español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les outils d’analyse financière occidentaux au service des exploitants agricoles russes

Exemple du centre de conseil en gestion agricole de Rostov

Anna GOVORINA

08 / 2002

Dans le nouveau contexte économique et politique en Russie, les directeurs d’exploitations agricoles sont désormais des chefs d’entreprises. Or, ces directeurs n’ont pas les compétences requises. Tout d’abord, dans le système soviétique, la fonction de directeur d’exploitation agricole était exclusivement technique. Leur rôle était de réaliser les objectifs de production donnés par l’administration centrale sans prendre en considération les aspects économiques et financiers. Ensuite, la comptabilité soviétique n’était pas destinée à permettre des prises de décision de gestion et de prévision. Enfin, la formation initiale et continue des directeurs d’exploitations agricoles ne comportait aucun volet de gestion: ni gestion de trésorerie, ni négociation de crédits avec les banques et en général aucun suivi des résultats économiques.

Par ailleurs à cette époque les exploitations n’avaient pas le droit d’intervenir en aval dans les secteurs de plus forte valeur ajoutée de la transformation et de la distribution. Toutes ces raisons historiques brident le développement économique du secteur agricole, mais les chefs d’entreprises russes ainsi que l’administration locale ont conscience de tous ces points de blocages.

Le Gouvernement de la Région de Rostov souhaitant mettre à disposition des entrepreneurs agricoles locaux un outil de conseil performant a demandé l’assistance de la France pour installer un centre de conseil économique et financier.

Des centres de conseil similaires existent en France et offrent aux agriculteurs des outils d’aide à la décision et à la gestion optimale de leur exploitation.

Au niveau de la région de Rostov le bénéficiaire du centre est le Centre de Formation des Cadres de l’Agroalimentaire de Rostov, le RIPKA. Le RIPKA dispose déjà d’une solide base de connaissances en la personne des différents enseignants, et aussi de contacts solides avec les exploitations de la région dont il forme le personnel et les cadres.

Le Centre de conseil créé à Rostov sous le nom de DONAGRO, réalise les missions suivantes. La saisie des liasses comptables sur trois ans des exploitations clientes pour les analyser et les traduire en documents comptables à l’occidental et calculer des ratios technico économiques. Sur la base de ces documents, les experts du centre établissent un document d’analyse de l’existant, qui débouche sur des conseils de gestion.

Ensuite, après le travail d’analyse, les experts établissent avec les exploitations agricoles qui ont des projets d’investissement productifs, les dossiers de demande de crédit aux normes russes pour obtenir des financements.

Le centre propose également des services complémentaires adaptés à la demande du client : tenue de la comptabilité informatisée, mise en place d’outils de gestion, mise en place de tableaux de bords pour les fermiers privés.

De plus, les informations recueillies auprès des exploitations analysées nourrissent une base de données régionale. Celle-ci permet de positionner de manière objective les performances économiques d’une exploitation par rapport aux autres (soumises aux mêmes contraintes climatiques, pédologiques, politiques, de marché), de diagnostiquer les points forts et les points faibles et de définir les décisions de gestion en conséquence, de permettre aux investisseurs locaux ou étrangers de choisir sur ces critères objectifs leurs partenaires.

Enfin par son action DONAGRO participe à la formation continue des directeurs d’exploitations en les sensibilisant à l’importance de la comptabilité comme outil d’aide à la prise de décision.

Après un an et demi de formation, les experts du centre DONAGRO ont commencé leur travail de terrain en 2002. Ils se sont heurtés à plusieurs difficultés. Tout d’abord, leur activité repose sur la vente de services et de conseils. Or, la notion de conseil est nouvelle en Russie, d’autant plus dans le monde agricole peu informé des possibilités ouvertes par ce type de service. D’où la nécessité pour les responsables de DONAGRO de faire un véritable travail d’information et d’explication pédagogique des buts du centre auprès des exploitants.

D’autre part, la collecte des liasses auprès des exploitants s’est avérée plus difficile que prévue. En effet, les grandes exploitations ne sont pas toujours prêtes à laisser ces données aux experts le temps qu’ils effectuent la saisie, quant aux exploitations privées de petite taille, elles n’ont pour la plupart pas de système comptable du tout. Pour faire face à cette situation, les experts ont développé un système leur permettant de saisir sur place les informations. En ce qui concerne les petites exploitations non informatisées, un programme de comptabilité simplifiée a été développé. Ce système permettra aux fermiers de posséder une base de gestion fiable.

De plus, certains exploitants ont exprimé une certaine méfiance vis à vis d’outils de gestion jugés trop occidentaux. Ils estiment que le système de comptabilité russe est performant et que somme toute les experts de DONAGRO ne font que prendre les mêmes données pour les présenter de manière différente. De fait, c’est exactement le service proposé par DONAGRO, mais la nouvelle présentation des données comptables permet de sortir des soldes intermédiaires de gestion indispensables pour donner une image réelle de l’exploitation, ce qui n’est pas faisable via le système comptable russe.

Enfin, peu d’exploitations rencontrées étaient à même d’envisager un investissement productif concret, soit par manque d’imagination, soit dans la plupart des cas par manque de ressources propres. La proposition de rédaction de business plan s’est aussi heurtée au système bancaire local. Alors qu’en France il existe des banques agricoles spécialisées, capable d’offrir des produits financiers adaptés, tels des emprunts à long terme, en Russie de telles banques n’existent pas et la notion même de crédit moyen terme et encore plus à long terme est totalement irréaliste eu égard aux taux demandés. Les experts de DONAGRO vont donc aussi devoir faire un travail d’information auprès des banques locales pour les convaincre de la fiabilité des business plan qu’ils effectuent et de l’intérêt économique pour les banques à financer de tels projets avec des taux raisonnables. Or, modifier les habitudes bancaires vis à vis d’un secteur considérer comme peu rentable et à risque est une affaire de longue haleine.

Finalement, l’expérience DONAGRO peut être considérée comme très positive. Le savoir faire DONAGRO intéresse aussi les investisseurs étrangers. Un grand groupe agroalimentaire européen a fait appel à ses services pour comparer, analyser et choisir les exploitations qui approvisionneront son usine. Même s’il est encore trop tôt pour juger de son efficacité sur le long terme, il n’en reste pas moins que ses compétences sont désormais reconnues au niveau régional et que les exploitants n’hésitent plus à faire appel à ses conseils.

Mots-clés

agriculteur, formation professionnelle, exploitation agricole, gestion d’entreprise, coopération internationale, agriculture


, Russie, France, Rostov

Commentaire

La réussite de DONAGRO illustre avec brio les effets positifs du transfert de savoir faire entre l’Europe et la Russie. Ce succès est dû à trois éléments principaux. D’une part la réponse à un besoin clairement identifié et clairement exprimé par les bénéficiaires. D’autre part le soutien sans faille des autorités locales, et enfin l’adaptation de l’expérience européenne qui n’a pas été calquée mais a été travaillée pour répondre exactement au exigences du contexte russe.

Notes

Cabinet de conseil ayant créé le centre et formé les experts russes : Sofracop, 45 rue de Montreuil, 75011 Paris - Tél : 01 43 79 26 49 - Fax : 01 43 49 26 86 - sofracop@infonie.fr

Source

Rapport ; Entretien

Association France Oural - 14, rue des Tapisseries, 75017 Paris, FRANCE - Tél : +33 (0)1 46 22 55 18 / +33 (0)9 51 33 55 18 - Fax : +33 (0)9 56 33 55 18 - France - www.france-oural.org - franural (@) free.fr

contact plan du site mentions légales