español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Les activités et l’organisation de la "Coordination des actions de développement" (CAD) en 1995 dans la Communauté Rurale de Fissel

Sara DIOUF, Benoît LECOMTE

10 / 2001

Sara Diouf, coordinateur de la CAD et Secrétaire Général de l’association paysanne Jig-Jam (Fissel, Sénégal) explique ceci :

1/ Les activités de la CAD.

"La CAD avait une mission d’alimentation de la concertation. Ensuite l’information était également une des missions importantes car pour progresser, tous les acteurs dans la zone doivent être bien informés de tout ce qui se fait dans le cadre du développement pour ensuite donner leur point de vue ou apporter leurs contributions.

Il y avait également une mission d’arbitrage. On avait constaté au moment de l’élaboration du plan des dédoublements d’actions : deux partenaires pouvaient se retrouver dans le même village et faire la même chose. C’est-à-dire qu’ils se retrouvent dans un même village pour forer chacun un puits. Pour nous c’était des énergies éparpillées. Nous étions tous alors convaincus que lorsqu’il y a concertation, il était possible qu’il y ait arbitrage pour voir qui va faire quoi et où, c’était une façon d’harmoniser les interventions au niveau des villages dans l’aire géographique de la communauté rurale.

Il se trouvait même que s’il y avait un conflit ou un désaccord entre acteurs dans la communauté rurale, le cadre avait la mission d’être interpellé pour faciliter le dénouement des choses, essayer de voir comment régler ça à l’amiable et faire l’arbitrage.

La CAD s’occupait aussi du renforcement des initiatives villageoises et communautaires. Ces initiatives pouvaient être des initiatives d’une structure membre de la CAD ou pouvaient être également des initiatives villageoises repérées quelque part et qui méritaient d’être appuyées. A ce moment là, la CAD avait un fonds disponible pour pouvoir les épauler par des crédits.

Il y avait également un autre volet qui était très intéressant, c’est l’intensification de la production. Un autre fonds était destiné à appuyer l’ensemble des actions de production au niveau de la communauté. Et l’ensemble de ces 2 fonds dont je viens de parler étaient constitués des fonds de crédit qui étaient logés au niveau de la CAD.

Un autre volet permettait d’appuyer le conseil rural pour construire des cantines et hangars au marché (pour accroître les recettes fiscales). Là également c’était un volet intéressant qui permettait au conseil rural beaucoup sollicité d’économiser ses ressources propres. Donc, c’était une idée d’appuyer le conseil rural.

Ces volets-là constituaient l’ossature du plan de développement local. Nous prévoyions quelque chose pour appuyer les structures sanitaires et autres telles que l’acquisition d’une ambulance par exemple. D’autres volets contribuaient au fonctionnement de la CAD et d’autres consistaient à faire des investissements (pour la production de ressources propres) pour le cadre de concertation lui-même. Tout cela faisait partie des choses à faire, aujourd’hui faites. La CAD c’était ça : tout le monde se retrouve au niveau du cadre de concertation pour la poursuite d’objectifs concertés et partagés".

2/ L’organisation de la CAD.

"Peut-être que je peux vous parler de l’organisation de la CAD : après l’AG (Assemblée Générale) où chaque structure était représentée par 4 délégués, il y a un comité de pilotage mis en place. Ce comité de pilotage regroupe deux délégués par structure. Le comité de pilotage est composé de différents sous-comités :

- un comité de suivi des activités que le CAD met à la disposition des structures. Chaque structure bien sûr ayant son programme et ayant des activités à réaliser avec autonomie.

- un comité de gestion qui s’occupe de tout ce qui est en gestion financière ou matérielle et qui est du ressort du CAD.

- un comité de crédit parce que les volets crédit demandent une bonne administration, une politique très cohérente.

- un comité de coordination qui s’occupe uniquement de l’administration de la CAD.

C’est comme ça que nous nous sommes structurés, et c’est comme ça également que les choses marchent depuis lors, avec trois différences cependant :

- nous avons désormais retenu l’idée que la CAD doit avoir un comité qui soit uniquement chargé de collecter l’information, de l’ordonner et de la diffuser. Jusqu’alors, c’est le comité de coordination qui en était chargé.

- maintenant, le comité de suivi est présidé par une structure au niveau communautaire qu’on appelle : Comité de Suivi des Projets Villageois (CSPV).

- désormais une structure pilote le comité de crédit : c’est la Fédération des Groupements de Promotion Féminine."

Mots-clés

organisation paysanne, ONG, développement local, planification, crédit, innovation, concertation


, Sénégal, Fissel

Commentaire

Une précise description des tâches et des rôles du Comité de Coordination des Acteurs de Développement qui unit 22 structures (OP, ONG, associations, projets publics) oeuvrant pour le développement de la Communauté Rurale de Fissel.

Notes

Seconde fiche d’une série de 7 concernant la CAD et le développement local dans la zone de Fissel (Sénégal).

Entretien de Sara Diouf réalisé par Benoît Lecomte à Thiès en mars 1999.

Les fiches DPH préparées par l’équipe du GRAD à partir d’interviews auprès de responsables d’organisations paysannes en zone sahélienne, sans cesse renouvelées depuis 1995, sont un instrument commode pour suivre la progression du monde rural de cette région.

Entretien avec DIOUF, Sara, réalisé à Thiès en mars 1999.

Source

Entretien

GRAD (Groupe de Réalisations et d’Animations pour le Développement) - 228 rue du Manet, 74130 Bonneville, FRANCE - Tel 33(0)4 50 97 08 85 - Fax 33(0) 450 25 69 81 - France - www.grad-france.org - grad.fr (@) grad-france.org

contact plan du site mentions légales