español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’actionnariat salarié du groupe Auchan

Le partage des fruits de l’entreprise est l’aboutissement d’une politique qui passe par le partage du savoir et de celui du pouvoir

Jacques DEWAILLY

01 / 2000

Partager l’avoir, la valeur et les richesses de l’entreprise avec ceux qui les ont créées est l’aboutissement de la politique de participation du groupe Auchan. Cette politique, énoncée et méthodiquement mise en oeuvre, se définit par "le partage du savoir", c’est-à-dire la formation et l’information, "le partage du pouvoir", c’est-à-dire la responsabilisation de chacun et l’initiative dans la fonction qu’il occupe pour aboutir au "partage de l’avoir", c’est-à-dire au partage des fruits du travail.

Auchan, 110 000 personnes à travers le monde, près de 1 200 points de vente répartis entre hyper-marchés, supermarchés et magasins de proximité, est une société familiale. 400 actionnaires liés à la famille de Gérard Mulliez, son fondateur, sont partie prenante dans la majorité du capital d’une fédération d’entreprises dont font partie Leroy Merlin, bricolage ; Decathlon, sport ; Flunch, restauration ; Kiabi, prêt-à-porter ; Boulanger, électroménager... L’aventure de la famille a connu un nouvel essor en 1961 lorsque, lors de la crise du textile, son activité d’origine, Gérard Mulliez a reçu en dotation une usine désaffectée "aux champs" d’où le nom d’Auchan, dans laquelle, en même temps que Marcel Fournier de Carrefour et qu’Edouard Leclerc en Bretagne, il a initié et développé en France le commerce sous forme d’hypermarché.

Regroupées dans un actionnariat familial commun, les différentes sociétés du groupe sont, au plan de leur stratégie et de leur gestion, totalement autonomes. La politique de participation et d’intéressement des salariés obéit cependant à des principes communs, amplement affichés, diffusés et expliqués, mais évalués en fonction des résultats de chacune des sociétés et de chacun des centres de profit.

Le partage des fruits du travail se fait à différents niveaux : outre les rémunérations de base, l’intéressement et la prime de progrès sont liés aux résultats d’exploitation trimestriels des magasins. La participation dépend du bénéfice annuel de l’entreprise Auchan France. L’actionnariat reflète la plus-value du titre du groupe Auchan monde.

En 1968, lors de la promulgation de l’ordonnance sur la participation, Auchan a demandé une dérogation pour améliorer la part distribuée. En 1972 a été instaurée la prime de progrès. En 1977, le président Gérard Mulliez a proposé au Comité Central d’Entreprise de rendre les collaborateurs d’Auchan copropriétaires et associés de la société et de partager avec eux les plus-values de l’entreprise. Les raisons liées au projet étant de trois ordres : renforcer les liens entre l’entreprise et ses collaborateurs, contribuer à changer les mentalités et faire des collaborateurs des personnes reconnues dans leur fonction, enfin, par souci de justice, partager l’augmentation de la valeur de l’entreprise.

Au cours des cinq dernières années, l’action a connu une augmentation de 69 pour cent, passant de 463 F en 1994 à 792 F en 1998, ce qui a permis, notamment aux collaborateurs qui étaient dans l’entreprise au moment du lancement de l’actionnariat, de se constituer un patrimoine non négligeable. En 1999, la famille Mulliez possédait 84 pour cent des actions de l’entreprise Auchan (branche hyper) et les 98 pour cent de collaborateurs salariés actionnaires 16 pour cent.

Tout le management de l’entreprise est influencé par cette philosophie du partage : professionnalisation intensive du personnel et formation économique démultipliée par les 250 représentants de porteurs de parts et membres du comité d’animation du fonds commun de placement dans les magasins ; forte responsabilisation des directeurs de magasins et des chefs de rayon dans la recherche de résultats. Démultiplication au niveau national et régional de réunions d’échange et d’information sur l’évolution de l’entreprise et de sa valeur. Les Représentants des Porteurs RPP et membres des comités d’animation peuvent s’appuyer sur un guide diffusé à 2 000 exemplaires, sur une documentation explicite et sur du matériel pédagogique réalisé sous forme de CD-Rom.

