español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Intérêt de l’aide pour les partenaires du Nord

La main qui reçoit nourrit la main qui donne

Malick SOW, Benoît LECOMTE

02 / 1998

Malick Sow, Secrétaire Général de la FAPAL (Fédération des Associations Paysannes de Louga) rapporte ceci :

"Certains ici disent : "l’aide doit durer car les partenaires ont besoin de nous". Les partenaires qui nous donnent de l’aide la demandent chez eux à d’autres sources mais en notre nom. Ici, des expériences que les gens ont vécues les poussent à dire que les partenaires ont besoin de nous. En effet, il arrive qu’on négocie un financement et qu’on n’en obtienne le 1/3 alors que les 2/3 sont retenus par le partenaire pour des raisons de fonctionnement ou d’autres raisons que nous ignorons. Ce sont des réalités qui sont là, que les gens ont vécues, même si on ne le crie pas sur les toits. Sans nous, ils ne recevraient pas cette aide, à travers des collectes, des dons. Et s’il n’y a pas de structures paysannes, ils n’auront plus de raisons pour dire à leurs propres bailleurs : "Nous voulons tant pour assister tel".

Un exemple : nous avons reçu une mission de l’Union Européenne (UE). Elle venait pour enquêter sur un financement qu’une ONG du Nord nous avait fourni (150 millions CFA soit 75 000 FF à l’époque) pour deux ans. Quand ils ont posé des questions sur l’utilisation de 300 millions, nous avons été un peu surpris et leur avons dit que nous n’avions reçu que 150 millions. Or, il y avait déjà eu un rapport d’évaluation sur cela. Nous leur avons montré ce rapport. Ils ont demandé qu’on le mette à leur disposition, mais nous avons refusé. Nous avons téléphoné à notre partenaire. Aussitôt, il a dit de bloquer le rapport d’évaluation et qu’il venait discuter avec nous.

Ce qui est bizarre, c’est que cette mission a commencé directement dans les localités où étaient censées se mener ces activités, avant de venir nous rencontrer. A priori, peut-être n’avaient-ils pas confiance; nous n’étions même pas au courant qu’il y avait cette mission. Quand ils sont venus, ils ont posé des questions, nous nous sommes expliqués. Nous avons été sur le terrain, il n’y avait pas de contradictions entre ce que les populations ont dit et ce qu’eux nous ont dit. S’il y avait des divergences, on nous l’aurait signalé. Maintenant, le seul problème c’est qu’ils n’ont pas pu rentrer avec le rapport d’évaluation que nous avions.

Nous n’avons pas voulu discréditer ce partenaire auprès de ces gens de l’UE. Même si la mission a eu vent de cela, comment allaient-ils réagir avec ce partenaire-là ? C’est un point d’interrogation. Ce qui est sûr c’est que nous avons compris que ce partenaire rencontrera ces contrôleurs pour expliquer ou pour se justifier aux yeux de l’UE.

Voilà des situations qui confirment aux mauvaises langues qu’ils ont raison d’affirmer que les partenaires du Nord ont aussi besoin de nous. Il y a donc un fondement; il n’y a pas de fumée sans feu".

Mots-clés

organisation paysanne, financement, ONG du Nord, UE, projet de développement, corruption


, Sénégal, Europe, Louga

Commentaire

L’aide n’est pas simplement au service du plus pauvre, elle est utile pour tous ceux qui se trouvent sur son circuit. Par exemple, certaines des organisations non gouvernementales cofinancées par l’Union Européenne sont, selon notre interlocuteur, un responsable paysan sénégalais, susceptibles de garder une partie importante de l’argent pour elles et il lui semble que les "mauvaises langues" locales ont parfois raison d’affirmer que les partenaires du Nord "ont aussi besoin de nous".

Notes

Voir fiches GRAD n° : 75 à 85 et 88 tirées du même interview; 93; 149; 154; 167; 183; voir fiche DPH 7.256 (correspondant GRAD n° : 82).

Entretien avec SOW, Malick réalisé à Thiès en décembre 1997.

Source

Entretien

GRAD (Groupe de Réalisations et d’Animations pour le Développement) - 228 rue du Manet, 74130 Bonneville, FRANCE - Tel 33(0)4 50 97 08 85 - Fax 33(0) 450 25 69 81 - France - www.grad-france.org - grad.fr (@) grad-france.org

contact plan du site mentions légales