español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’activité d’un formateur sénégalais à l’Université paysanne africaine

Pour faire face à la mondialisation, une initiative privée forme des cadres paysans au Sénégal

Pauline ZEH MBIAM

05 / 2002

En janvier 2001, à Dakar, au Sénégal, s’est concrétisé le rêve du réseau APM Afrique (Agriculture Paysanne et Modernisation) de la Fondation Charles-Léopold Mayer : ouvrir une université destinée à former des dirigeants paysans africains aux exigences du contexte de mondialisation. Structure au service des paysans, l’Université paysanne africaine (UPAFA) a puisé ses actuels 25 étudiants parmi les représentants des organisations paysannes nationales africaines âgés de 25 et 40 ans. Pour sa première année d’existence, elle a été en majeure partie financée par le ministère français des Affaires étrangères. Il est à noter ici que c’est une université itinérante, dont le choix des sites d’implantation tient compte des coûts, mais aussi du souci de dynamiser le réseau APM dans des régions où cela lui semble nécessaire. Le comité pédagogique qui le dirige est composé de responsables du réseau APM et, dans un avenir proche, devrait accueillir des responsables locaux. Pour renforcer les compétences des dirigeants paysans face à la nouvelle carte mondiale, son principal objectif, l’UPAFA leur propose d’apprendre à analyser le contexte, à négocier, à formuler des orientations stratégiques pertinentes. De plus, l’université souhaite rapidement promouvoir la formation de formateurs pour, d’une part, réduire les coûts de formation, et d’autre part, éprouver les capacités de transmission et de vulgarisation des savoirs acquis. Les cours sont dispensés sous la forme de six modules de formation, qui allient de façon heureuse la théorie et la pratique. Les modules proposés sont les suivants :

- connaissance du contexte historique,

- notions sur la mondialisation économique,

- réformes institutionnelles en matière agricole,

- positionnement des organisations paysannes dans un monde en mutation,

- planification des activités d’une organisation paysanne,

- techniques et méthodes de mise en oeuvre de programmes d’action.

Ces modules sont dispensés aux étudiants pendant un cursus de deux ans.

Mots-clés

développement rural, mondialisation, université populaire, formateur, formation de formateurs, diffusion des savoirs, relations réflexion action


, Afrique

Commentaire

Monsieur Berthom, que nous avons interview, se dit très satisfait des résultats obtenus pour sa première année d’existence par l’UPAFA. Dotés, au départ, d’un faible niveau d’instruction, les étudiants de l’UPAFA semblent maîtriser les savoirs dispensés et peuvent désormais se prévaloir d’une formation qui équivaudrait à Bac+5 en ingénierie paysanne. Déjà, des demandes en formation ont été formulées, émanant notamment du Regroupement des organisations paysannes (ROPA) sénégalaises, de Tanzanie et d’Amérique du Sud. Même si le problème du financement des formations commence à se poser, l’opération est un succès.

Notes

Cette fiche a été réalisée lors de la Rencontre mondiale des paysans de Yaoundé, Cameroun, du 6 au 11 mai 2002.

Contact : BERTHOME, Jacques, CREPAC, 690, chemin des Mendrous, 34170 Castelnau-Lehez, France. Tel : (33) 04 67 79 60 11. - crepac@wanadoo.fr

Rédacteur de la fiche : ZEH MBIAM, Pauline, socio-anthropologue - Tel :237 769 73 32 - zehp2003@yahoo.fr

Entretien avec BERTHOME, Jacques, formateur à l’UPAFA

Source

Entretien

contact plan du site mentions légales