español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Un homme s’engage pour le changement de la Pologne

Piotr Ikonowicz, journaliste polonais, a évolué avec l’histoire de son pays. Elle l’a poussé dans la politique et il est à présent devenu un personnage populaire et influent.

Amélie MOREL

12 / 2001

La Pologne, pays d’Europe de l’Est, tarde à s’ouvrir à l’Union européenne. Les médias y sont "dilués" par l’Etat. Le métier de journaliste reste sous contrôle de la censure économique, qui freine ou anéantit la liberté de la presse. Au début de sa carrière, la clandestinité fut le gagne-pain de Piotr Ikonowicz. Avec un groupe d’amis, dans les années 80, il a publié des revues de presse et signait ses articles sous de faux noms. Peu à peu, il est devenu influent au sein du parti radical socialiste polonais. Et le régime est, pendant ce temps, devenu une démocratie. Piotr Ikonowicz occupa alors une fonction de parlementaire pendant huit ans, tout en restant journaliste free-lance pour la presse de gauche. Aujourd’hui, il a deux casquettes : journaliste et dirigeant de mouvements associatifs. Sa position d’homme politique est mise de côté pour le moment. En tant que journaliste, Piotr Ikonowicz mène des actions contre le lobbying, par exemple, des grandes chaînes de supermarchés européennes. Ces grands groupes s’installent en Pologne mais ne respectent pas la loi du pays. Ouverts 7 jours/7 et 24 heures/24, ils pratiquent des prix identiques à ceux des grandes villes de France ou d’Allemagne. Or le salaire des Polonais est loin d’être aussi élevé que celui des autres Européens. Autre exemple : une chaîne de supermarchés allemande a interdit le syndicat des employés. Aucun média n’a couvert cet événement car ce groupe fait beaucoup de publicité et est très gros. Piotr Ikonowicz a décidé d’en parler pour que soit défendu le droit au syndicalisme dans son pays. Le rôle des journalistes en Pologne est toujours très limité et la censure particulièrement virulente. Actuellement, Piotr Ikonowicz publie des articles dans trois revues : "Les Pieds de gauche", une revue de 700 pages publiée tous les six mois, "La Révolution", revue consacrée à l’histoire de la gauche polonaise, et "Sans dogme", revue anti-cléricale. Ces revues sont distribuées dans un réseau de librairies universitaires et de maisons de la presse. Elles sont donc accessibles à tous et on y lit tout ce qui n’est pas publié dans la presse quotidienne.

En Pologne, ces dernières années, la population s’est radicalisée et le chômage a augmenté. La pauvreté s’est installée. Soucieux de cette situation, Piotr Ikonowicz a décidé d’entrer dans le mouvement associatif et se définit aujourd’hui comme un travailleur social. Il a créé une association d’assistance juridique aux plus défavorisés qui est aujourd’hui en voie d’institutionnalisation. Et à présent, le défi qu’il souhaite relever est de se faire entendre, tout simplement. Les médias ne s’intéressent pas à ce type d’initiatives et pour publier une annonce, il faut payer très cher. Piotr Ikonowicz utilise donc au maximum l’important réseau de relations qu’il s’est constitué durant son mandat politique. Aujourd’hui, la Pologne a adopté le modèle ultra-libéral des Etats-Unis. Les Polonais n’ont le chômage que pendant un maximum de douze mois et aucune assistance sociale, ce qui veut dire que "des milliers de personnes n’ont pas le droit de survivre" et pousse de plus en plus de gens à agir dans la clandestinité pour pouvoir payer soins et médicaments. Les usines se privatisent et offrent à leurs ouvriers de devenir actionnaires de l’entreprise. Mais les corbeaux arrivent vite et profitent du système libéral. Par exemple, un entrepreneur d’automobiles coréen va s’implanter en face de l’usine dans les jours qui suivront la privatisation, les ouvriers se précipiteront sur ces voitures peu chères et dépenseront leurs actions. Les voitures liquidées, l’entrepreneur partira. "Une colonisation très simple..." dit Piotr. Il voit heureusement pointer une lueur d’espoir dans l’intégration de la Pologne à l’Europe. Elle va vraisemblablement "civiliser" le pays et le faire participer à la lutte pour une Europe sociale. Par exemple, l’esprit combatif des Français au niveau syndical pourrait apporter un souffle nouveau aux revendications des travailleurs polonais.

Mots-clés

journaliste, pauvreté, mouvement social, transition politique, organisation syndicale, médias


, Pologne

Commentaire

La Pologne est un pays proche, géographiquement, de l’Europe des quinze, mais encore très éloigné dans sa politique. Il lui reste beaucoup de progrès à faire. Des personnages engagés comme Piotr Ikonowicz sont la clé du changement. L’homme m’a touchée car son implication joue à tous les niveaux de la société polonaise. Il prend part à la vie de son pays.

Notes

Entretien avec Ikonowicz Piotr

Fiche rédigée dans le cadre de l’Assemblée Mondiale des Citoyens, Lille, décembre 2001.

Entretien avec PIOTR, Ikonowicz

Source

Entretien

contact plan du site mentions légales