español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Favoriser le développement durable dans le secteur automobile chez Norauto

Les centres Norauto mettent en place depuis 1995 des programmes de recyclage de tous les déchets occasionnés par l’entretien et la réparation automobile

Nathaly DANEL

10 / 2000

L’environnement est inscrit dans le projet d’entreprise de Norauto, créateur et leader des centres-auto en France. Le métier de Norauto est d’apporter les solutions les plus adaptées au bien-être de l’automobiliste, ce qui ne peut se concevoir sans un souci de lutte contre les nuisances de l’automobile, notamment en matière d’environnement et dans une perspective de développement durable. C’est en 1995 qu’a été créée la commission environnement, qui cherche à devancer la loi dans ses actions sur l’environnement.

Pour mettre en oeuvre sa politique de protection de l’environnement, Norauto raisonne déchet par déchet, filière par filière, en choisissant chaque fois le partenaire le mieux approprié. On dénombre ainsi 8 filières :

- Les batteries

La récupération est organisée dans tous les centres Norauto : des bacs sont mis à la disposition du public pour y déposer les batteries usagées. Elles sont ensuite collectées pour être recyclées par la société Metal Europ. Cette opération est autofinancée;

- Les filtres

Quand les filtres sont changés dans les centres Norauto, ils sont systématiquement triés et collectés dans des fûts pour être recyclés par la société Chimirec. Le recyclage des filtres est total. Le particulier peut également venir déposer son filtre usagé chez Norauto, mais cette démarche n’est pas encore très répandue, alors qu’elle est très forte pour les batteries. Collecte et traitement des filtres sont des opérations coûteuses pour Norauto ;

- Les pneus

Chaque année on dénombre environ 30 millions de pneumatiques usagés. Une grande partie est entreposée dans des décharges "sauvages". Dans chaque centre Norauto, les pneus sont stockés dans des locaux ou dans des bennes fermées avant d’être collectés pour être recyclés dans des cimenteries. Le pneu usagé leur sert de combustible. A peine 50 pour cent des pneus sont recyclés. Le coût élevé du recyclage, 4 à 5 F. par pneu, est supporté par Norauto. L’accumulation des pneus usagés pose un réel problème : grand risque d’incendie et dégradation de l’environnement ;

- Les huiles

Les huiles de vidange sont intégralement récupérées et stockées dans des cuves avant d’être collectées pour être recyclées. Cette opération est financée en grande partie par une taxe prélevée en amont par l’ADEME auprès des pétroliers. Seul le coût des fûts de stockage est à la charge de Norauto ;

- Les emballages

Tous les bidons de 1 à 5 litres ayant contenu des produits nécessaires à l’automobile : huile, liquide de frein, anti-gel... sont triés, stockés dans des bacs puis recyclés par la société Ecovalor. Cette société broie avant d’incinérer les bidons en plastique. Les fûts de 200 litres sont nettoyés puis remis en circuit. Le coût de cette filière est pris en charge par Norauto ;

- Le liquide de refroidissement

Depuis 1998, le liquide de refroidissement est stocké dans des fûts de 200 litres pour être récupéré et ensuite recyclé par la société Chimirec. Là aussi Norauto supporte le coût de cette opération ;

- Les piles

Depuis fin 1997 des bacs de récupération sont à la disposition de tous dans les centres Norauto, pour déposer piles et batteries de téléphone usagées. Elles sont ensuite collectées et recyclées par la société Citron au prix de 15 F le kilo. La réglementation officielle n’est intervenue qu’en juin 1998 ;

- Les pots catalytiques

C’est un marché encore naissant. Les pots usagés sont recyclés par une filiale de Rhône Poulenc.

La démarche de Norauto est très intéressante, parce qu’elle sensibilise les consommateurs mais aussi ses salariés.

Norauto diffuse un journal interne, Synchro. Dans chaque numéro on y trouve un article sur l’environnement. Les salariés sont ainsi sensibilisés. Dans chaque magasin, il existe une information sur le lieu de vente. Celle-ci est matérialisée par des fiches présentes dans les rayons, indiquant le recyclage possible des différents éléments. Chaque atelier effectue une démarche de qualité interne. Grâce à un référentiel, chaque centre peut s’auto-évaluer en se demandant si son local est propre ou s’il respecte suffisamment l’environnement.

Les courbes de recyclage des produits sont exponentielles. Ceci reflète une prise de conscience de plus en plus forte de la part des salariés ou de la part des clients en matière de défense de l’environnement.

Mots-clés

protection de l’environnement, pollution, recyclage des déchets, citoyenneté, législation


, France, Nord-Pas-de-Calais

Commentaire

Les centres Norauto sont déjà très impliqués en matière de protection de l’environnement. J’ai été très séduite également parce que cette démarche environnementale est portée en interne par les salariés des services généraux du siège social à Lesquin.

A l’intérieur de l’entreprise, Norauto récupère le papier usagé pour en faire des blocs de brouillon, les cartouches d’imprimantes et les cannettes de boissons sont collectées et recyclées. Les déchets électriques et électroniques de service après-vente sont centralisés, triés et recyclés.

Pour la récupération des papiers de bureau, Norauto a fait appel à Elise (1) dont elle est l’une des premières clientes. Là encore, c’est une action citoyenne à double titre : en amont les salariés de Norauto s’investissent dans le tri de leurs papiers de bureau, ils contribuent ensuite à la création d’emplois chez Elise et au respect de l’environnement.

Il reste cependant beaucoup à faire dans le domaine de l’environnement : malgré toutes ces propositions de collecte de déchets, de nombreuses décharges sauvages existent un peu partout en France. Comment mieux sensibiliser les consommateurs à ce respect journalier de l’environnement pour préserver la planète ?

Notes

(1) voir aussi la fiche Dph : Création d’emplois durables grâce à la valorisation de papiers chez Elise

Informations recueillies dans le cadre de la démarche "Citer pour inciter" d’Alliances.

Entretien avec SARDOU, Blandine

Source

Rapport

DANEL, Nathaly, Alliances, Favoriser le développement durable dans le secteur automobile chez Norauto, 2000

Alliances pour la Citoyenneté des Organisations - 40 rue Eugène Jacquet, SP 15, 59708 Marcq en Baroeul cedex Lille - Tel : (33) (0)3 20 99 45 17 - Fax : (33) (0)3 20 99 47 00 - France - www.alliances-asso.org - alliances (@) citeonline.org

contact plan du site mentions légales