español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Comment faire alliance pour se renforcer mutuellement : le RIAD (Réseau Interaméricain Agricultures et Démocratie (Uruguay)

Françoise MACE

10 / 1999

Silvio Marzaroli, dirigeant paysan uruguayen, nous raconte lors d’une interview réalisée par Fernando Rosero dans le cadre de la capitalisation du réseau RIAD, les différents impacts du travail de ce réseau. Tout d’abord, il nous relate l’évolution mentale qu’il a dû réaliser pour intégrer le concept de "réseau" différent de celui de "fédération" qui lui était plus commun. Cela impliquait en particulier une nouvelle définition du rôle des uns et des autres dans un réseau. Cela lui a permis ensuite d’organiser un groupe de travail alliant ONG et organisations paysannes en Uruguay. Leur premier travail de réflexion fut autour de ce qu’ils entendaient par "producteur familial". Cette réflexion les a amené à faire une étude approfondie sur les raisons pour lesquelles il n’y avait pas de concept clair sur ce qu’était l’agriculture familiale en Uruguay. Ce travail de trois ans (92-95)leur a permis d’élaborer une proposition de politique différenciée pour le secteur de l’agriculture familiale, prenant en compte les aspects économiques, environnementaux, culturels et sociaux. Ils ont édités 8 livrets présentant par secteur (horticulture, élevage, production laitière, culture fruitière etc)la mise en ouvre de leurs propositions politiques. Ils les ont présenté au gouvernement via le ministère de l’agriculture et aussi à la commission agricole du parlement. Ce travail du réseau Riad en Uruguay a renforcé les organisations syndicales car cela donnait du contenu à leurs discours et à leurs actions mais aussi a renforcé leur unité, leur cohérence. Ces propositions politiques ont donné l’occasion aux syndicats de négocier concrètement avec les techniciens du gouvernement. Cela a aussi permis de consolider les actions de certaines organisations syndicales, de les crédibiliser et d’obtenir des ressources financières des organisations paysannes et des ONG. Silvio avait posé la question à l’animateur du Riad en Uruguay lors de sa première rencontre avec le Riad :"je crois qu’il y a trop de bibliothèques pleines de bons documents et trop de discours vides de la part des syndicats. Comment pouvons-nous joindre ces deux choses et se renforcer mutuellement et donner un sens à ce que chacun est en train de faire ? " Ceci s’est réalisé quatre ou cinq ans plus tard grâce au Riad, qui a servi de plateforme neutre, pour réunir les syndicats entre eux et ensuite des chercheurs, l’université, les centres de recherche. Le Riad a servi de piste de décollage pour ce travail d’élaboration de politiques. En juin 97, le parlement a organisé un séminaire avec eux. Silvio parle d’événement historique à ce propos car c’était la première fois, dans cette enceinte et à ce niveau, qu’ils étaient invités à discuter des politiques différenciées dans ce lieu législatif qui devrait élaborer les politiques agricoles. Parce que dans leur pays, en définitive la politique agricole n’est plus définie par le pouvoir législatif mais par le pouvoir exécutif. Et là, pendant ce séminaire, non seulement ils leur ont donné des éléments pour travailler et légiférer mais en même temps ils ont été approuvé quand ils leur ont "tiré les oreilles" en leur disant qu’ils ne faisaient plus rien, qu’ils ne légiféraient plus rien par rapport à l’agriculture parce que l’agriculture s’était convertie en une question économique et qu’en définitive les lignes de la politique agricole sortaient du ministère de l’économie et transitaient par le ministère de l’agriculture...

Mots-clés

politique agricole, organisation syndicale, participation paysanne, MERCOSUR, solidarité, changement social, renforcement des institutions, Etat et société civile


, Uruguay

Commentaire

C’est un exemple, parmi d’autres que l’on trouve dans les documents sur la capitalisation du RIAD, d’impact du travail en réseau que la FPH soutient à travers son programme "agricultures paysannes, sociétés et mondialisation".

Notes

Rapport pour le conseil de fondation de novembre 1999 .

Source

Document interne

FPH (Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme) - 38 rue Saint-Sabin, 75011 Paris, FRANCE - Tél. 33 (0)1 43 14 75 75 - Fax 33 (0)1 43 14 75 99 - France - www.fph.ch - paris (@) fph.fr

contact plan du site mentions légales