español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Concevoir la bonne gouvernance comme une cogestion

Les espaces publics de cogestion peuvent participer à la construction d’une citoyenneté active et contribuer au contrôle démocratique de l’aide au développement

Sidiki Abdoul DAFF

01 / 2001

Sans nul doute, le terme qui a le plus cristallisé le débat pendant la renégociation des Accords de Lomé est celui de ’gouvernance’, qui interpelle l’Etat mais aussi tous les autres partenaires de la coopération, dont la société civile.

Il est donc très important d’éviter une dérive : celle qui consisterait à donner un sens technocratique et procédurier à un terme fondamentalement politique.

En effet, la ’bonne gouvernance’ ne saurait se limiter à une procédure de gestion économique : elle appelle un positionnement et une participation de tous les acteurs par rapport à la chose publique.

Afin d’intégrer ces acteurs dans la discussion publique, il faudrait envisager la création d’espaces publics de cogestion de la coopération au sein des pays ACP (Afrique- Caraïbe- Pacifique). Au sein de ces espaces, se retrouveraient l’Etat, le secteur privé et la société civile.

J’insiste sur la participation de l’Etat car on ne saurait le disqualifier ; il s’agit plut’t de travailler à sa refondation en le faisant descendre des hauteurs et en le mettant en face des citoyens.

J’évoquerai ici un exemple, afin d’illustrer concrétement ce que pourrait être un espace public de cogestion.

Dans la région de Dakar (Sénégal)o- j’habite, nous avons mis en place le ’Réseau Budget Participatif’. Nous nous sommes inspirés de l’expérience de gestion municipale de Porto Alegre, ville du Sud du Brésil, qui associe les citoyens à l’élaboration et au contr’le du budget. Notre réseau est constitué de conseillers municipaux de différentes familles politiques et de dirigeants du mouvement associatif.

Nous avons eu l’occasion de placer sur Internet la déclaration de fondation du réseau, qui passe en revue le mode de gestion municipale en cours au Sénégal. Une telle initiative nous a permis, d’une part, de repérer des partenaires du Nord qui partagent les mêmes convictions que nous ; et d’autre part, de casser le monopole informationnel détenu par les autorités municipales dans le cadre de la coopération décentralisée. En effet, par l’intermédiaire de nos partenaires, nous avons pu avoir accès des informations (certes limitées)qui nous ont permis d’interpeller les pouvoirs locaux. Ainsi, l’information est au coeur de cette démarche qui est devenue aujourd’hui un enjeu de pouvoir.

Ce type d’espace de cogestion ne peut être efficace que si tous les ’cogérants’ (dont la population)accident à l’information utile... et à temps ! A ce niveau se pose toute la problématique de la structuration et de l’abordabilité de l’information. Car il ne sert à rien de remettre des chiffres bruts à un paysan ou à un habitant qui n’y comprendra absolument rien.

Dans le cadre de la coopération internationale, le traitement de cette question est complexifié par l’existence de plusieurs agences de coopération intervenant sur le même terrain sans aucune harmonisation ou coordination.

Mots-clés

citoyenneté, Etat et société civile, coopération UE ACP, gouvernance


, Afrique, Sénégal

Commentaire

La coopération européenne devrait prendre en considération cette dimension d’espace public de cogestion car ce dernier participerait à la construction d’une citoyenneté active, condition sine qua non d’un contr’le efficient sur l’Etat, afin d’éviter que des fonds destinés au développement ne soient détournés.

La prochaine convention de Lomé devrait intégrer une ligne de financement pour le développement d’une citoyenneté active, socle sur lequel doit se bâtir un développement durable.

Notes

Cette fiche est basée sur deux interventions de l’auteur au forum UE-ACP, diffusées le 23 septembre et le 14 octobre 1999.

Source

Texte original

CERPAC (Centre d'Etudes et de Recherches Populaires pour l'Action Citoyenne) - HAMO 6 villa N81, Guédiawaye, SENEGAL - Tel/fax : (221)837 12 10 - Sénégal - sidiki.daff (@) sentoo.sn

contact plan du site mentions légales