Un fonds commun de placement Valauchan rassemble l’actionnariat des salariés. Il est réservé aux salariés présents dans l’entreprise. Sa structure est calquée sur celle de l’entreprise. Au niveau national, le conseil de surveillance avec 75 pour cent d’élus et 25 pour cent de désignés permet un maillage complet de l’entreprise. La structure locale est composée des représentants porteurs de parts dont la mission est de former, informer et animer. Au niveau régional, les membres du conseil de surveillance du fonds commun de placement Valauchan et les représentants des porteurs de parts organisent régulièrment des réunions pour, à ce niveau aussi, démultipier l’information et favoriser synergie et échanges. Le président du fonds commun de placement siège au Conseil d’administration du groupe sans toutefois avoir encore le titre d’administrateur.

Le fonds commun de placement Valauchan est composé pour 80 à 90 pour cent d’actions Auchan et pour le reste de titres en bourse négociables pour assurer les liquidités si nécessaire. Il est évalué à plus de 6 milliards de francs. Il réunit 51 500 actionnaires salariés en France, près de 8 000 en Europe. La politique actuelle, en continuation de celle qui était pratiquée lors du lancement de l’actionnariat, incite les nouveaux salariés à investir dans l’actionnariat en leur proposant un abondement intéressant. Le personnel a répondu positivement à cette incitation puisqu’en 1999, sur les 900 millions de francs qui ont été distribués hors salaire, celui-ci a souscrit 680 millions de francs supplémentaires dans l’entreprise.

Mots-clés

entreprise, organisation socioprofessionnelle, gestion d’entreprise, conditions de travail, initiative économique, logique d’entreprise


, France, Nord-Pas-de-Calais

Commentaire

La direction fait en sorte que le modèle Auchan soit diffusé dans les autres sociétés du groupe et à l’international. C’est ce qui se passe au fur et à mesure que, dans ces sociétés, les résultats se confirment. Facilement en Espagne, au Portugal, et au Luxembourg ; avec intérêt en Pologne. Qu’en sera-t-il à Shanghai, en Chine, où vient de s’ouvrir un premier hyper ? Il ne peut en effet, estime la direction, y avoir d’actionnariat salarié que si, au préalable, il y a eu partage de résultats, par la participation et la prime de progrès. D’une part, parce que les gens doivent être intéressés aux résultats qu’ils obtiennent par eux-mêmes, dans une entreprise qu’ils considèrent comme la leur ; et aussi pour tenir compte du fait que, pour rendre les gens actionnaires, il faut qu’ils en aient les moyens. Cela explique que, dans les entreprises plus récemment intégrées dans le groupe et qui n’appartiennent pas à la branche "hyper", la plus ancienne, l’actionnariat est moins développé et atteint exceptionnellement 6 pour cent. En attendant les résultats à venir.

Cette relation privilégiée entre l’entreprise et son personnel actionnaire, conscient de ses droits et de ses devoirs, sera-t-elle un atout pour permettre à l’entreprise de gagner la guerre sans merci que se livrent les géants de la grande distribution ?

Notes

Informations recueillies dans le cadre de la démarche "Citer pour inciter" d’Alliances.

Source

Articles et dossiers

DEWAILLY, Jacques, Alliances, Le partage des fruits de l'entreprise est l'aboutissement d'une politique qui passe par le partage du savoir et de celui du pouvoir in. Management et conjoncture sociale, 2000/03/13

Alliances pour la Citoyenneté des Organisations - 40 rue Eugène Jacquet, SP 15, 59708 Marcq en Baroeul cedex Lille - Tel : (33) (0)3 20 99 45 17 - Fax : (33) (0)3 20 99 47 00 - France - www.alliances-asso.org - alliances (@) citeonline.org

contact plan du site mentions légales