainsi que la présence d’un organe d’appui technique capable de gérer tant le programme que le processus de concertation permanent. Dans le cas présent, le PCD est encadré par l’ONG "Forum Social", qui gère le PCD en favorisant le dialogue entre l’Etat, les maires, les populations, etc. Il n’y a eu nul besoin d’assistance technique occidentale.

Il faut souligner qu’outre l’augmentation des services disponibles à Puerto Plata, une autre valeur ajoutée du programme a été de renforcer la cohésion sociale au niveau de la province, et d’encourager la confiance des autorités dans les modes de faire participatifs expérimentés à cette occasion.

Mots-clés

société civile, coopération décentralisée, coopération UE ACP, convention de Lomé, aménagement du territoire, secteur public


, République Dominicaine, Puerto Plata

Commentaire

Puerto Plata illustre l’intérêt d’explorer les liens entre les stratégies CD, développement local/approche territoriale, décentralisation et lutte contre la pauvreté.

Le chemin pour avancer n’est pas de considérer l’approche CD comme éloignée des priorités des politiques sectorielles gouvernementales (santé, éducation, etc.)mais bien comme une approche transversale qui induit une relecture des politiques verticales, misant sur de nouveaux partenariats de type public/privé pour une réalisation locale à la fois plus performante et plus démocratique.

Ousmane Sy, Ministre chargé de la décentralisation au Mali, est intéressant lorsqu’il applique cette vision transversale à la décentralisation. Par exemple, d’une situation où l’Etat est l’unique agent socio-économique, la décentralisation devient ainsi passage vers une situation où il partagera ce rôle avec les collectivités territoriales, les associations, les ONG, le Secteur privé. Comme s’il avait vu Puerto Plata, il déclare : " L’espace n’est souvent pas pris en compte. Les politiques sont soit sectorielles soit géographiques. C’est l’aménagement du territoire qui va permettre d’établir un lien entre la dimension locale et nationale d’une politique. "

La décentralisation devient une chance de sauver l’Etat en le déchargeant et en lui permettant de se concentrer sur ses fonctions traditionnelles. Et, la coopération décentralisée vue sous l’angle des nouveaux partenariats public/privé, devient pour l’aide internationale une manière de prendre en compte cette nouvelle dimension.

Notes

L’auteur de la fiche est consultante.

Cette fiche est basé sur des notes personnelles (mission à Puerto Plata et suivi de la Coopération Decentralisé au siège de la Commission Européenne, Unité VIII/A/4).

[Fiche produite dans le cadre du débat public "Acteurs et processus de la coopération", appelé à nourrir la prochaine Convention de Lomé (relations Union Européenne/Pays ACP). Lancé à l’initiative de la Commission Coopération et Développement du Parlement Européen et soutenu par la Commission Européenne, ce débat est animé par la FPH.]

Source

Autre ; Document de travail

ARS Progretti Srl, Evaluación del Programa Desarrollo Provincial " Puerto Plata " , República Dominicana, - Informe Provisional, 1998/06, référence au rapport de < DIALLO, Toumani Djimé>: Séminaire-atelier organisé par l'I.A.D. de Dakar, en collaboration avec le PNUD-Mali et la Mission de Décentralisation, Bamako, 9-11 décembre 1996, la citation en "commentaires" vient d'un entretien avec < SY, Ousmane>en décembre 1998.

contact plan du site mentions légales