español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Rencontre méditerranéennes entre paysans de Provence et d’Algérie

Coopération technique et découverte culturelle réciproque

Anne Sophie BOISGALLAIS, Lucien ALBRECHT

09 / 2000

Au début des années 1980, un groupe d’amis a créé l’association « Paysans et paysannes méditerranéens », fruit de la rencontre d’une famille pied-noir avec un agriculteur qui avait créé un club d’amitié avec l’Algérie suite à son service militaire dans ce pays. Les adhérents débattaient chaque semaine des liens entre Maghrébins et Européens, de l’immigration, de l’existence ou non d’une culture méditerranéenne, des relations entre chrétiens et musulmans… Cette association était principalement composée d’agriculteurs et d’agricultrices, ainsi que de conseillers agricoles. Les membres de « Paysans et paysannes de Méditerranée » travaillaient en collaboration, en Algérie, avec le BNDER (Bureau National de Développement et d’Etudes Rurales), sorte de filiale du ministère de l’Agriculture et de la Pêche, chargée du développement agricole et rural.

Cette coopération méditerranéenne a été officialisée par la présence de représentants des ministères de l’Agriculture et de la Pêche algérien et français, de la mairie d’Alger et de la région Provence Alpes Côte d’Azur.

« Dès le départ, nous avons voulu que l’action soit conduite dans un esprit de réciprocité, explique Jean Chrétien. Il n’y a pas d’un côté ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Nous apportons notre expérience technique et nos méthodes d’organisation du travail, tandis qu’eux apportent leur intégration agricole dans le milieu rural et leur façon de voir les liens qu’il peut y avoir entre la vie de famille et l’activité agricole. Nous avons tendance à oublier ces deux dernières choses, à cause de notre souci permanent de productivité et d’intégration de notre activité dans un contexte industriel ».

Des échanges ont eu lieu : ainsi, cinq producteurs de légumes provençaux ont été reçus chez cinq Algériens et ont travaillé avec eux pendant quinze jours, profitant de ce séjour pour rencontrer des responsables agricoles de la région. Vice versa, les cinq Algériens sont venus en France et ont rencontré des syndicalistes, des coopératives, des assurances, des agriculteurs… Ces échanges avaient valeur de stage et d’expérimentation. « Une fois, des femmes algériennes sont venues pour voir comment nous faisions le fromage de chèvre, mais autrement, il s’agissait toujours d’hommes » précise Jean Chrétien.

La rencontre de deux mondes aussi différents ne se fait jamais sans interrogations. A l’association « Paysans et Paysannes de Méditerranée », deux questions majeures étaient débattues : La place de la religion et la place des femmes dans la société. « Ce dernier sujet nous a toujours fait coucher fort tard, raconte Jean Chrétien, nous assistions à des débats sans fin entre Arabes ou entre Arabes et Kabyles ».

Algériens et Provençaux sont confrontés au même type de climat, aride et chaud ; la culture méditerranéenne, dans ce cas, n’est pas un vain mot. Elle est non seulement liée à la mer, mais aussi à la façon de vivre son terroir. Toutes les familles, de part et d’autre de la méditerranée, vivent dehors, attendent avec anxiété les pluies, pestent contre la sécheresse ou le vent.

Les animateurs de ce groupe d’amitié franco-algérienne vivent et sentent profondément cette communion avec leurs homologues algériens. Environ un tiers des adhérents de l’association sont en équipe CMR : la réflexion religieuse est donc très intégrée à la réflexion agricole technique et économique.

Cette coopération est actuellement en sommeil depuis le début de la guerre civile en Algérie, qui a aussi provoqué une diminution drastique des subventions.

Le groupe provençal s’applique désormais à favoriser l’intégration des immigrés saisonniers de l’agriculture, nombreux dans la région. Une association d’amitiés franco-maghrébine est en train de prendre le relais de « Paysans et paysannes de la Méditerranée », notamment en multipliant les occasions de rencontres entre communautés étrangères et habitants du pays.

Mots-clés

culture et technique, organisation paysanne, immigration, religion, développement rural, intégration régionale et agriculture


, France, Algérie, Vaucluse

dossier

Des ruraux inventent de nouvelles solidarités : initiatives locales de militants du CMR, Chrétiens dans le monde rural

Commentaire

Habiter ensemble sur un même espace - fût-il rural - n’est pas toujours commode ! Cela est d’autant plus vrai quand cohabitent des gens de culture et de religion différentes. Combien est nécessaire et vital pour un « vivre-ensemble » harmonieux que se tissent des liens d’estime et de reconnaissance comme le permet l’association « Paysans et paysannes méditerranéens ». Ainsi, des hommes et des femmes différents par leurs us et coutumes, mais reliés par leur appartenance à la paysannerie et au même type de climat se découvrent, s’estiment et se respectent jusqu’à coopérer « dans un esprit de réciprocité » pour un développement agricole et rural.

Notes

Contact : Jean Chrétien, Cedex 719, 84150 Jonquières, France - Tél. 04 90 70 64 94 - Fax 04 90 70 39 37

Source

Entretien

Note sur l’immigration par Jean Chrétien - Témoignage écrit - Fiche résumé de l’action.

CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) - 9 rue du Général Leclerc, 91230 Montgeron, FRANCE - Tél : 01 69 73 25 25 - France - cmr.cef.fr - cmr (@) cmr.asso.fr

contact plan du site mentions légales