español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Effervescence : réduire les risques liés à l’usage des drogues

Cécile FLEUREAU

02 / 2002

Selon le décret n°95-255 du 7 mars 1995, "les seringues et les aiguilles destinées aux injections parentérales peuvent être délivrées dans les officines de pharmacie... ainsi qu’à titre gratuit par toute association à but non lucratif ou personne physique menant une action de prévention du sida ou de réduction des risques chez les usagers de drogues dans des conditions définies par un arrêté du ministre chargé de la santé". Ce décret a permis la création d’associations de réduction des risques liés à l’usage de drogues, comme Effervescence, créée en octobre 1995.

õ Saint-Ouen, Effervescence a ouvert en février 1996 Contact : un lieu pour accueillir les usagers de drogue. L’équipe d’Effervescence se compose d’une directrice et de quatre intervenants spécialisés dans la réduction des risques. Cette équipe partage son activité entre l’accueil au local et le travail de terrain. L’association s’est dotée en 1999 d’une seconde équipe avec l’ouverture d’un second lieu d’accueil en direction des jeunes engagés dans des conduites à risque : Efferv’jeunes.

Le secteur d’intervention d’Effervescence comprend les communes de Saint-Denis, de Saint-Ouen et l’ le-Saint-Denis. Il a été défini avec la DDASS (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales), un des partenaires financiers de la structure, qui subventionne cinq associations de ce type en Seine-Saint-Denis.

Le local " Contact "

Ce local est un lieu d’accueil "bas seuil", ce qui signifie qu’il est ouvert à tous avec un minimum de conditions exigées : ne pas consommer dans les locaux, ne pas vendre, ne pas être violent. Il accueille les usagers de drogues et leur entourage tous les jours, sauf le week-end, de 10 heures à 14 heures. Contact est un lieu d’écoute, de prévention et d’information où dix à quinze personnes passent chaque jour.

On y trouve tout d’abord un réconfort et une écoute. L’usager peut y boire un café, y déjeuner le midi, se doucher, laver son linge. Cet accueil convivial favorise l’échange avec les usagers et permet de discuter, s’ils le souhaitent, de leurs conduites à risque, de leurs problèmes familiaux et administratifs et de leurs projets afin de les orienter vers les structures sociales et sanitaires adéquates. Un programme d’échange de seringues a été mis en place au local, les usagers peuvent se procurer gratuitement des " kaps ", trousses de prévention destinées aux usagers de drogues par voie intraveineuse. Les kaps contiennent deux seringues, deux tampons alcoolisés et de l’eau stérile pour l’injection. L’association distribue aussi des stéricups (cuillères stériles), des seringues à l’unité ou par sachets. Les seringues usagées peuvent être déposées dans les boîtes prévues à cet effet. Les personnes peuvent aussi se procurer gratuitement des préservatifs et du gel, ainsi que des jetons qui permettent de retirer des stéribox dans les distributeurs du secteur.

õ partir des liens noués au local Contact, les intervenants sont en mesure de proposer aux usagers un accompagnement dans les démarches de soin et d’insertion. Par accompagnement, l’association entend : "une action répétée et de longue durée de l’intervenant avec l’usager jusqu’à ce que celui-ci soit en mesure d’effectuer seul ses démarches". Ce suivi n’est possible que grâce au partenariat établi par l’association avec des services de la santé, du social, de la justice, avec des structures d’hébergement et des associations. L’accompagnement concerne :

- la santé : demande de cure de sevrage ou de traitement de substitution, accompagnement des personnes qui souhaitent passer un test VIH et/ou VHC (hépatite C) et/ou VHB (hépatite B) et à l’observance des traitements ;

- l’emploi : aide à la recherche d’emploi, rédaction de lettres de motivation, de curriculum vitae, demande de formation ;

- le logement : demande d’accueil en centre d’hébergement ;

- la justice : soutien au tribunal et lors de la sortie de prison.

L’association Ensemble contre le sida soutient l’action d’Effervescence dans le domaine de l’accompagnement des usagers de drogues atteints par le VIH ou le VHC. Ce suivi consiste à accompagner les personnes à l’hôpital, à leur rendre visite lors d’une hospitalisation et à veiller au suivi des traitements médicaux à leur sortie.

