español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Ethique protestante et affranchissement de la violence

La fonction politique des protestants urbains-populaires au Guatemala pendant la guerre civile

Henri BAUER

04 / 1999

Comment le conflit armé guatémaltèque a-t-il eu des répercussions dans le religieux et comment le religieux a-t-il eu des répercussions dans le conflit armé? Une entrée possible pour approcher cette question est l’analyse du phénomène de protestantisation d’un certain nombre de catholiques pendant la guerre civile.

L’Eglise catholique avait choisi une attitude politique plus proche du monde rural que du monde urbain, et plus proche aussi des mouvements qui contestaient le régime plutôt que de ceux qui le défendaient, et cela ne faisait pas l’unanimité parmi la population.

Des catholiques appartenant plutôt aux couches moyennes trouvaient que leur Eglise se mêlait trop de politique et dans une direction très partielle, ce qui leur provoquait, en effet, des problèmes. Dans les villes plusieurs catholiques se sont convertis à cette époque au protestantisme.

Il s’est mis en place un protestantisme urbain-populaire composé de personnes qui se constituent en petites communautés autonomes, à tendance charismatique, mettant l’accent sur l’ascétisme moral et sur la rationalité capitaliste.

Ces communautés protestantes cherchèrent un encadrement, des modèles et du soutien chez les groupes protestants d’élite qui se constituaient parallèlement dans la capitale. Ceux-ci ont soutenu la protestantisation populaire d’abord et, ensuite, ils ont pris en charge la formation de ces nouveaux protestants urbains.

Les communautés protestantes, en croissance dans les années 1980, vont mettre en place un nouveau paradigme pour la construction sociale de la paix.

Il s’agit, disent-ils, de comprendre les conflits sociaux non pas comme des expressions d’un péché structural ou social qui exigeait un changement de structures, analyse propre aux catholiques, mais comme une punition divine à cause de l’infidélité des croyants. La seule façon de construire la paix n’est donc pas de se battre contre le régime, mais contre soi-même, par une vie moralement correcte et disciplinée qui va mériter les bénédictions de Dieu. Ces bénédictions vont se traduire en réussite individuelle, richesse et paix.

Ce contenu conceptuel, neuf dans leur pensée, va aider les nouveaux protestants à mieux s’en sortir : par l’encadrement de la vie morale des personnes, par un esprit ascétique dans leur vie individuelle, par une discipline de travail et de responsabilité dans leur vie professionnelle, par la quête de la réussite matérielle comme signe de la bénédiction de Dieu, ils veulent construire la société d’une nouvelle façon: ils ne cherchent pas d’abord le changement social mais un changement individuel, familial, communautaire qui y mène, de façon discrète, disent-ils, mais efficace.

Mots-clés

conflit, église catholique, construction de la paix, changement social, religion, religion et société, religion et politique, église protestante


, Guatemala

Commentaire

Ces nouveaux protestants urbains deviennent, dans le domaine économique, des entrepreneurs et, dans le domaine social, des leaders.

Dans le domaine politique ils ne se mêlent pas des conflits droite-gauche ni des affrontements armés. Moins idéologiques que les militants catholiques et plus pragmatiques, ils favorisent l’émergence d’une issue politique des affrontements par le centre droite: la voie libérale et pragmatique trouve un soutien dans l’action politique de ce protestantisme urbain.

Notes

Fiche réalisée dans le cadre de l’atelier sur ’ Religion et Paix ’, La Haye, mai 1999

Source

Texte original

Centre de Recherche sur la Paix - Institut catholique de Paris - 21 rue d’Assas, 75006 Paris FRANCE- Tel 33/01 44 39 84 99. - France - www.icp.fr/fasse/crp.php

contact plan du site mentions légales