español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La réhabilitation à Bois Colombes

Le 315 en travaux

Paul DALMAS ALFONSI

12 / 1993

Robustesse de la construction, ensembles structurés, etc. les HBM (Habitations bon marché)ont des atouts. Leurs faiblesses : manque de confort; non conformité aux normes actuelles. Cet habitat va souvent avec un réel attachement au lieu des résidents. 1989 : l’Office HLM de Bois-Colombes lance sa 1ère opération de réhabilitation sur 141 appartements de ce type : le "315" de l’avenue d’Argenteuil. Edifié de 1927 à 1932, en lisière d’une commune pavillonnaire, il est vieilli. Le tissu social se dégrade. L’image est dévalorisée. Pour des travaux en milieu occupé (l’Office est conscient que l’action ne peut être conçue sans la participation des intéressés), une concertation fine est décidée. La collecte d’informations permettra aussi de lancer les simulations APL.

Une approche du peuplement est menée par le CREPAH (chargé d’une mission d’assistance dans la conduite du processus):

1. l’enquête sociale repère des groupes aux vécus distincts : les "anciens" (31% de 60 ans et plus; une "mémoire" nostalgique); les "jeunes", moins stables, au chômage pour 12% d’entre eux (souvent de longue durée): certains ont pris ici la suite des parents et font office de médiateurs entre générations; pour les autres, sans liens avec le quartier, l’emménagement n’est pas positif (ils se sentent captifs).

2. l’enquête de satisfaction par courrier (70% de réponses)mesure l’intérêt pour le principe de réhabilitation. Pour ces 64% de "moyennement satisfaits" et 35% d’"insatisfaits", les problèmes majeurs sont l’équipement sanitaire et l’isolation. Si beaucoup ont réalisé eux-mêmes des travaux (et s’insurgent parfois contre une normalisation faisant table rase de l’ingéniosité et des frais engagés), 78% sont favorables à des interventions (les "nouveaux arrivants", surtout).

40 entretiens approfondis sont une approche concrète de la vie sociale, dans ses attentes et ses craintes. Si le fonctionnement de la cité semble équilibré (reconnaissance mutuelle mais selon des principes de distinction complexes), les espaces extérieurs génèrent des troubles : le bruit exacerbe les conflits (nécessité d’un double vitrage efficace et d’une structure d’accueil pour les enfants : leur présence dans la cour provoque des incidents car de nombreux résidents sont chez eux toute la journée).

1990 : la concertation a plusieurs niveaux : comité de réhabilitation (avec des locataires volontaires - une amicale en est issue), réunions publiques et permanences (très fréquentées). On prévoit des salles d’eau, la réfection des pièces humides, la mise aux normes de l’installation électrique, etc. Pour les parties communes, remise en état des cages d’escaliers et valorisation des halls. Après des hésitations (le conseil général optait plutôt pour la démolition), cette opération lourde s’appuie sur une procédure de type Palulos (avec majoration de la subvention dans le cadre d’un SPIR (Secteur pilote d’innovation régionale de l’habitat). L’augmentation de la dépense (127 foyers sur 141)peut être contrôlée (le taux d’impayés s’est d’ailleurs réduit).

Problème : la gestion défaillante du chantier par l’entreprise et les sous-traitants (malfaçons, finitions bâclées). Certes, l’histoire individuelle (relations avec l’Office et le voisinage)est la toile de fond de l’appréciation des travaux, mais, sauf pour les opposants à la réhabilitation, le souvenir est pénible. En réaffirmant ses prérogatives, l’Office a froissé ceux qui, au "315", se vivaient comme propriétaires de leur logement mais il a maintenu ses exigences face à l’entreprise, réintroduisant ainsi la notion de "respect" à l’égard de ses locataires.

Mots-clés

logement, logement social, réhabilitation de l’habitat, concertation


, France, Hauts-de-Seine, Bois-Colombes

Notes

Cette fiche a été réalisée dans le cadre de l’évaluation de la politique de réhabilitation du logement social, animée par la Direction de l’Habitat et de la Construction du Ministère de l’Equipement, du Logement et des Transports, Arche de la Défense, Paroi Sud, 92055 Paris-La Défense Cedex 04

Source

Littérature grise

DUPUY, Sabine, MEDINA; OFFICE PUBLIC D'HLM DE BOIS COLOMBES (France)

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales