español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Comprendre l’exclusion

Odile ALBERT

05 / 1993

On assiste actuellement à l’émergence d’une nouvelle couche de la population : le monde des "sans" : sans abri, sans qualification, sans ressource. Plusieurs théories s’efforcent d’expliquer ce phénomène d’exclusion sociale.

1)approche politique et culturelle. L’exclusion est la résultante d’une crise générale des institutions mises en place depuis le XIXème siècle, à savoir l’Etat, l’Eglise, les syndicats, l’Ecole. L’éclatement de la société française en une multitude de microcommunautés entraîne la montée du racisme, la révolte des banlieues...Les partisans de cette approche considèrent qu’il est nécessaire de revitaliser les dispositifs d’intégration sociale (école, ville, code de citoyenneté...)

Il faut créer un nouvel esprit civique.

2)approche socio-économique. L’exclusion est dûe à la crise de l’emploi. Et tous les économistes s’accordent pour dire que la crise va encore durer longtemps. Même avec une croissance soutenue de l’ordre de 3 % par an durant plusieurs années, le chômage continuera de croître, et ceci est dû au nombre de jeunes arrivant sur le marché du travail.

Une transformation des règles du jeu de l’emploi est donc nécessaire :

- partage et redistribution du travail.

- "internaliser" le chômage, c’est-à-dire créer des emplois de seconde zone, non rentables, sous qualifiés et faiblement rémunérés en échange d’un salaire payé en partie par l’employeur, en partie sous forme de subvention

- création de nouvelles activités par le biais d’entreprises d’insertion

- diminution de la main d’oeuvre présente sur le marché du travail en prolongeant la scolarité, en abaissant l’âge de la retraite et en arrêtant l’immigration.

3)approche locale et communautaire. Cette approche ne tente pas d’analyser les causes mais proposent des solutions à travers la solidarité locale. Les solutions s’expriment à plusieurs niveaux :

- les politiques sociales, souvent impulsées par l’Etat, mais avec une certaine autonomie des acteurs locaux, telles ZEP (zone d’action prioritaire), DSQ (développement social des quartiers), FAS (Fonds d’action sociale)...

- l’action des travailleurs sociaux, médiateurs entre société et exclus.

- l’action des associations humanitaires et caritatives et le rôle des entreprises intermédiaires qui contribuent à un renouveau de la solidarité.

Mots-clés

paupérisation, exclusion sociale, analyse de systèmes


, , France

Source

Articles et dossiers

WEINBERG, Achille; RUANO BORBALAN, Jean Claude in. SCIENCES HUMAINES, 1993/05 (France), 28

CDTM (Centre de Documentation Tiers Monde de Paris) - 20 rue Rochechouart, 75009 Paris, FRANCE - Tel. 33/(0)1 42 82 07 51 - France - www.cdtm75.org - cdtmparis (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales