español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les enjeux de la reconversion des industries d’armement

Corinne CHEDOT

07 / 1993

Jusqu’à aujourd’hui, le contexte international marqué par quarante ans d’affrontement Est-Ouest a conduit de nombreux Etats à accumuler un formidable arsenal d’armes conventionnelles et nucléaires pour lequel tous les pays ont mobilisé d’importants budgets et leur potentiel scientifique, technologique et industriel. Les dépenses militaires mondiales se sont envolées entre 1980 et 1987 de 62 % et les complexes militaro-industriels ont été renforcés : les industries militaires dans l’ex-URSS comptaient par exemple 5 à 6 millions de salariés en 1988.

Depuis 1990, avec l’effondrement du bloc communiste, chacun constate et assiste à la crise des industries d’armement provoquée par les mutations internationales, bouleversant l’ordre mondial fondé dorénavant sur les accords de désarmement. La baisse générale des budgets militaires (-120 milliards de dollars entre 1987 et 1992), entraîne la diminution des exportations (-35% en 1990, -25% en 1991), la réduction des effectifs militaires et la multiplication des licenciements dans les industries d’armement.

Même si elle est amplement justifiée économiquement, politiquement et moralement, la réduction de la production d’armement a, cependant, de lourdes conséquences sur le plan social et technique. La volonté d’une telle politique n’est donc pas évidente.

1 - Sur le plan social, des millions de personnes vivent de ces industries. Se réjouir lorsque le désarmement fait des progrès, c’est aussi menacer ces ingénieurs, techniciens et ouvriers de la perte de leur emploi. Il y a là une réelle contradiction entre les idéaux pacifistes du mouvement ouvrier et, sur le terrain, la défense de leurs intérêts immédiats, confrontés qu’ils sont à la triple menace du changement statutaire, de la difficile reconversion ou du licenciement.

2 - Sur le plan du désengagement, le désarmement ne doit pas être qu’une utopie mais doit devenir une réalité. La recherche d’adaptation des grandes puissances occidentales à la nouvelle donne ne modifie en rien la volonté de sauvegarder leurs moyens militaires et leur hégémonie face au reste du monde. En fait, la crise des industries d’armement ne les touche pas toutes de la même façon, certains secteurs et territoires étant préservés. Force est de constater dans ces conditions, l’émergence d’une course renouvelée aux armements géographiquement et socialement encore plus sélective.

3 - Sur le plan purement technique, il faut relever le défi de la reconversion qui définit le passage d’une production militaire vers une production civile. Ce défi exige une volonté politique claire, des moyens financiers, du temps, ainsi que des efforts de formation et de requalification des biens et des personnes.

Faute de politique industrielle cohérente, le déclin des effectifs des industries d’armement peut être assimilé jusqu’ici à une "reconversion rampante", qui débouche sur un gaspillage de moyens et de forces productives, et une inadéquation patente entre les logiques industrielles nécessaires au développement du secteur civil et les logiques financières du mode de croissance militarisé.

Mots-clés

modernisation des techniques, changement social, changement économique, emploi, paix, production, conflit social, accord économique, désarmement, industrie d’armement


,

Commentaire

Ce texte analyse clairement le triple enjeu actuel (social, politique et technique)du processus mondial de désarmement.

Notes

Le dossier complet s’intitule "reconvertir le complexe militaro-industriel."

Source

Articles et dossiers

CARROUE, Laurent, S.N. in. NOUVEAUX REPERES, 1993/06 (France), N°3

CDTM (Centre de Documentation Tiers Monde de Paris) - 20 rue Rochechouart, 75009 Paris, FRANCE - Tel. 33/(0)1 42 82 07 51 - France - www.cdtm75.org - cdtmparis (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales