español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les différents processus de capitalisation d’expériences mis en oeuvre ou soutenus par la FPH

Leurs objectifs, les conditions de leur réalisation, les effets produits

Pierre VUARIN, Sylvie ROBERT

12 / 1999

La FPH soutient ou met en oeuvre différents types de capitalisation d’expériences. Tout d’abord, il y a les processus de capitalisation que la FPH mène en interne, à l’occasion de ses périodes sabbatiques (périodes de réflexion interne collective et d’approfondissement de thèmes de travail régulièrement organisées)et pour chacun de ses programmes.

En second lieu, il y a le cas des capitalisations menées conjointement avec les partenaires d’un programme, à l’intérieur d’un processus impulsé par la FPH.

Puis, il y a les processus de capitalisation d’expériences que la FPH soutient ou a pu soutenir. C’est le cas par exemple de structures relativement importantes comme Vétérinaires sans frontières, le GRET (groupe de recherche et d’échanges technologiques).

Enfin, la FPH soutient la consolidation de réseaux qui peuvent constituer en soi des processus de capitalisation mis en oeuvre par des partenaires variés.

Revenons sur ces différents cas de figure.

Les processus internes de capitalisation

Dans le cas des processus internes de capitalisation de la FPH, qu’il s’agisse des sabbatiales ou des capitalisations par programme, le plus difficile est de dégager du temps. En effet, chacun de nous poursuit parallèlement son travail habituel avec le reste de l’équipe et avec ses partenaires.

L’intérêt essentiel est de prendre du recul, de relire des documents. Dans le cas du programme APM (Agriculture et mondialisation), après des séances collectives sur l’histoire globale de chaque grand réseau en lien avec le programme, nous nous sommes divisés le travail par région du monde afin de relire les textes, souvent en différentes langues. Chacun a sa subjectivité, ses hypothèses initiales en fonction de ce qu’il a vécu en relation avec tel ou tel réseau, en l’occurence. Ce type de capitalisation s’appuyant uniquement sur des documents, constitue un travail intéressant, mais limité. En effet, l’histoire de ces mouvements, de ces réseaux est souvent plus riche que ce qui transparaît dans les documents des réseaux que la FPH possède. Tout d’abord, les réseaux n’envoient pas tous leurs documents internes à la FPH. D’autre part, certaines choses, certains événements ne sont pas consignés. Mais nous avons prévu de confronter nos

Mots-clés

Notes

P. Vuarin est responsable du programme APM à la FPH : ’ Agriculture paysanne, sociétés et mondialisation ’.

Source

Entretien

FPH (Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme) - 38 rue Saint-Sabin, 75011 Paris, FRANCE - Tél. 33 (0)1 43 14 75 75 - Fax 33 (0)1 43 14 75 99 - France - www.fph.ch - paris (@) fph.fr

contact plan du site mentions légales