español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le café équitable élu par les députés italiens

Emmanuel JEUDY

05 / 1998

Pour les organismes de commerce équitable, l’introduction de produits équitables alimentaires - comme le café, le sucre, le chocolat ou le thé - au sein des administrations publiques a fonction d’exemplarité. Le but n’est pas directement commercial mais il s’agit surtout d’une promotion active de l’image du commerce équitable par la reconnaissance officielle d’un mouvement ou d’une action - ou du moins le premier pas vers cette reconnaissance. Ceci peut constituer une étape préalable à l’octroi d’une norme telle que CE (certifié européen) ou autre.

D’autre part, c’est également important, politiquement, pour des institutions qui pensent, par ce biais, soutenir et promouvoir des actions de développement, en total accord avec les idées d’équité qui peuvent les motiver.

Le café Max Havelaar déjà au Parlement néerlandais et belge

L’exemple néerlandais de ce type d’action de lobbying est particulièrement encourageant : plus de 300 administrations communales (sur 600), 10 administrations provinciales, ainsi que le Parlement ont choisi de consommer du café équitable, en l’occurrence du café certifié Max Havelaar. Cet exemple a été suivi en Belgique par le Parlement et de nombreuses administrations.

A l’image du Parlement néerlandais, le Parlement européen a décidé par une résolution datée du 8 octobre 1991, "de ne plus proposer à compter du 1er janvier 1992 dans ses services que du café portant le label Max Havelaar, et [invitait]les autres institutions de la Communauté à prendre une décision similaire".

Quels ont été les points d’accroche des organisations de commerce équitable sur cette institution qu’est le Parlement et y a-t-il des enseignements à en tirer à des fins de reproduction de cette expérience ?

Le café équitable Transfair désormais au Parlement italien

L’initiative est venue de La Castellanza, une coopérative de Varèse en Lombardie qui s’occupe de commerce équitable. Ses membres ont contacté M. Fiorini, un député du Parti Populaire italien, avec lequel ils ont préparé en janvier 1997 une lettre destinée au Président de la Chambre des Députés, M. Violante. M. Fiorini, qui était déjà sensibilisé à la notion de commerce équitable, a convaincu 60 autres députés, de tous les partis, de signer cette lettre au Président. Celle-ci réclamait de changer les produits du bar de la Chambre des Députés (café, thé, sucre et chocolat)pour des produits équitables. Le président répondait le 22 janvier et, dès février 1997, le Parlement italien consommait du café équitable.

A la suite de cette action réussie, la notoriété du commerce équitable en Italie s’est trouvée accrue : une reconnaissance à un si haut niveau institutionnel a en effet facilité l’approche et la création d’opportunités avec d’autres institutions comme les mairies ou les écoles. Depuis, de nombreuses mairies utilisent le commerce équitable dans leurs actions de partenariat pour une coopération entre l’Italie et des pays du Sud, consomment des produits équitables ou encore soutiennent des Magasins du Monde et leurs initiatives.

Au-delà du symbole, une quête législative

Cette attention nouvelle ne doit pas masquer le fait qu’il reste beaucoup de travail à réaliser pour obtenir une véritable attention au niveau législatif, comme l’illustre la discussion sur la nouvelle loi concernant la coopération italienne. Néanmoins, cette percée institutionnelle a permis que des hommes politiques s’expriment, dans des débats publics, sur le sujet. Comme le vice-premier ministre Walter Veltroni qui a reconnu l’action de Transfair Italie (organisation de certification du commerce équitable). Ces gains de notoriété vont faciliter le travail de Transfair sur les questions qui les occupent en ce moment, à savoir le travail des enfants et le projet ballons équitables.

L’Italie, si elle ne réalise pas des chiffres d’affaires colossaux concernant le commerce équitable, est le pays qui progresse le plus dans les ventes de produits équitables en Europe : Transfair a vendu 332 tonnes de café en 1997 contre 289 en 1996, soit une progression de 15 %.

Il serait souhaitable que ce type d’initiatives puisse également voir le jour en France. Gageons qu’il existe des députés et sénateurs qui seraient sensibles aux idées du commerce équitable et dès lors prêt à le soutenir officiellement, participant en cela à l’envol du commerce équitable en France.

Mots-clés

commerce équitable, café, administration publique, pression politique, Etat et société civile, société civile, campagne d’information


, Europe, Italie

dossier

Pour un commerce équitable : expériences et propositions pour un renouvellement des pratiques commerciales entre les pays du Nord et ceux du Sud

Source

Texte original

Tatjana BASSANESE. Transfair Italia, Piazzetta Forzate 1, 35137 Padova, Italie. Tél : (39)49 875 08 23. Fax : (39)49 875 09 10. Courrier électronique : transfaintercity.it.

SOLAGRAL (Solidarité agricole et alimentaire) - n’existe plus

contact plan du site mentions légales