español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Citoyenneté et art de vivre ensemble

Mémoire et leçons de quatorze rendez-vous de la curiosité

Jean Marie LUSSON

09 / 1999

Ce document rend compte des 14 premiers rendez-vous de la curiosité, qui ont été organisés tous les deux mois de 1993 à 1996 par le Mouvement de Citoyenneté Active. Placés sous le signe de la convivialité, ces échanges ont permis de découvrir à chaque fois une initiative citoyenne particulièrement innovante émanant d’une personne ou, le plus souvent, d’un groupe. Dans plusieurs cas, le narrateur commence son récit en racontant comment l’initiative en question a pris place dans son itinéraire personnel. Il tente de cerner ce qui dans son histoire l’a amené à jouer un rôle moteur dans ce processus d’innovation sociale.

C’est ainsi que François Plassard nous parle des micro-ruptures subies ou provoquées qui l’ont amené à étudier les phénomènes d’innovation en milieu rural. Il a découvert qu’ils sont toujours le fait de "ceux qui, ayant fait un détour par l’ailleurs, en ont acquis une capacité nouvelle à jeter des ponts et à créer des liens"... ce qu’il appelle joliment la "logique du détour". François Plassard a isolé trois constantes des phénomènes déclencheurs de l’innovation : l’existence d’un problème vécu au quotidien, la présence d’une personne à la fois intérieure et extérieure au problème qui joue le rôle de miroir et de passerelle vers de nouveaux possibles et, enfin, la survenue d’un évènement (micro-rupture)qui vient exacerber le problème. Ces trois éléments conjugués créent un mouvement qui se transformera en une dynamique à condition qu’il débouche en premier lieu sur un événement collectif moteur, une micro-réussite.

François Plassard présente aussi une méthode d’intervention "légère" sur un territoire, méthode qui passe par le repérage des tensions contradictoires et le recensement des faits émergents porteurs d’avenir. La restitution est faite sous forme de sketches qui présentent tous les possibles rapportés d’un "voyage dans le futur". Puis commence le travail local d’approfondissement de telle ou telle piste.

Claire et Marc Héber-Suffrin nous expliquent l’histoire du "Mouvement des Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs".

D’abord chez les enfants : "J’offre d’expliquer le passé composé que j’ai bien compris, mais je demande la division à deux chiffres"... puis hors des murs de l’école, chez les adultes : "Vous savez coudre et j’aimerais bien apprendre", dit Claire à Suzanne. La couturière amateur prend alors conscience de son savoir et le transmet. Elle apprendra d’un autre la mécanique.

Un credo : "On ne rend pas service à l’autre quand on passe son temps à l’aider sans qu’il soit jamais celui qui peut apporter quelque chose". D’autres affirment "qu’on n’apprend qu’en situation de parité"

Le couple Héber-Suffrin est relayé dans son récit par des membres de ces réseaux locaux d’échanges de savoirs. L’une d’elle, Martine termine ainsi son témoignage : " Là (au réseau de Sartrouville), j’ai côtoyé une Française, une Egyptienne, une Marocaine, une Algérienne, un Suisse. Les stéréotypes sur les uns ou les autres n’existaient plus, on se parlait et je suis devenue citoyenne de ma ville".

Le MRERS a toute une pratique des processus d’apprentissage. Des universitaires s’y intéressent en permanence. A noter que ces réseaux existent dans de nombreux pays. Au Brésil, ils s’appellent "Universités mutuelles".

Dans la même veine, Bernard Schwartz, l’inventeur de missions locales pour l’insertion, donne aussi les enseignements qu’il a tirés de son expérience sur les processus d’apprentissage auprès, notamment, de mineurs de l’Est de la France . Il évoque la nécessité de la discrimation positive. autrement dit, il s’agit de consacrer plus de moyens à ceux qui en ont le plus besoin.

Patrick Rozenblatt explique quant à lui l’histoire mouvementée d’AC ! Agir contre le Chômage. Anne Kunvari et Bruno Langlois relatent l’expérience collective de la Rue, magazine contre l’exclusion... Paulette Calame raconte comment la fondation pour le Progrès de l’Homme s’est construit le visage qu’on lui connaît aujourd’hui, en passant par l’expérience des Dialogues pour le Progrès de l’Homme dont ces 14 rendez-vous constituent une pièce de choix.

Au total 14 histoires différentes émaillées des enseignements que leurs acteurs ont pu en tirer. Convivialité et créativité sont deux notions communes à toutes ces expériences... comme le rappelle le guide des règles du jeu publié en épilogue : "Soyons des coopérateurs ludiques et non des guerriers puritains". Traduction : rions souvent, sachons jouer à des jeux sans perdants...

Mots-clés

citoyen, citoyenneté, réseau de citoyens, innovation sociale, changement social, association


, France

Commentaire

Très agréable à lire, la plupart des intervenants racontant leur histoire personnelle. Au fil des pages, on trouve facilement le lien, qui pourrait se résumer ainsi : le plaisir d’être ensemble, la convivialité sont des moteurs de l’innovation sociale. On trouve aussi des lignes pleines de sagesse, toujours bonnes à méditer pour qui participe à des actions de développement local ou à des processus d’apprentissage. De ce document tranpire aussi toute la richesse humaine de ces réseaux.

Source

Livre ; Entretien ; Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

Mouvement de Citoyenneté Active, Citoyenneté et art de vivre ensemble, FPH in. Dossiers à fenêtre (France), n° 103, Le Mouvement de Citoyenneté Active rassemble entre autres les Réseaux d'échanges de savoirs, Culture et Liberté, CEDAL, Alliance pour un monde responsable et solidaire, Europe 99, FPH, Transversale Science Culture

GEYSER (Groupe d’Etudes et de Services pour l’Economie des Ressources) - Rue Grande, 04870 Saint Michel l’Observatoire, FRANCE - France - www.geyser.asso.fr - geyser (@) geyser.asso.fr

contact plan du site mentions légales