español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Nous, femmes de pêcheurs en Méditerranée...

Jean Christophe LALLEMENT

09 / 1999

Elles s’appellent Jeanne, Rosalie, Martine, Josée, Fanny, Dominique, Raymonde, Thérèse et Chantal. Elles sont femmes de pêcheur, en Méditerranée... Mais là n’est pas leur seul point commun. Ensemble, elles ont voulu réaliser un rêve : écrire un livre. Une chance leur a été offerte et elle ont su la saisir. Ce livre est issu d’un atelier d’écriture.

Jeanne a trente-sept ans. Elle est devenue poissonnière par obligation. C’est que son pêcheur de mari ne travaille pas sur un grand chalut, il exerce un petit métier. L’embarcation est frêle, plus que tout autre soumise aux caprices de la mer et du ciel, et la pêche incertaine. Jeanne vend le poisson que pêche son mari aux touristes et aux chalands qui flânent sur les quais. C’est une question de survie. Les marges sont meilleures que si le poisson était vendu au poissonnier. Mais Jeanne aime énormément ce qu’elle fait, "surtout que je le fais pour nous". "Nous", le mari, le petit garçon de treize ans qui par malheur est sourd, et Jeanne. Rester à la maison, faire un peu de cuisine, quelques ménages chez les particuliers, rendre visite à ses sours, Jeanne n’aime pas beaucoup sortir, elle ne peut faire de grosses dépenses. Et de parler de l’homme et de son dur labeur. "La mer, la solitude, l’évasion, la liberté surtout, sans patron, sans horaires, sans contraintes imposées par autrui, le pêcheur est maître à bord, mais c’est la mer qui commande", terrible et séduisante Circé qui se joue des marins et de leur destin.

Rosalie Almagiacchi a quatre-vingt-deux ans. Elle fut infirmière puéricultrice, couturière, vendeuse de poisson... Une dame active, qui s’occupe de sa maison où elle vit seule, ses deux enfants, cinq petits-enfants, deux arrière-petits-enfants. Ordonnée, aimante, coquette, Rosalie est catholique et pratiquante. Elle prie pour toute la famille, s’occupe à faire le bien, faire embaucher quelqu’un, lui trouver une maison. Rosalie a toujours vécu dans le monde de la pêche. Née en Tunisie d’une famille de pêcheur, elle épousa à dix-sept ans un sicilien qu’elle suivit à Palerme. Après lui avoir donné deux beaux enfants, son époux mourut de maladie et quelques années après, retournée en Tunisie, elle épousa Fortunato Almagiacchi, patron pêcheur. Renouant avec le métier de la mer, Rosalie se comporta en vrai matelot. Elle aidait à amorcer les palangres, vendait le produit de la pêche, réparait les filets et surtout, toujours gaie remontait le moral du mari quand la mer, mauvaise, clouait le bateau au quai. De ce métier pénible qui, quand il s’agit des épouses n’est pas considéré comme tel, Rosalie retient une joie de vivre qui lui manqua lorsque mourut son deuxième époux.

Ces femmes livrent au lecteur le fil de leur vie d’épouses de pêcheur avec simplicité et candeur. Sans artifice ni feinte éloquence, elles témoignent d’un métier âpre et digne, d’une condition d’épouse que le monde moderne ravale avec morgue au rang d’un archaïsme. Aussi, parfois sourd une pointe de révolte. " Pourquoi le progrès serait-il la course aux produits de supermarché, entre deux surenchères de publicité pour se nourrir de produits colorés ou conservés ? Pourquoi un coin de port ou de marché, une femme de pêcheur qui vous explique la bouillabaisse, ce serait cela le passéisme ? Qui définit notre avenir ?"

Mots-clés

pêche, pêche artisanale, pêcheur, femme


, France

Source

Livre

Nous, femmes de pêcheurs en Méditerranée..., Indigo ; Côté femmes, 1997 (France)

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales