español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La Maison de l’Europe du Baïkal

Exemple de l’initiative de la société civile russe avec l’Europe

Maude SIRE

02 / 2002

Le renouveau de la société civile en Russie est un fait marquant de ces 10 dernières années. Après la chute de l’Empire soviétique de nombreuses organisations et institutions ont vu le jour pour défendre les droits des citoyens et porter des projets dans les domaines économiques sociaux et culturels. La coopération avec le monde associatif européen a permis à ces jeunes organisations de se former et d’apprendre les nouvelles formes d’action.

Toutefois, le cadre législatif russe bien qu’ayant évolué, ne permet toujours pas une marge de manoeuvre aussi grande que dans les pays européens. En particulier les contraintes liées à la non lucrativité ne sont pas encore réellement prises ne compte dans le droit russe.

La société civile reste un point d’ancrage fort pour permettre à des idées et projets novateurs de voir le jour, créant ainsi des passerelles et des espaces de dialogues entre les divers acteurs politiques économiques et sociaux.

Or, les associations russes manquent souvent d’expérience quant à l’identification, la formulation et la conduite de projets. Leur expérience de coopération locale et internationale reste limitée. Les bailleurs de fonds internationaux tels le Fond Soros, USAID et l’Union européenne via le programme Tacis ont mis en place des lignes budgétaires accessibles aux associations pour leur permettre de financer leurs projets et d’échanger le savoir faire et les connaissances avec leurs homologues occidentaux.

De fait, le niveau de compétences des associations russes s’est amélioré et les plus importantes d’entre elles ont pu commencer à lancer leurs propres projets. Cependant un des points d’achoppement reste l’ancrage local de ces structures souvent ignorées par la population nonobstant l’intérêt des projets défendus. De plus ces associations ne sont pas intégrées dans des réseaux leur permettant d’appuyer leur position auprès des décideurs locaux, nationaux ou internationaux. Les associations d’Europe travaillant localement ont aussi été confrontées à ce manque de coordination.

Plusieurs initiatives de coopération et d’échange entre des associations et des institutions européennes et russes ont vu le jour récemment. Ainsi, à Irkoutsk en Sibérie occidentale, des associations russes et européennes avec le soutien des autorités locales ont mis en place une structure commune, sous l’appellation Maison de l’Europe du Baïkal ouvrant un nouvel espace de dialogue.

La Fondation Internationale de la Maison de l’Europe du Baïkal (FIMEB) est une structure juridique de droit russe, équivalent à une Fondation en France, avec des membres russes et européens. Cette Fondation a été créée à l’initiative d’associations européennes (Belgique, France, Allemagne) et d’associations, d’institutions russes (Universités, Chambre de Commerce, Syndicats) et avec le soutien de la Municipalité d’Irkoutsk.

Ce groupement d’associations et d’institutions a pour origine le constat que, sur Irkoutsk, plusieurs associations européennes travaillaient de leur côté sans ce concerter et parfois sur des thèmes proches et avec des interlocuteurs communs.

Du côté russe, la volonté de mettre en place une interface pour communiquer et coopérer avec les pays de l’Union européenne. Cette volonté très nette au niveau municipal a servi de déclencheur au projet.

Depuis 1998, la FIMEB a mis en place plusieurs programmes d’action et de coopération. Initiative unique par la présence d’une part de partenaires russes et européens et d’autre part par la présence de structures privées, associatives et publiques issues des champs culturels, sociaux et économiques.

Cet espace a pour vocation à l’instar des Maisons de l’Europe de l’Union européenne d’informer les citoyens sur les pays et les institutions de l’UE. Elle est aussi un point de ralliement pour les associations et Institutions souhaitant mettre en oeuvre des programmes de coopération avec leurs homologues européens. Enfin, en créant des espaces dédiés aux entreprises, elle constitue des outils pour entrer en contact avec des partenaires potentiels en Europe. Réciproquement, la Maison de l’Europe doit permettre aux entreprises européennes souhaitant s’implanter en Sibérie orientale de bénéficier d’une solide base d’appui.

L’originalité de la structure est aussi un des ses points faibles. En effet, mettre en place des actions concertées entre des partenaires de nationalités diverses est difficile. En particulier la communication aspect essentiel pour un bon fonctionnement n’est pas encore à la hauteur du projet.

Finalement, trois ans et demi après sa création la FIMEB a trouvé son rythme de croisière. De nombreuses manifestations culturelles et scientifiques ont été organisées. Les membres utilisent leur appartenance comme une référence. La mairie se sert de la FIMEB et de la Maison Chastine comme un symbole du dynamisme et de l’esprit d’ouverture de la ville. Ainsi tous les visiteurs et délégations étrangers sont invités à visiter la Maison Chastine. De plus, la mairie a consenti d’important efforts financiers pour restaurer les bâtiments attenants et en faire des structures d’accueil à usage de bureaux et d’hôtellerie.

Véritable vitrine de la société civile irkoutskienne, la FIMEB est un exemple concret de mobilisation des forces vives et de la coopération entre les secteurs publics, privés et associatifs.

Les structures de type Maison de l’Europe apportent plusieurs innovations. Premièrement, elles sont issues de la volonté du milieu associatif donc de la société civile. Elles créent donc un lien social entre les individus de différents pays soucieux d’échanger leur savoir faire et de partager leurs expériences. Elles dynamisent et fédèrent la société civile russe en lui offrant un lieu symbolique de rencontre et d’échange.

Deuxièmement, les autorités locales sont associées au projet, condition nécessaire pour assurer la pérennité de celui-ci. Les pouvoirs locaux retirent plusieurs avantages de la présence de ces structures sur leur territoire. D’une part, elles créent un centre international d’échange. D’autre part, elles sont un outil de promotion et de communication pour la ville ou la région où elles sont installées. Enfin, les membres européens participent à faire connaître dans leurs pays respectifs cette région.

Troisièmement leur statut juridique de type association à but non lucratif ainsi que la personnalité de leurs membres et leurs objectifs, font qu’elles ne se substituent pas à des organismes existant mais offrent un outil collectif à ses membres pour mener à bien leurs projets. Le fonctionnement en réseaux transnationaux permet de consolider les efforts de coopération des Européens et des Russes.

Ce type d’initiative représente un espace d’avenir pour le développement des relations entre l’Europe et la Russie grâce à l’action des Organisations non gouvernementales.

Mots-clés

société civile, association, coopération internationale, collectivité locale


, Russie, Europe, Irkoutsk

Commentaire

Suite à l’expérience d’Irkoutsk, d’autres villes russes telles Kazan se sont intéressées pour créer des structures similaires. L’efficacité reste liée à l’implication effective des autorités locales au service des représentants de la société civile

Source

Présentation d’organisme

Association France Oural - 14, rue des Tapisseries, 75017 Paris, FRANCE - Tél : +33 (0)1 46 22 55 18 / +33 (0)9 51 33 55 18 - Fax : +33 (0)9 56 33 55 18 - France - www.france-oural.org - franural (@) free.fr

contact plan du site mentions légales