español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Résolution pacifique des conflits et respect des droits coutumiers au sein des communautés villageoises du Cameroun

Cas du groupement Ndong Ngond face à la crise de Maholé de 1996

Jules Dumas NGUEBOU

04 / 2001

’Ndong Ngond’ (en langue locale ’descendance des Ngond’ ) est un groupement de trente villages peuplés essentiellement d’agriculteurs et situé dans le département du Nyong et Kélé( province du centre).Chez les Ndong Ngond, la tradition et la coutume représentent encore des repères fortement présents dans la régulation des conflits et l’harmonisation des rapports sociaux.

Comme c’est de règle au sein de tout groupe humainement constitué, le dysfonctionnement d’un maillon des Ndong Ngond (Maholé), dysfonctionnement caractérisé par des conflits d’autorité et de pouvoirs, a entraîné en 1996, une rupture de l’équilibre traditionnel et des troubles relationnels aux conséquences graves sur le développement local.

L’histoire est en réalité celle de la méconnaissance de l’autorité du président du conseil coutumier : véritable tribunal traditionnel responsable des conflits et du respect de la coutume du peuple Maholé.

En l’absence de celui-ci, un groupe de jeunes et de femmes réformistes auto-déclarés, décident de son remplacement et met sur pied un nouveau bureau du conseil de coutume. Plusieurs personnes conservatrices opposent de la résistance. Deux grandes idées sont avancées ici et là :

- pour les réformistes : la coutume doit être scindée. Des distinctions entre les règles de la coutume adaptées aux jeunes, celles propres aux femmes et celles applicables aux vieillards doivent être faites afin de donner la parole à toutes les composantes essentielles de la communauté.

- pour les conservateurs légitimistes, le respect de la norme inamovible est obligatoire et pour tous.

Conséquences :

- Crises et tensions débouchent sur la division du village en blocs ennemis ;

- Non représentation du village au sein de la grande famille Ndong Ngond à cause du bicéphalisme qui s’en est suivi ;

- Dilution du dialogue.

Action de pacification et de médiation.

Le président de la grande famille Ndong Ngond Saisi, convoque une réunion de son bureau après consultation d’un homme d’église.

Proposition de stratégie:

Tenue de l’arbre à palabre à Maholé, présidé par le président de la grande famille Ndong Ngond assisté de l’homme de Dieu. Plusieurs précautions sont de mise : respect des protagonistes et de leurs points de vue, choix d’un lieu neutre (école publique de Maholé), impartialité du bureau de séance.

La mise en oeuvre de ses recommandations se réalise de la façon suivante :

Ecoute attentive des parties et de leurs témoins, invitation des belligérants qui acceptent de dialoguer et de trouver un compromis après une semaine.

Résultats :

- Vote consensuel d’un nouveau président du conseil coutumier ;

- pacification du village avec en prime, retour à la vie fraternelle ;

- paiement des dettes au titre de l’assistance aux familles endeuillées pendant la période de rupture de communication ;

- sanction contre les récalcitrants.

Les différentes assises ont lieu grâce aux soutiens financiers des élites de la ville et à la contribution de populations locales qui apportent à chaque assise du nécessaire à boire et à manger.

Mots-clés

droit coutumier, coutume, résolution traditionnelle des conflits, pouvoir traditionnel, société traditionnelle


, Cameroun

Commentaire

Voici un exemple qui démontre que dans la résolution pacifique des conflits au sein des communautés villageoises en Afrique, la vérité vient après l’harmonie, et qui réaffirme la valeur et les pouvoirs de la médiation, de l’écoute ou du dialogue dans la régulation des rapports humains. Qu’aurait fait un tribunal de droit moderne face à un problème de coutume et de respect des normes traditionnelles comme celui posé par le cas suscité ?

Notes

Entretien avec TJOMP, Jacques René

Source

Entretien

ASSOAL (Association des Amoureux du Livre) - B. P. 5268 Yaoundé, CAMEROUN - Tél: (237)220.10.12 / 994.79.53 / 986.3016 - Cameroun - www.assoal.org - assoal (@) netcourrier.com

contact plan du site mentions légales