español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Histoire de la fondation de la CAD : Coordination des actions de développement, entre 1992 et 1995 (Fissel, Sénégal)

Sara DIOUF, Benoît LECOMTE

08 / 2001

Sara Diouf, coordinateur de la CAD de Fissel, explique ceci :

"La CAD de Fissel, comme son nom l’indique, c’est la Coordination des Actions de Développement, une initiative née dans la Communauté Rurale (CR) de Fissel (région) pour coordonner l’ensemble des actions menées par les différents acteurs. Cette initiative est née en 1992. La population de Fissel est actuellement de 30.000 habitants répartis dans 28 villages. La CAD est une idée venue des gens de Fissel, de l’ensemble des acteurs.

Vers les années 90, il y a eu des changements importants dans de la CR. Ces changements ont entraîné la responsabilisation d’hommes nouveaux. Par exemple il y a eu un renouvellement des responsables politiques et désormais une nouvelle équipe s’est mise en place pour diriger les activités de développement de la communauté : c’est le Conseil Rural. Dans cette nouvelle équipe, il y avait quelques personnes très engagées pour le développement, pas seulement façonnées de politique. Depuis 1990 les gens à Fissel ont conscience qu’on fait de la politique quand il le faut mais, une fois les échéances électorales passées, c’est maintenant les initiatives et actions de développement qui continuent avec tous les responsables unis. Le président du conseil rural (un homme engagé) a, pour son premier mandat, voulu un tableau de bord, c’est-à-dire un repère, une référence, pour pouvoir travailler. C’était également le souhait de beaucoup de gens à Fissel. L’ensemble des acteurs de développement, les responsables d’Organisations Paysannes (OP) y compris, tous étaient véritablement partants. Les hommes politiques étaient eux aussi très motivés pour se mettre dans une telle démarche.

C’est à partir de là que le Conseil de la CR a eu dans un premier temps à solliciter l’appui du CIEPAC (Centre International pour l’Education Permanente et l’Aménagement Concerté). Le CIEPAC est un centre d’études, un accompagnateur technique de Fissel dont les responsables ont commencé leurs activités ici depuis 1972, avec la création de centres d’Education Moyen Pratique. Le président du conseil rural avait également demandé à notre association paysanne Jig-Jam de mettre à sa disposition une équipe d’animateurs de 10 personnes pour faire de la planification à la base.

Dans les villages, les animateurs partaient tenir des assemblées populaires. Donc, on réfléchissait sur l’ensemble des problèmes qu’on pouvait identifier dans la communauté. A la suite de cette étape de diagnostic interne, il y a eu également un diagnostic externe qui consistait à voir ce que les techniciens et les autorités avaient comme informations techniques. Ensuite avec l’ensemble de ces éléments, on retournait une ou deux fois dans les villages pour préciser et essayer d’enclencher une analyse de l’ensemble de ces problèmes pour aboutir à des solutions et bâtir un programme triennal, un plan de développement local. Quand le plan fut établi, il fallait voir qui allait gérer ce plan étant donné que ce plan n’appartenait ni à Jig-Jam, ni au Conseil Rural, ni aux autres acteurs, mais qu’il appartenait à la communauté. Quelle structure allait porter le plan ? C’est à ce moment que les gens ont ressenti la nécessité de se retrouver encore pour voir qui déléguer et quel type de "cadre" proposer pour pouvoir gérer ce plan, son statut, son règlement intérieur, etc...

C’est là qu’est née la structure actuelle, la CAD (Coordination des Acteurs de Développement) qui mobilise l’ensemble des 22 structures (associations, GIE, comités, unions) au niveau de la CR de Fissel. Nous avions déjà identifié toutes les structures qui évoluaient au niveau de la communauté rurale. Nous avons convoqué une assemblée générale constitutive en février 1995. Des missions ont été données au comité de la CAD pour porter le programme qui était déjà mis en place. Il devait constituer un cadre de concertation entre l’ensemble des acteurs. Donc tous les acteurs, le conseil rural, les chefs de villages, l’autorité administrative, les techniciens, les responsables d’organisations paysannes, les responsables de comités et toutes les structures d’appui (ONG, projets, etc...) présentes dans la communauté rurale."

Mots-clés

organisation paysanne, ONG du Nord, ONG du Sud, développement local, planification, concertation, innovation, collectivité locale


, Sénégal, Fissel

Commentaire

A ses débuts (1992), la CAD s’appelait Coordination des Acteurs de Développement. Désormais, le sigle signifie Coordination des Actions de Développement. Est-ce parce que certains acteurs refusent de se mettre en ordre ? Il faut dire que réussir à conjuguer les efforts de 22 institutions actives sur le territoire de la CR de Fissel, avant même que l’Etat sénégalais ne mette en branle la décentralisation régionale (1998), était une innovation ambitieuse de la part d’une organisation paysanne locale comme l’est Jig-Jam.

Voir aussi la fiche DPH n° 7440.

Notes

Sara Diouf, secrétaire général de l’association paysanne Jig-Jam a été plusieurs fois interviewé afin que l’innovation qu’il décrit soit bien expliquée.

Entretien avec DIOUF, Sara réalisé à Thiès en mars 1999.

Source

Entretien

GRAD (Groupe de Réalisations et d’Animations pour le Développement) - 228 rue du Manet, 74130 Bonneville, FRANCE - Tel 33(0)4 50 97 08 85 - Fax 33(0) 450 25 69 81 - France - www.grad-france.org - grad.fr (@) grad-france.org

contact plan du site mentions légales