español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La pédagogie : un élément essentiel de l’animation

Quelques éléments de méthode pour animer une rencontre

Lydia NICOLLET

12 / 1998

C’est dans le cadre de ma formation en pédagogie que j’aborde toute organisation de rencontre et plus spécifiquement l’animation d’une réunion.

Il n’y a pas de rencontre sans objectifs

La mise en place d’une rencontre suppose d’abord qu’il y ait des objectifs qui identifient des tâches, des rôles et des moyens. Concrètement, lorsque nous organisons une rencontre, nous écrivons tous ses aspects majeurs dans un tableau, à commencer par les objectifs. C’est le premier point à définir, sous forme de résultats à atteindre. Ces objectifs doivent être concrets, précis, car il ne suffit pas de faire rencontrer les gens, il faut une capitalisation, un transfert d’expérience, il faut de la convivialité autant qu’il faut de sérieux. Donc la définition des objectifs suppose des questions du type "que veut-on produire?", "quelle est l’utilité de ce qu’on fait?".

Une fois clarifiés les objectifs, il faut prévoir la gestion du temps, et pour ce il est important d’imprimer les rythmes (cf. technique de Karl Rogers).

Ces objectifs doivent ensuite prendre la forme de tâches concrètes qui doivent êtres régulées correctement afin d’apporter une réponse à chacune des questions posées. Ces tâches doivent se matérialiser en fonction de l’objectif à atteindre dans une dynamique de groupe, avec un travail pédagogique approprié.

La pédagogie : un élément clé pour la réussite d’une animation

La pédagogie est liée à trois éléments fondamentaux : la production, la régulation et la facilitation. Dans toute démarche de rencontre, il faut savoir gérer de façon équilibrée ces trois fonctions : être en capacité de construire des résultats, de l’intelligence, faire en sorte qu’elle soit partagée, que la rencontre se fasse dans un climat qui favorise la production, lequel climat est bien sûr prédéterminé par les objectifs et les participants. Comment faire ? si la convivialité est importante, il ne faut pas non plus avoir peur de la tension, qui peut être très efficace. La méditation est aussi une méthode de facilitation, mais elle est plus ou moins praticable selon la culture des participants.

Une bonne gestion du temps pour une meilleure efficacité

Le temps doit être constamment géré par l’animateur dans une réunion : par exemple, chaque intervention ne devrait pas dépasser 15mn, pour ne pas ennuyer l’auditoire et éviter que l’intervenant ne se perdre dans les détails. D’autant que l’attention de chacun baisse fortement au-delà de 50 mn. Donc il faut trouver l’équilibre entre le directif et la souplesse pour à la fois limiter la durée des interventions et respecter le droit à la parole de chacun. Les pauses permettent aussi d’augmenter le tonus intellectuel : la règle générale est de faire des pauses courtes toutes les 50 mn ; des pauses de 30mn toutes les 2h. Les pauses toutes les 4h avec repas et café sont liées aux habitudes acquises par les occidentaux à l’école, elles ne sont pas immuables, dès lors que des pauses régulières sont respectées.

Méthode d’animation et rythme des rencontres

Toujours en relation avec la gestion du temps, Il est parfois intéressant de sortir du rythme classique des rencontres types, calquée sur le cadre du rythme scolaire. L’animateur peut par exemple changer les rythmes et les formes de production, par la méditation et le silence. Son rôle de régulateur est là importante, il doit pour cela donner des consignes constructives précises. Le silence est une méthode efficace car il permet à chacun de décanter les idées, de faire une première digestion des éléments déjà apportés, ce qui peut dynamiser fortement le débat car chacun peut ensuite rebondir sur ce qui a été dit jusqu’à ce moment là.

Un autre type de rupture est la mise en scène, avec le théâtre d’intervention : des acteurs, des clowns expriment les inconscients collectifs qui sont dans la salle, tout en restant implicites, (en imitant par exemple les bâillements de chacun, les étirements, en évoquant les chaises qui commencent à être dures, l’odeur de renfermé...). Le théâtre et la dérision font accepter plus facilement les messages que l’on veut passer et leur donnent un impact plus fort car la dimension en devient plus importante : on touche là la dimension sensitive, émotionnelle, parfois même métaphysique, et elles doivent être autant travaillées que la dimension intellectuelle.

Une autre fonction de régulation, plus classique mais toujours utile car la situation se pose à pratiquement toutes les réunions, est celle d’aller chercher celui qui ne parle pas, celui qui n’est pas d’accord. Il faut pour cela avoir un oeil sur tous les intervenants pour ne pas oublier celui qui est le plus discret et le moins visible.

Par ailleurs, le script est un outil de base de l’animation fort utile pour l’animateur, à utiliser comme un mémo au cours de toute la réunion pour bien gérer le temps et la dynamique des débats. C’est un tableau comportant les points suivants : heure ; durée ; titre séquence ; objectif ; tâche ; supports ; responsabilité.

Mots-clés

méthodologie, pédagogie


, France

Commentaire

L’animation est un vrai travail en soi. La connaissance de méthodes professionnelles est aussi importante que l’expérience acquise. Les connaissances pédagogiques, notamment, sont essentielles pour la qualité d’une réflexion collective.

Notes

Cette fiche a été réalisée à partir d’un entretien avec Cyril Kretzschmar. On peut le contacter à l’adresse suivante : Economie et humanisme. 14, rue Antoine Dumont. 69372 Lyon Cedex 08. Tel :(33)04 72 71 66 66 fax : (33)04 78 69 86 96 Courrier-e. ehlyon@wanadoo.fr siteweb : http://www.assoc.wanadoo.fr/eh/

Quelques références bibliographiques :

- " La dynamique de la personne " Karl Rogers. Ed. ESF

- " La dynamique de groupe " George Michieli. Ed. G. Miquielli

- " L’éthique de la discussion " Patrice Sauvage. Démocratie et spiritualité

- " Derrière le miroir - la PNL " Ecole de Palo Alto

Pour plus de précisions sur ces références, s’adresser à Cyril Kretzschmar.

Entretien avec KRETZSCHMAR, Cyril

Source

Entretien

FPH (Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme) - 38 rue Saint-Sabin, 75011 Paris, FRANCE - Tél. 33 (0)1 43 14 75 75 - Fax 33 (0)1 43 14 75 99 - France - www.fph.ch - paris (@) fph.fr

contact plan du site mentions légales