español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Du Guatemala à un champ de pommes de terre de la Nièvre

Solidarité et éducation au développement

Anne Sophie BOISGALLAIS, Jérôme DULAU

09 / 2000

Désireuses d’aller à la rencontre de paysans d’autres horizons et portées par un désir de solidarité, 22 personnes du milieu rural des régions françaises de Bourgogne, du Limousin et de Franche-Comté ont décidé de faire un voyage de trois semaines au Guatemala et au Nicaragua au cours de l’été 1998. Aidées par le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement), le MRJC (Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne)et le CMR (Chrétiens dans le Monde Rural), ces ruraux devaient approfondir auparavant leur connaissance de l’Amérique centrale : histoire, luttes politiques et sociales, contexte agraire... Trois week-ends de formation ont donc été organisés à cette fin.

Dominique Dequiedt a fait partie du voyage. Agriculteur de la Nièvre, il se sentait particulièrement attiré par cette région du monde où les luttes foncières sont fortes. Lui-même, à son échelle, a connu cela : expulsion, insécurité foncière, combat pour avoir une terre à cultiver. "J’avais besoin de rebondir, de retrouver une certaine motivation, après des années de travail dans la Nièvre. Je n’ai pas été déçu : aller voir de l’autre côté du monde m’a renvoyé à ma propre réalité. Quand j’ai vu l’ASOCODE prôner l’agriculture biologique sur des surfaces de 2 hectares pour s’en sortir, j’ai eu honte, car moi-même je n’ose le faire". L’ASOCODE est un mouvement d’Amérique centrale partenaire du CCFD, qui regroupe plusieurs organisations paysannes, et qui a accueilli la délégation française.

Dominique a vécu fortement ce voyage et a ressenti le besoin de tenir un journal quotidien pour ne pas oublier et transmettre ce qu’il découvre : l’injustice, la violence, l’écart scandaleux entre les riches et les pauvres, le combat pour la terre et donc la survie, l’organisation des paysans, la force qu’ils déploient... A son retour, en lien avec ses compagnons de voyage, il a organisé plusieurs soirées diapos et débats autour de ce voyage et n’avait de cesse de mettre sur pied le voyage de retour, c’est-à-dire l’accueil de paysans guatémaltèques et nicaraguayens.

Auparavant, pour financer le voyage et maintenir vivace la solidarité, Dominique a eu l’idée de faire un champ de pommes de terre au profit de ces paysans d’Amérique centrale. Il a rendu disponibles 50 ares sur son exploitation, a téléphoné à la coopérative de Chécy, obtenu des plants de pommes de terre avec 50 pour cent de remise et des conseils techniques et, le 8 mai 1999, une douzaine de personnes du village d’Anlezy est venue planter les patates, "les treuffes du Guatemala", selon le patois local.

Le 12 septembre suivant, ils étaient 200 pour les ramasser !

Tout le monde a été séduit par cette idée de lier des gestes d’entraide locale à une solidarité universelle : militants chrétiens, enfants des écoles, villageois, et même l’évêque local... tous ont répondu présent avec enthousiasme. Cinq tonnes de pommes de terre ont été vendues à des particuliers (3 francs le kilo)et le Conseiller général du Canton a acheté le reste pour les cantines scolaires et le restaurant du coeur : 22 000 F ont pu être envoyés pour les frais de voyage des paysans d’Amérique centrale.

Devant le succès de l’opération, une nouvelle parcelle a été remise en culture en l’an 2000.

En mars 2000, après des mois de préparation effectuée par le CCFD, le MRJC et le CMR, 17 paysans du Guatemala et du Nicaragua ont atterri en France pour trois semaines, direction le Limousin, la Bourgogne et la Franche Comté. Dominique en a accueilli quatre dans sa ferme. Visite de coopératives d’utilisation du matériel ou de commercialisation, rencontre de syndicalistes paysans, visite du marché au cadran et des abattoirs et découvertes d’exploitations (y compris en pisciculture)avec échanges sur les échecs et les réussites des paysans français... le programme était riche techniquement mais aussi humainement. "Je n’oublierai jamais la soirée d’accueil que nous leur avons réservée, se souvient Dominique. 120 personnes étaient là pour les accueillir, dont notre évêque et notre Conseiller régional. L’équipe CMR avait préparé le repas et nous avons eu des moments d’échanges extraordinaires, malgré la difficulté de la langue".

Il y a aussi ces moments splendides de rencontre avec les enfants de l’école primaire qui posent toutes sortes de questions : "Pourquoi êtes-vous petits ? Que mangez-vous ? Pourquoi êtes-vous pauvres ?"... Les quatre paysans accueillis par Dominique ont fait vraiment le tour de toutes les institutions du village d’Anlesy : cadastre, mairie, poste, épicerie, boulangerie, bar-tabac...

Chaleureux et très bavards, les paysans d’Amérique centrale sont repartis ravis de leur découverte, non sans avoir laissé quelques produits de leur artisanat, clochettes de terre crue, sacs et ceintures de cuir, peintures...

Aujourd’hui, l’échange continue, concrétisé par le champ de pommes de terre et sans doute une nouvelle façon de voir le monde pour deux populations à 10 000 kilomètres d’écart.

Mots-clés

diffusion des savoirs, injustice, organisation paysanne, agriculture biologique, partenariat


, France, Guatemala, Nièvre

dossier

Des ruraux inventent de nouvelles solidarités : initiatives locales de militants du CMR, Chrétiens dans le monde rural

Commentaire

Malgré la barrière de la langue et par delà la distance qui le sépare des paysans guatémaltèques et nicaraguayens, leur rencontre a renvoyé Dominique à sa propre réalité. Plus qu’à une leçon d’histoire géographie, c’est une leçon de vie à laquelle il a été confronté.

Depuis, quand il n’est pas dans ses champs, il laboure les consciences, il apprend à regarder autrement les pays du sud (avec moins de condescendance). Petits ou grands, notables ou non il leur fait toucher du doigt ce qu’ils ont de commun avec les paysans qui luttent contre les expulsions et pour une terre à cultiver... à 10 000 kilomètres d’ici !

Notes

Contact : Dominique Dequiedt, Le gros Cray, 58480 Anlesy, France. Tél.:33/(0)3 86 60 21 86 - Fax 03 86 60 26 81

Entretien avec DEQUIEDT, Dominique

Source

Entretien ; Récit d’expérience

Témoignage écrit, coupures de presse, compte-rendu de voyage.

CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) - 9 rue du Général Leclerc, 91230 Montgeron, FRANCE - Tél : 01 69 73 25 25 - France - cmr.cef.fr - cmr (@) cmr.asso.fr

contact plan du site mentions légales