Le travail de terrain

Tous les jours, de 14 heures à 17 heures 30, l’équipe d’Effervescence est sur le terrain. Arpentant les trois communes de son secteur d’intervention, l’équipe va au devant des usagers de drogues. L’objectif est de prévenir les conduites à risque, notamment la transmission du VIH et du VHC chez les usagers de drogues : les intervenants distribuent des seringues, des préservatifs et font connaître le lieu d’accueil Contact. Le but est de créer des relations de confiance avec les usagers par des contacts réguliers et de leur faire connaître le local. L’équipe gère les sept distributeurs de stéribox du secteur, en partenariat avec les villes de Saint-Denis et Saint-Ouen, et veille à leur fonctionnement. Elle assure le chargement des deux distributeurs de Saint-Ouen. Les cinq distributeurs de Saint-Denis sont remplis par les services municipaux. Le travail de terrain consiste aussi à rencontrer les habitants, les commerçants, et notamment les pharmaciens à qui Effervescence confie des jetons à donner aux usagers pour qu’ils puissent retirer des stéribox, gratuitement, au distributeur.

Le local d’accueil " Efferv’jeunes "

Suite aux observations de l’équipe d’Effervescence quant au nombre croissant de jeunes consommateurs de produits psycho-actifs qui ne s’adressaient à aucune structure spécialisée, un projet de prévention des polytoxicomanies chez les jeunes a été mis en place à Saint-Denis en décembre 1998. Il a montré la nécessité d’un lieu d’accueil pour ces jeunes et a permis l’ouverture de ce second local, baptisé Efferv’jeunes, en décembre 1999, à Saint-Denis, financé par la DDASS et le Conseil général de Seine-Saint-Denis. En 2002, une nouvelle équipe s’est construite autour d’une coordinatrice et de trois intervenants. Comme au local Contact, le travail de l’équipe se partage entre un accueil au local le matin et un travail de terrain sur différents quartiers de Saint-Denis l’après-midi. L’équipe a également pour mission de soutenir les jeunes dans leurs démarches et de les inciter à utiliser les structures spécialisées à leur disposition. Efferv’jeunes mène aussi des actions de prévention dans les écoles de Saint-Denis. En 2001, l’association a reçu une subvention pour réaliser des actions de prévention en direction des jeunes filles utilisatrices de produits psycho-actifs.

Les équipes des deux structures se réunissent pour échanger sur le contenu de leur travail. Tous les quinze jours, une réunion se tient avec un psychologue spécialisé sur les questions de toxicomanie, qui conseille les intervenants dans leurs difficultés quotidiennes. D’un point de vue quantitatif, en 2000, à Efferv’jeunes, la file active (nombre de jeunes contactés sur le terrain au moins deux fois dans l’année) est de 259 jeunes dans la rue et de 144 jeunes au local d’accueil. õ Contact, elle est de 281 usagers dans la rue et de 136 au local.

D’une manière générale, comme dans toute action de réduction des risques, on remarque que la confiance est primordiale quand il s’agit d’engager des actions en direction des usagers. Indépendant des institutions policières ou judiciaires, le statut associatif d’Effervescence favorise les contacts avec les usagers de drogues.

Mots-clés

toxicomanie, accès aux soins, drogue, jeune, accompagnement social


, France, Saint Denis, Saint-Ouen

Commentaire

Le stéribox est une trousse de prévention dont le contenu est similaire à celui des kaps. Il a été récemment modifié pour mieux répondre aux risques infectieux du VHC lié au partage du matériel annexe d’injection. Deux récipients de chauffe et de dilution et deux tampons secs ont été ajoutés au contenu antérieur.

Produits psycho-actifs : ce terme regroupe tous les produits ayant une action sur le cerveau. Les produits les plus connus en France sont: l’alcool, le tabac, le cannabis, l’ecstasy, les amphétamines et les drogues de synthèse, la cocaïne, l’héroïne, les médicaments psychotropes, les solvants et certaines substances dopantes.

Notes

Contact : Effervescence, 50 rue Saint-Denis, 93400 Saint-Ouen Tél. : 01 40 11 21 81 Fax : 01 40 12 26 39

Entretien avec THIERY Caroline, le 30/01/2002

Source

Entretien

Profession Banlieue - 15 rue Catulienne, 93200 Saint-Denis, FRANCE - Tél. 33 (0)1 48 09 26 36 - Fax 33 (0)1 48 20 73 88 - France - www.professionbanlieue.org - profession.banlieue (@) wanadoo.fr

contact plan du site mentions légales