español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’action d’une grande association pour la sauvegarde des forêts anciennes

Greenpeace oblige l’entreprise Lapeyre à s’approvisionner en bois certifié

Carmen RAMOS

10 / 2001

L’association Greenpeace, qui assure son indépendance en tirant ses fonds uniquement des cotisations de ses membres, est connue pour ses actions spectaculaires et à caractère médiatique prononcé. Ce type d’actions a-t-il un rôle éducatif vis à vis du grand public ? C’est une question que l’on peut se poser : en ce qui nous concerne, en tant que membres de la communauté éducative en Education pour l’Environnement, dont une des stratégies majeures est de "comprendre pour agir", nous répondrons oui sans hésitation à cette question. Greenpeace fonctionne en effet à l’aide d’une démarche en profondeur et exemplaire sur le plan pragmatique comme nous pouvons le voir à partir du cas exposé ci-dessous.

Pour lutter contre la destruction de forêts anciennes, notamment en Amazonie et au Canada (Colombie britannique), Greenpeace met en cause directement les magasins d’une entreprise (LAPEYRE) qui est "le plus grand revendeur de menuiseries industrielles sur le marché européen et par là-même de bois amazonien" et qui "possède 114 points de vente publics situés en France, en Belgique, en Espagne, en Suisse et dans les Antilles françaises". LAPEYRE vend une large gamme de produits en bois provenant des forêts anciennes d’Amazonie, du Canada, d’Afrique Centrale et du Sud-Est asiatique. Parmi eux, on compte le curupixa et le tauari d’Amazonie, le hemlock des forêts pluviales de Colombie Britannique (Canada), le moabi et le sapelli du bassin du Congo, ainsi que le ramin et le merbau du Sud-Est asiatique. Nombre de ces espèces forestières dont proviennent ces bois figurent sur la liste de l’Union Mondiale pour la Nature (IUCN) comme étant des essences soit vulnérables, soit en danger, soit menacées d’extinction. C’est-à-dire que ces espèces risquent de disparaître à court ou à moyen terme.

L’implication de LAPEYRE dans la destruction des forêts anciennes ne se limite pas à acheter du bois provenant de fournisseurs qui ne se soucient aucunement de la gestion forestière, ou encore de fournisseurs qui opèrent dans l’illégalité ; non, LAPEYRE détient lui-même la compagnie Eldorado, l’un des plus grands exportateurs de bois scié de l’Etat brésilien du Para. LAPEYRE est actuellement le plus grand détaillant de produits ligneux originaires d’Amazonie en France et en Europe et achète la majeure partie de son bois à Eldorado.

Suite à son travail d’investigation, Greenpeace a montré qu’entre 1998 et 1999, près de la moitié des entreprises ayant fourni le bois d’Eldorado pratiquaient illégalement l’exploitation, le transport ou l’entreposage des grumes. Au moins 14 de ces compagnies n’étaient même pas enregistrées à l’IBAMA, l’agence environnementale gouvernementale, ce qui normalement constitue une condition légale de base.

Suite à différentes réunions non fructueuses avec le siège social de LAPEYRE, la stratégie de Greenpeace est alors d’alerter le public et les acheteurs :

"28 avril 2000. Les activistes de Greenpeace interviennent devant les magasins" de l’entreprise LAPEYRE simultanément dans plusieurs pays d’Europe. A cette occasion "Greenpeace montre qu’en 1998 et 1999 plus de 50 pour cent des fournisseurs de LAPEYRE en Amazonie ont été convaincus de pratiques illégales par les autorités brésiliennes." Greenpeace fait en outre remarquer que cette entreprise "s’était engagée en avril 1999, à indiquer aux consommateurs le nom et la provenance des bois bruts. A cette date (28 avril 2000), à l’exception d’un produit, aucune information ne figure dans leur catalogue."

On voit bien que la stratégie de Greenpeace est d’obliger l’entreprise à réellement s’impliquer, en atteignant son image de marque à divers niveaux. Ainsi le 17 mai 2000, le Directeur de Greenpeace France intervient lors de l’Assemblée Générale annuelle des actionnaires de LAPEYRE pour dénoncer les pratiques du groupe en Amazonie.

La tâche de Greenpeace n’est certes pas facile - rappelons que des militants ont été emprisonnés au Canada pour avoir occupé pacifiquement des chantiers forestiers - mais des résultats sont en vue. Au mois de juin 2000, Greenpeace met en place un Tour de France pour la protection de l’Amazonie. Dans les principales villes françaises, des actions sont menées devant les magasins LAPEYRE mais aussi sur les places publiques où un large public montre son indignation vis à vis des pratiques de cette compagnie en signant massivement la pétition de Greenpeace. Au mois de juillet, Greenpeace empêche le déchargement d’une cargaison de bois illégal destiné à LAPEYRE. Finalement, le " 12 septembre 2000, après des mois de pression, le groupe LAPEYRE s’engage à ne s’approvisionner, à échéance de 2005, qu’en produits venant de forêts certifiées par un organisme indépendant reconnu par Greenpeace ".

Cet engagement concerne l’ensemble des approvisionnement d’Amazonie mais aussi d’Afrique, d’Asie et du Canada. LAPEYRE, leader européen dans le secteur de la menuiserie industrielle et IKEA, leader dans le secteur de l’ameublement, montrent ainsi à l’ensemble de la concurrence la voie de la gestion durable des forêts."

L’action de Greenpeace comporte de multiples aspects qui s’inscrivent bien dans le cadre d’une Education à l’exercice de la Citoyenneté. En visant le grand public en général et en tant que consommateur, cette association cherche bien à rendre les citoyens conscients et actifs. Par ailleurs sa démarche pragmatique est élaborée de la même façon dont procèdent les éducateurs en Education Relative à l’Environnement : analyse de la situation, identification des acteurs et de leur rôle afin de rendre les actions précises et efficaces.

Mots-clés

forêt, bois, commercialisation, industrie, multinationale, éducation à l’environnement, groupe de pression, label éthique, information des consommateurs


, , France

Commentaire

Les aspects médiatiques, surtout connus grâce aux opérations "coup de poing" menés par de courageux militants activistes, correspondent probablement à un des rares moyens de se faire entendre, ceci en prenant en compte l’attitude actuelle générale des médias sur les problèmes d’environnement.

Notes

Les citations entre guillemets correspondent aux extraits de divers documents de diffusion de l’opération forêts, élaborés par Greenpeace.

Source

Rapport

DIRES (Didactique Innovation Recherche en Enseignement Scientifique) - 23 rue des Fossés Saint-Jacques, 75005 Paris, FRANCE - France

contact plan du site mentions légales