español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La recherche de solutions pérennes pour des actions de proximité dans des quartiers défavorisés de Cotonou au Bénin

Jean Luc GALBRUN

09 / 2002

Contexte :

Initiative Développement (ID) est présente au Bénin depuis 1995 à travers des actions menées dans les quartiers lagunaires de la ville de Cotonou avec pour objectif principal de toucher des populations démunies.

Récit : Les premières interventions ont concerné l’identification de quartiers pauvres. C’est ainsi que les quartiers de Placodji et d’Akpakpadodomè ont été retenus. Après la mise en oeuvre de diagnostics dans ces deux quartiers, ID a décidé de lancer un programme intégré avec différents volets : un volet micro crédit, un volet accompagnement familial, un volet prévention MST/SIDA et enfin un volet scolarisation. Ces différents volets ont fonctionné ensemble de manière très étroite pendant 3 ans environ.

Des petits crédits allant jusqu’à 50 000 F CFA étaient octroyés à des petites marchandes afin de développer leurs activités et ainsi d’augmenter leurs ressources. Elles pouvaient également constituer progressivement une épargne pour mieux faire face aux charges familiales.

Parallèlement les familles en difficulté identifiées à travers le crédit étaient mises en contact avec les autres volets en fonction des difficultés qu’elles rencontraient (maladies, enfants non scolarisés, etc.).

La volonté de faire évoluer le volet crédit vers une structure autonome pérenne et le souhait de permette aux différents volets d’évoluer de manière plus dynamique ont abouti à la constitution de deux programmes distincts : d’un côté le Programme de Crédit et d’Epargne (PCE) qui a repris les activités de micro finance et d’un autre côté le Programme Social qui a rassemblé les autres volets à vocation sanitaire et sociale.

Cette spécialisation a permis, d’après moi, un développement important des activités de micro finance qui s’est traduit par un nombre de bénéficiaires qui est passé de quelques centaines initialement, à plus d’un millier de bénéficiaires aujourd’hui, ceci grâce à une professionnalisation de la structure et l’extension de la zone d’intervention.

D’un autre côté, le Programme Social a pu également développer ses activités en touchant de nouvelles cibles : les jeunes filles par exemple, et en se spécialisant dans des actions indépendantes du crédit comme l’accompagnement des malades du SIDA.

En même temps, des liens sont maintenus entre les deux programmes et des échanges réguliers se font d’un programme à l’autre en fonction des besoins identifiés par les différentes équipes. Ceci me paraît important pour conserver la vocation première d’aider les plus pauvres sans exclure certains groupes.

Aujourd’hui, le programme de Crédit et d’Epargne envisage sérieusement son autonomie à la fois institutionnelle, technique et financière. L’intégration de ce programme dans la législation de la micro finance en Afrique et l’augmentation des produits d’intérêt générés par une plus grande variété des types de crédit (aujourd’hui le programme octroie des crédits allant de 10.000 F CFA à 2.000.000 F CFA) contribuent fortement à cet objectif.

Parallèlement, la dynamique qui s’est organisée autour du Programme Social a suscité la création d’une ONG béninoise RACINES qui a capitalisé l’expérience d’ID et qui, aujourd’hui, développe sa propre identité et ses propres choix d’approche. Une difficulté majeure existe cependant aujourd’hui dans l’évolution rapide des zones d’intervention qui connaissent un réaménagement important. Ainsi, les groupes cibles des deux programmes ont tendance à migrer dans de nouveaux quartiers, ce qui n’est pas sans poser de problèmes pour le suivi des différentes activités, que ce soit au niveau crédit ou des actions sociales.

Leçons à tirer

Il me paraît important à travers cette expérience, de veiller à faire évoluer les structures mises en place afin de répondre à la fois à des exigences de pérennité des activités mais aussi de rester en adéquation avec des besoins des populations cibles. Un travail constant de diagnostic et de réflexion doit être mené pour suivre les évolutions du milieu et trouver les solutions les mieux adaptées.

Mots-clés

développement urbain, lutte contre la pauvreté, accompagnement social, Sida, scolarisation, quartier urbain


, Bénin, Cotonou

Notes

Jean Luc Galbrun est Responsable de Programme crédit à Initiative Développement (Cotonou) - Tél : 00 229 33 32 11 - jl.galbrun@id-ong.org

Cette fiche a été réalisée dans le cadre du PPDU, Programme Prioritaire Développement Urbain géré par 19 associations (dont le CCFD) et cofinancé par le Ministère des Affaires étrangères (www.ppdu.org).

Source

Texte original

ID (Initiative Développement) - Quartier Montmidi, 29 Bd Ladmirault, 86000 Poitiers, FRANCE - Tél : 05 49 60 89 66 - Fax : 05 49 60 89 01 - France - www.id-ong.org - id (@) id-ong.org

contact plan du site mentions légales