español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Une commission permanente d’éducation à la paix dans le cadre de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix

Mehrézia LABIDI MAIZA

12 / 1999

L’assemblée mondiale 1994 de la CMRP (Conférence Mondiale des Religions pour la Paix), à Riva en Italie, vota la création des commissions permanentes correspondant aux thèmes principaux défendus par la CMRP. Le rôle de ces commissions était de garantir la continuité du travail au niveau des chapitres nationaux et son harmonie avec les objectifs de la CMRP au niveau international.

Partant de la constatation que la majorité des conflits réels ou potentiels locaux, régionaux ou internationaux sont souvent dus à des facteurs religieux ou idéologiques, une commission permanente d’Education à la paix a été créée. Comme les religions sont partie prenante dans les conflits, elles ont pour devoir de développer, à travers le travail de cette commission, des outils pédagogiques pour la prévention et/ou la solution des conflits, de créer un climat de confiance entre croyants de religions différentes vivant dans un même environnement social. Bref, de prendre les devants pour promouvoir une Culture de paix>en créant des espaces pour jeunes et adultes, hommes et femmes où ils apprennent l’art de faire la paix.

A travers sa première expérience sur le terrain, l’équipe de ’Education à la paix’ de la section française de la CMRP fixe un premier objectif : jeter les bases de la ’Culture de paix’ qui consistent dans une meilleure connaissance de ceux avec qui on veut partager cette culture. Une connaissance juste et sans préjugés qui jette les ponts entre les personnes, les groupes et les sociétés de cultures et de religions différentes et qui établit un climat de confiance permettant d’entreprendre des projets communs.

L’’Exposition interreligieuse’ en juin-juillet 1998, organisée en marge du Mondial du football à St. Denis, suivie d’une veillée inter-religieuse ont constitué des lieux privilégiés pour présenter la diversité des religions qui coexistent en France actuellement et mettre en valeur leurs capacités respectives à développer des rapports amicaux les unes avec les autres et à s’intégrer dans une culture de paix. Au delà de la satisfaction des organisateurs et du public, cet événement interreligieux eut des résultats concrets dont le plus important est la création d’un groupe interreligieux à la ville de St. Denis qui travaille sur deux axes : approfondir à long terme la connaissance des religions et comprendre les liens possibles entre paix et religion et entre violence et religions. La particularité de ce groupe vient du fait que son activité se situe dans le contexte social de la banlieue parisienne qui est touchée par le problème de la violence. Outre ce groupe interreligieux qui se compose d’adultes et dont les activités s’adressent en général à un public adulte, l’équipe de la commission Education à la paix a développé en collaboration avec les professeurs d’un collège d’enseignement privé catholique à St. Denis un ’Projet éducatif interreligieux’ qui s’adresse aux élèves des classes de quatrième.

Outre ces quelques réalisations concrètes, la commission Education à la paix a été présente à travers ses membres à des rencontres, conférences et débats autour de l’interreligieux. Ainsi, elle a pu partager et confronter son expérience à celle d’autres acteurs du dialogue interreligieux.

1- St. Ouen l’Aumône, le 19 février 1999, notre équipe de l’éducation pour la paix a proposé à des jeunes de l’aumônerie une découverte interreligieuse.

Trois membres de la commission Education à la paix représentant trois religions différentes : catholicisme, bahaïsme et islam ont offert aux jeunes l’image nouvelle et inattendue d’une amitié interreligieuse et d’un travail en commun pour un même but : bâtir un avenir de paix. Ces jeunes dont l’âge varie de 12 à 17 ans leur ont posé des questions franches et pertinentes, et presque équitablement réparties entre les trois intervenants. Découvrir plus d’une religion à la fois ne semble pas les déconcentrer. Au contraire, leur désir de savoir, de comparer et de comprendre égalait bien leur volonté de se situer en tant que jeunes catholiques.

2- l’Espace Interreligieux St. Jean à Nancy le 17 mars 99:

L’espace St. Jean est un lieu de rencontre et de dialogue interreligieux. Dans le cadre de ses activités un membre de la commission a été invité pour intervenir dans une conférence ayant pour thème ’ L’Islam : des préjugés au dialogue ’. Le co-conférencier, pasteur Ove Ullstad, de Strasbourg, connaissant bien L’islam et le dialogue avec les musulmans, a bien développé la question d’évolution de la connaissance de l’autre, en l’occurrence le musulman : comment se débarrasser des préjugés et des idées stéréotypes héritées des périodes de conflit pour arriver à une connaissance juste et sans mystifications qui permet de vivre et de travailler ensemble...

3- à la Haye, mai 1999 :

Invités par la FPH, des membres de la commission ’Education à la paix’ ont participé à la conférence mondiale sur la construction de la paix. La préparation des textes qui ont servi de support au travaux de la conférence concernant les religions et la construction de la paix, a offert à l’équipe CMRP participante une occasion unique pour enrichir son expérience. Elle a découvert d’autre expériences à des échelles locale, nationale et internationale. Elle a rencontré des personnes motivées et impliquées dans la construction et la préservation de la paix dans le monde, et a bénéficié de leurs apports.

4- à Monbéliard juin 1999, une intervenante de la commission ’Education à la paix’a été invitée à rencontrer un groupe de femmes musulmanes et chrétiennes. La raison d’être de ce groupe était la création d’une solidarité entre ces femmes appartenant à la classe ouvrière, et faisant face à des difficultés matérielles, familiales et autres, surtout qu’elles vivent dans une région assez touchée par le chômage. Pour elles, le mot paix évoque avant tout paix familiale, paix dans le voisinage et paix économique. Mais par sa composition, ce groupe est aussi interculturel et interreligieux de fait. Ainsi, elles ont exprimé leur souhait de savoir plus sur les religions (christianisme et islam)en espérant que cette connaissance les aide à mieux comprendre leur enfants, maris, voisins voire à mieux se situer en tant que femmes croyantes, pratiquantes ou pas dans leur réalité quotidienne.

Mots-clés

éducation à la paix, religion, culture de paix


, France

Commentaire

Le développement des outils pédagogiques se fait par les intervenants de la CMRP en fonction de la nature du projet et en collaboration avec les personnes ou les groupes avec lesquelles on travaille. Les projets eux-même évoluent en fonction des besoins du public auquel ils s’adresse et selon les moyens dont on dispose

Il y a une demande très forte pour connaître l’Islam, ce qui n’est pas surprenant vu que c’est la religion minoritaire la plus visible en France et dont les média parlent le plus, et qui semble être, pour beaucoup, difficile à intégrer dans une culture de paix.

Notes

Fiche réalisée dans le cadre de l’atelier sur ’religions et paix’, Amsterdam, La Haye, mai 99.

Source

Récit d’expérience

CMRP (Conférence Mondiale des Religions pour la Paix) - 8 bis rue Jean Bart, 75006 Paris, FRANCE - Tel. 01 46 33 45 39 - France - www.religionspourlapaix.org - cmrp.france (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales