español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Un atelier sur la communication électronique à Lima, au Pérou

Chandrika SHARMA

02 / 1998

Un atelier sur la communication électronique et internet s’est tenu à Lima, au Pérou, du 27 au 29 mai 1997, à l’Université Catholique. A peu près vingt personnes, de la FIUPAP (Pérou), de la CONAPACH et de la FETRINECH (Chili), de la FENACOPEC (Equateur), du Sindicato Obreros Maritimos Unificados (Argentine), de l’Institut Terramar et du Centre Josue de Castro (Brésil), ont pris part à l’atelier. Satish Babu, de la South Indian Federation of Fishermen Societies (Inde), était la principale personne ressource.

L’idée de monter cet atelier fut évoquée pour la première fois à la conférence organisée par l’International Collective in Support of Fishworkers (ICSF)à Cebu (Philippines)par les organisations latino-américaines de travailleurs de la pêche. L’atelier s’insérait parfaitement dans le programme de communication de l’ICSF qui, entre autres choses, vise à mettre en place un service d’affichage de l’information afin d’améliorer la communication entre organisations de pêcheurs et ONG, en facilitant des forums de discussion (sur les accords de pêcheries, les technologies de la pêche, la législation , les mouvements de flottes, la situation de stocks, les luttes des pêcheurs, des rapports sur les ateliers et les consultations, les stratégies d’organisation, les réseaux régionaux, etc.), et à constituer un dépôt central d’information sur la pêche et les problèmes des pêcheurs.

L’atelier de Lima a aidé à faire découvrir aux organisations de travailleurs de la pêche et aux ONG qui les soutiennent en Amérique latine les technologies de communication électronique de base requises pour promouvoir un meilleur accès à l’information et favoriser les échanges internationaux. Il a aidé au lancement d’une opération de mise en réseau, qui utilise la communication électronique pour faciliter les interactions entre organisations de pêcheurs et ONG. Il a aussi aidé l’ICSF à se familiariser avec les problèmes actuels de pêcherie en Amérique latine.

L’atelier s’est tenu en collaboration avec l’Institut Huayuna qui, entre autres choses, travaille au niveau communautaire avec les pêcheurs artisanaux de Pisco, au Pérou. Trois domaines principaux ont été identifiés pour la mise en oeuvre d’un réseau régional : dégradation de l’environnement côtier, y compris l’impact destructeur des otaries sur la pêche artisanale, incursion de flottes de pêche étrangères dans les Zones Economiques Exclusives (EEZ), et aspects de la sécurité en mer.

Risco Guillermo de la FETRINACH (Chili), par exemple, a déclaré que les conditions de travail des pêcheurs industriels ont empiré dans le passé récent. On attend des pêcheurs qu’ils travaillent 18 heures par jour. Bien que l’âge de la retraite dans les pêcheries soit de 65 ans, il n’y a pas un seul membre d’équipage au Chili qui ait plus de 50 ans. Dans la plupart des cas, le travailleur n’en peut déjà plus à 40 ou 45 ans. Risco a regretté le fait que tout soit focalisé sur les questions de production. Il a dit que les pêcheurs devaient faire quelque chose pour défendre ensemble leur héritage national et qu’il était important dans cette perspective d’échanger leurs expériences. Dans ce contexte, il a trouvé l’idée d’un réseau par courrier électronique assez intéressante.

Les participants ont jugé que l’atelier avait eu des résultats positifs, et y ont vu un commencement de professionalisation dans la gestion des organisations. Ils ont eu le sentiment que l’usage de l’e-mail et d’internet améliorerait leur accès à l’information, ce qu’ils jugeaient utile pour exercer une pression internationale sur les enjeux de la pêche.

Ils eurent aussi l’impression qu’une entente régionale des pêcheurs artisanaux était possible, et l’idée d’une association des pêcheurs artisanaux au niveau latino-américain les réjouissait. A la fin de l’atelier, un comité, constitué de représentants de FIUPAP, CONAPACH, FETRINECH et FENACOPEC, a été formé pour encourager le travail en réseau sur les questions régionales.

Mots-clés

pêche, gestion des ressources naturelles, organisation de pêcheurs, réseau d’échange d’expériences


, Amérique Latine, Pérou, Chili, Argentine, Brésil, Équateur

Commentaire

L’atelier sur la communication électronique et internet, auquel ont assisté des représentants d’organisations de pêcheurs latino-américaines et des ONG, a constitué une occasion utile pour les travailleurs de la pêche de se rencontrer et de discuter sur des questions d’intérêt régional, et pour apprendre les manières dont le médium électronique peut aider à établir des contacts entre eux sur ces questions.

A une époque où la technologie de la communication s’étend rapidement, les organisations de pêcheurs sont bien conscientes du besoin, pour la poursuite de leurs propres objectifs, de se familiariser avec cette technologie.

Organiser des ateliers semblables dans d’autres parties du monde serait très utile pour donner aux travailleurs de la pêche les moyens de devenir une force mieux organisée au niveau international.

Notes

Fiche originale en anglais).

Source

Articles et dossiers

BABU, Satish, Net worth in. Samudra Report, 1998, P.19, 57-61

ICSF (International Collective in Support of Fishworkers) - 27 College Road, Chennai 600006, INDIA - Tel. (91) 44-2827 5303 - Fax (91) 44-2825 4457 - Inde - www.icsf.net - icsf (@) icsf.net

contact plan du site mentions légales