español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’expérience d’une présidente d’Union pour associer épargne aide et activités (Kaolack, Sénégal)

Mama GUEYE, Séverine BENOIT

05 / 2001

Mama GUEYE, présidente de l’UGAN (Union des Groupements Associés du Niombato) explique ceci : "Moi, dans mon groupement, quand nous avons démarré, on faisait une cotisation de 6.000 FCFA (60 FF) par mois. On était 20 personnes. On a pris 20.000 FCFA pour les verser dans notre caisse et avec les 100.000 FCFA restants on fait un tirage pour 4 personnes qui vont bénéficier de cet argent pour travailler. Au troisième mois, tu rapportes l’argent qu’on t’a prêté avec 1.500 FCFA d’intérêt. Cet intérêt est versé dans la caisse et on redonne en plus les 25.000 FCFA. Actuellement on a plus de 300.000 FCFA dans la caisse, sans avoir eu aucune aide. C’est pour cela que je dis qu’il faut toujours commencer par avoir des fonds propres avant de partir à la recherche de partenaires.

Parfois on a aussi un partenaire qui nous aide. Voici un autre exemple au niveau de l’union : nous avons reçu une subvention de 600.000 FCFA (6.000 F) pour le maraîchage, c’était une partenaire "femme". On a ciblé des villages qui pratiquaient le maraîchage et on leur a dit : "chaque groupement qui est d’accord pour verser 10.000 FCFA dans le compte de l’union a droit à 30.000 FCFA". C’était une participation. On a demandé à ceux qui ont accepté de nous expliquer précisément ce qu’ils avaient comme besoins (équivalents à 30.000 FCFA), et on a acheté les intrants (engrais, semences, etc...) pour les remettre au groupement. Parfois, si tu donnes l’argent au groupement, il fait autre chose avec les fonds ou bien il achète des intrants qui ne valent rien. C’est pourquoi on ne leur donne pas d’argent liquide.

Ceux qui avaient été d’accord pour participer de 10.000 FCFA, ils ont eu pour 30.000 FCFA, et quand tu récoltes tu rembourses les 30.000 FCFA. Quand tu as remboursé, on te donne encore un crédit pour la deuxième année mais cette fois tu ne verses rien parce qu’on a confiance. Cela circule entre les groupements. Et cela nous permet d’effectuer beaucoup d’activités.

Mon conseil à un groupement de femmes qui n’a jamais eu d’appui, c’est vraiment de passer par la voie que j’ai suivie pour mon propre groupement. D’abord se constituer, former un bureau, essayer de voir ce qu’on peut faire soi-même avant d’aller solliciter une aide. Le groupement doit d’abord faire des activités pour avoir ses propres moyens avant de demander des aides. Parce que si elles démarrent avec des aides, elles ne sauront pas comment gérer. Alors que si elles ont déjà leurs propres activités, leurs propres moyens, elles sauront gérer l’aide. Ensuite, pour avoir un appui, le groupement doit avoir un récépissé, un siège social, un règlement intérieur et il faut aussi déterminer les conditions d’adhésion des membres. Enfin pour l’argent lui-même, il faut avoir l’habitude de cotiser continuellement pour avoir des fonds propres et ainsi le groupement a chaque mois de l’argent".

Mots-clés

organisation paysanne, épargne, crédit, horticulture, gestion d’entreprise, développement local, femme


, Sénégal, Kaolack

Commentaire

La base financière d’un groupe féminin ce sont les cotisations individuelles mensuelles qui deviennent le capital du groupement. A partir de là, la pratique des prêts aux membres qui remboursent au groupement fructifie la mise initiale. Et quand l’aide arrive sur cette construction pourvu qu’elle respecte les règles et le rythme des femmes, elle peut être efficace et sûre.

Notes

Notre interlocutrice est l’une des rares "présidentes" d’une association régionale importante composée de groupements mixtes. Voir les fiches extraites du même interview, n° GRAD 472 à 475.

Entretien avec GUEYE, Mama à Kaolack en février 2001.

Source

Entretien

GRAD (Groupe de Réalisations et d’Animations pour le Développement) - 228 rue du Manet, 74130 Bonneville, FRANCE - Tel 33(0)4 50 97 08 85 - Fax 33(0) 450 25 69 81 - France - www.grad-france.org - grad.fr (@) grad-france.org

contact plan du site mentions légales