español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La lente autonomisation des éleveurs sénégalais

La Fédération Nationale des Groupements d’Initiative Economique des Eleveurs du Sénégal oriente son action vers un regroupement des acteurs de la filière

Albert Patrick EYA’A AKOUMBA

05 / 2002

Après l’indépendance du Sénégal en 1960, l’Etat sénégalais a lancé une grande réforme agricole pour organiser ce secteur d’activité qui constitue la mamelle nourricière et économique du pays. Pour mieux conduire cette politique, l’Etat a créé des coopératives d’agriculteurs et d’éleveurs, contrôlées par le gouvernement. Après quelques années, le suivi de ces coopératives par l’Etat s’est estompé, et à partir de 1984, les éleveurs ont senti le besoin de se prendre en main en formant, au niveau de chaque village et à l’exemple des agriculteurs, des groupements d’initiative économique(GIE). L’un des objectifs de ces groupements était de créer un cadre d’échange d’expériences et de réflexion propre aux éleveurs, mais aussi de former une structure indépendante vis-à-vis de l’Etat. Bientôt, ces regroupements ont donné naissance, au niveau local, à une fédération, qui associe plusieurs villages à la commercialisation des produits et tente d’aider les éleveurs sénégalais à résoudre des problèmes comme l’accès aux crédits, l’hydraulique pastorale, et la sécurité foncière. Au Sénégal, la culture de l’arachide occupe de grands espaces et les zones rurales sont très enclavées, ce qui empêche un bon écoulement des produits laitiers sur le marché pendant l’hivernage. Le rôle de la fédération est alors de faciliter le lien entre l’Etat et les éleveurs pour qu’ensemble ils oeuvrent au désenclavement de l’arrière-pays. Par exemple, la fédération a installé des kiosques à lait pour permettre aux femmes de vendre leurs produits et elle a mis en place un système d’identification des animaux pour lutter contre le vol de bétail. Elle organise également des séminaires de formation sur la conservation de la nourriture du bétail, des campagnes de constitution de réserves de fourrage pour combattre les feux de brousse, et fait des étables un sujet de réflexion prioritaire. Ces étables font partie d’un vaste projet qui doit rassembler l’ensemble des professionnels du bétail et de la viande au Sénégal en vue de former une "maison de l’éleveur".

Mots-clés

élevage, agriculture et élevage, développement rural, organisation paysanne, autonomie


, Sénégal

Notes

Cette fiche a été réalisée au cours de la Rencontre mondiale des paysans, à Yaoundé, Cameroun, du 6 au 11 Mai 2002.

Contact : BA SOKHUNA NDIAYE, BP 249, Dakar, Sénégal - Tel : (221) 825 57 65

Entretien avec BA SOKHUNA NDIAYE

Source

Entretien

contact plan du site mentions légales