español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le développement durable et l’habitat

L’association CRATerre intègre l’habitat comme champ d’application des technologies alternatives de construction dans les stratégies de développement durable.

Paola BARIL

03 / 2002

CRATerre (Centre international de recherches et d’applications pour la construction en terre) est une organisation non-gouvernementale fondée en 1979 et basée à Grenoble. Elle est composée d’une équipe internationale et pluridisciplinaire de bâtisseurs (architectes et ingénieurs) et est active dans plus de 80 pays. Son éthique et ses actions s’articulent autour du constat suivant : l’habitat (construction, aménagement et usage de logement, équipements intérieurs, prolongements en bâtiments communautaires de proximité) constitue une des sources méconnue et pourtant très importante de consommation d’énergies et de production de gaz à effet de serre. En effet, la majorité des matériaux de construction utilisés actuellement (ciment, acier, aluminium) sont contraires aux exigences de développement durable. Dans le même temps, plus d’un milliard d’individus, surtout dans les pays en voie de développement, sont concernés par la crise mondiale de l’habitat. Pour les membres de CRATerre, l’habitat est pourtant le domaine dans lequel des changements vers des pratiques de construction compatibles avec le développement durable sont possibles, ce grâce à un usage modernisé de matériaux de construction naturels : bois, pierre et terre crue. L’objectif de l’association consiste, au Nord comme au Sud, et surtout dans une coopération Nord-Sud, à donner aux populations, aux collectivités locales et à l’Etat, les moyens de maîtriser les stratégies d’habitat et de les installer dans une dynamique de développement durable.

Les actions de CRATerre qui affirme "un nécessaire et radical changement éthique, culturel et technologique", s’articulent autour de plusieurs axes. Laboratoire de recherche, équipe d’action sur le terrain et pôle d’enseignement multidisciplinaire, CRATerre vise à faciliter, d’une part, l’accès des populations modestes aux logements et aux équipements communautaires (urbains ou ruraux), en Europe et dans les pays en développement. D’autre part, à mettre en valeur des patrimoines locaux en tentant de dynamiser les diversités culturelles existantes. Enfin, à faire une utilisation optimale des ressources matérielles, naturelles et humaines spécifiques aux lieux d’intervention (notamment par le biais de la formation des cadres et des artisans du bâtiment). Ces trois axes doivent permettre "l’instauration dynamique" des conditions d’un développement durable, grâce à des pratiques "novatrices" en matière de gestion de projets d’habitat. CRATerre substitue à une approche ponctuelle et restrictive des problèmes de logements, une approche globale intégrant l’ensemble des facteurs et potentialités d’un site. Par exemple, les projets réalisés privilégient les savoirs-faire locaux, plutôt que d’importer des procédures et des standards internationaux. Et différentes formations professionnelles sont intégrées au processus, pour assurer une "greffe de compétences" et des emplois à court et long terme. Ainsi, outre la formation de cadres supérieurs, CRATerre a mis en place des formations professionnelles dans les pays du Sud, visant la (re)qualification d’artisans et d’ouvriers du bâtiment, la mise en place de "chantiers pilote" et de "chantiers école". D’autres cycles plus pointus forment des spécialistes à la protection et à la mise en valeur du patrimoine architectural ancien en terre crue, tant dans les pays du Sud qu’en France, à Grenoble, où a été créé un troisième cycle de deux ans destiné à des architectes et à des ingénieurs. L’utilisation de matériaux locaux, rationalisés et améliorés par une approche scientifique moderne, est privilégiée, et les filières de production sont mises en place directement dans les pays concernés. Par exemple, une filière de BCT (blocs de terre comprimée) a été développée en Afrique de l’Ouest, créant en 10 ans près de 2 500 emplois.

Mots-clés

accès au logement, construction de logement, écologie urbaine, formation professionnelle, habitat, matériau de construction, utilisation rationnelle de l’énergie (URE), matériau local


, Europe, France, Afrique, Mayotte

Commentaire

L’action de CRATerre en faveur de l’habitat, et plus largement du développement durable, est évaluable à plusieurs niveaux complémentaires. Au niveau le plus "concret", de nombreuses opérations d’habitat et d’équipement communautaire ont été menées dans différentes parties du monde. Par exemple, à Mayotte (sud-est de l’Afrique), où 20 000 logements économiques et équipements collectifs ont été construits, créant des milliers d’emplois. Mais CRATerre intervient également en matière d’habitat social en Europe, jouant un rôle capital dans la construction, il y a 20 ans, près de Lyon, du premier quartier d’habitat social utilisant des technologies modernisées de construction en terre. Mais l’aspect réellement innovant de la démarche de CRATerre réside dans le caractère global de ses actions et dans son approche multidisciplinaire du développement durable. En effet, au-delà des seules constructions, c’est tout un "environnement" autour de l’habitat qui est concerné. Les seuls programmes de formation, dispensés auprès des architectes comme des artisans, au Nord comme au Sud, représentent à eux seuls un facteur très important de diffusion, à un niveau local mais également international, d’un certain nombre de connaissances pratiques et d’outils théoriques et "éthiques". Ceci s’accompagne de nombreux travaux scientifiques et programmes de recherche menés par CRATerre, mais aussi d’une réelle stratégie de diffusion d’information auprès du grand public (expositions, matériel didactique, livres). CRATerre s’appuie sur un réseau important d’institutions internationales (chaire UNESCO des "architectures de terre crue, cultures constructives et développement durable"), d’universités, de ministères et de professionnels, et c’est sans doute le soutien institutionnel, de même que la poursuite à grande échelle des projets de l’association, qui pourront conditionner un changement des pratiques de construction de l’habitat à un niveau global.

Notes

Fiche réalisée lors de la rencontre internationale "Dialogues pour la Terre", à Lyon, du 21 au 23 février 2002. Il s’agit de l’allocution-présentation de Jean Dethier, architecte conseil au Centre national d’Art et de Culture Pompidou, lors de cette rencontre.

Entretien avec DETHIER, Jean - Association CRATerre, BP 2636, 38038 Grenoble cedex 2 - craterre-eag.grenoble@grenoble.archi.fr - www.craterre.archi.fr

Source

Présentation d’organisme

Présentation de CRATerre, dossier préparé par Jean Dethier, architecte conseil au Centre Pompidou, pour les "Dialogues pour la Terre", à Lyo, 2002/03

FPH (Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme) - 38 rue Saint-Sabin, 75011 Paris, FRANCE - Tél. 33 (0)1 43 14 75 75 - Fax 33 (0)1 43 14 75 99 - France - www.fph.ch - paris (@) fph.fr

contact plan du site mentions légales