español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Le défi des organisations à but non lucratif chinoises : la recherche d’une identité commune

Christoph EBERHARD

03 / 2000

Il existe en Chine une grande variété d’organisations à but non lucratif ou NPO (Non-profit Organizations). Elles s’occupent de domaines aussi divers que le premier secours en cas de catastrophes, la lutte contre la pauvreté, la protection de l’environnement, la promotion de l’assistance médicale et de l’hygiène, l’éducation des enfants, l’insertion des enfants orphelins et handicapés, la prise en charge des personnes âgées, des programmes pour les femmes, le service communautaire, la traduction et la publication, les journaux et périodiques, la recherche scientifique et les échanges internationaux pour n’en citer que quelques-uns. Cette diversité se reflète aussi dans l’éventail des activités entreprises par ces NPO : élaboration et mise en oeuvre de politiques, collecte de fonds, sélection et gestion de projets, organisation et popularisation d’initiatives etc. Enfin, ces NPO sont de type très différent : certaines sont privées ou gérées par des entreprises, certaines dépendent des communautés, d’autres ont été mises en place par des organismes sociaux et d’autres encore dépendent de l’Etat. Le défi de ces NPO est de dégager ce qui les unit pour permettre l’élaboration d’un code de conduite unifié susceptible d’être adapté à leurs différentes activités. En effet, si elles ont toutes appris des divers secteurs pour leur propre activité (des compagnies d’investissement pour gérer leur capital, des entreprises commerciales et industrielles pour la comptabilité et l’administration de leur personnel, des administrations étatiques pour le choix et la mise en place de politiques etc.), elles sont cependant confrontées à un problème commun : celui du conflit entre règles émanant de secteurs différents. Pour pouvoir régler ces conflits il est indispensable pour les NPO dans toute leur diversité d’établir leur spécificité, de dégager leurs propres principes et règles de base. En outre, ce n’est qu’ainsi qu’elles peuvent s’émanciper de leurs caractères de "NPO gouvernementale" ou de "NPO d’entreprise" et vraiment acquérir une position d’acteur indépendant et fort dans la société. Ce qui unit fondamentalement les NPO c’est leur activité à but non lucratif. Et c’est donc là que l’on doit chercher le critère fondamental pour évaluer leurs actions et déterminer des lignes de conduite communes plutôt que dans l’identité des gestionnaires et les modes concrets de gestion. D’autant plus que pour l’instant les Chinois sont peu familiers avec le concept de NPO. Ils ont tendance à raisonner en termes de "privé" et de "public", le "privé" étant associé aux intérêts personnels et opposé au "public" qui renvoie à l’action désintéressée, altruiste.

Mots-clés

Etat et société civile, innovation sociale, vie associative, relations secteur public secteur privé


, Chine

Commentaire

La recherche d’une identité spécifique des NPO chinoises leur permettant de prendre leur place dans la société nous paraît extrêmement intéressante pour réfléchir à l’émergence en Chine d’une "société civile originale". Un des enseignements capitaux nous semble être de ne pas nous laisser piéger par les mots, par des classifications inadaptées : il existait traditionnellement des organisations philanthropiques et de charité en Chine, avant que ne soit importé le concept de NPO. Et la richesse des activités contemporaines des NPO, nous fait prendre conscience de l’existence d’une "société civile à la chinoise". Il faut se garder d’essayer de calquer la dynamique chinoise des NPO sur les expériences et les grilles de lecture occidentales comme l’a montré la perception "public/privé", mais aussi le fait que les conditions économiques, sociales et historiques sont spécifiques et qu’il faut donc, tout en apprenant de l’extérieur, valoriser des démarches bâties sur des dynamiques locales.

Notes

Cette fiche a été rédigée dans le cadre du Pôle de médiations entres les villes européennes et chinoises. Ce pôle est piloté par l’Aitec, Association Internationale de Techniciens Experts et Chercheurs, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris - Tél : 01 43 71 22 22 - Fax : 01 44 64 74 55 - aitec@globenet.org - www.globenet.org/aitec

Source

Compte rendu de colloque, conférence, séminaire,…

TUAN, Yang, Chinese NPOs Viewed from the Study of the Experience of the Hetong Home for the Elderly, 19 p

contact plan du site mentions légales