español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Martigues met en place un Observatoire Communal de la Santé

Mettre en synergie les compétences des responsables et des résidents locaux pour faire face aux nuisances et pollutions chroniques

Catherine GERMAN LABAUME, Ina RANSON

06 / 2001

Martigues, commune vaste de 7200 hectares, située à l’ouest de la Côte Bleue près du Golfe de Fos, possède une large ouverture sur le milieu aquatique au nord-est (Etang de Berre) et au sud-ouest (la Méditerranée). Ses espaces naturels et ceux des environs ont été gérés avec une vison globale de préservation, dans le cadre de structures intercommunales (Plan Intercommunal d’Aménagement de la Forêt, Parc Marin de la Côte Bleue). Des projets intercommunaux plus récents (contrat de ville Martigues - Port-de-Bouc 2000 - 2006, SIVOM, charte pour l’environnement) répondent au désir de la population de renforcer les actions environnementales, mais aussi sociales, en gardant à l’esprit les réalités du contexte économique. Car Martigues est une commune industrialisée. Elle doit veiller sur les risques que peuvent constituer, pour la santé et pour l’environnement, les industries présentes, en particulier le complexe des entreprises pétrochimiques.

La Ville de Martigues qui souhaite s’engager à terme dans un processus d’agenda 21 est particulièrement attentive à ces questions. C’est pourquoi elle a créé, en 1992, un Observatoire de la Santé.

Articuler santé et environnement

Cet outil s’est donné comme mission d’évaluer le lien entre la santé de la population et son environnement local. Ainsi, à l’échelle de la commune, une mise en réseau d’informations est recherchée, en vue :

  • d’établir un tableau de bord des pathologies professionnelles, en particulier de 7 pathologies prioritaires, " produites " par les activités économiques, locales et d’identifier les postes de travail à risques - en termes d’unités géographique, de nature des travaux, de facteurs de risque en cause, de conditions de travail - (tableau de bord diffusé largement auprès de la population, campagnes d’affichage, revue " Médecins à Martigues " éditée chaque semestre, poste de chargé d’information auprès des médecins de la ville, projet de site internet)

  • d’élargir le tableau de bord à l’ensemble des pathologies dont l’origine se situe dans l’environnement local (qualité de l’air, de l’eau, habitat, etc.)

Cette expérience s’appuie sur le travail conduit depuis de longues années dans les Centres de Santé Mutualistes de Martigues et de Port-de-Bouc, gérés par l’Union des Mutuelles de Provence, qui ont construit, à partir de la fréquentation de leurs patients, une banque de données permettant de mettre en évidence bon nombre de situations de travail qui sont nocives ou qui l’ont été dans le passé sur le territoire de la commune.

L’objectif de cet outil est de mettre en relief des situations concrètes qui méritent toute l’attention des décideurs locaux, du corps médical et des citoyens, et suggèrent des réponses positives, tant au niveau individuel que collectif (dépistage précoce, protections individuelles collectives et intégrées, diminution des rejets, produits de substitution, etc.).

Une approche participative, solidaire et préventive

  • participation déjà effective des citoyens qui contribuent à mieux connaître leur environnement général, leurs postes de travail en particulier (à l’échelle de la commune 890 particuliers ont déjà été impliqués et 853 postes de travail " positionnés " sur le terrain) ;

  • participation des médecins, qui contribuent à connaître les atteintes à la santé dues à l’environnement local et alimentent le tableau de bord de l’Observatoire Communale de la Santé ;

  • participation recherchée des entreprises elles-mêmes, qui contribuent à contrôler les sources de nocivité (des postes de travail ont pu déjà être assainis grâce à ce système).

Il repose également sur le principe de solidarité : solidarité à l’égard des victimes de maladie d’origine environnementale (professionnelle en particulier) et de leur famille, et plus largement solidarité avec le monde ouvrier, dont la durée d’espérance de vie plus faible par rapport à celle des catégories supérieures (neuf ans en moyenne) est un fait connu et documenté.

En termes de développement durable, ce projet repose sur une augmentation des investissements réalisés au profit de la prévention, du contrôle et de l’élimination des nuisances, dont on peut attendre qu’elle aura, à terme, comme conséquences :

  • une réduction des coûts humains et des inégalités face aux maladies et accidents causés par le milieu de travail, et plus largement par le milieu construit par l’homme ;

  • une réduction des dépenses inhérentes à l’absentéisme, à la maladie, aux soins, à l’indemnisation des victimes ;

  • une réduction des effets néfastes sur l’environnement local et, plus largement, pour la planète et les générations futures.

Mené actuellement à l’échelle de la commune en partenariat avec l’Union des Mutuelles de Provence, le projet sera élargi à la commune de Port-de-Bouc. Il est prévu de développer la participation non seulement avec les médecins de travail, mais aussi avec les médecins libéraux et hospitaliers. Le champs d’observation sera élargi à l’ensemble des facteurs environnementaux présents sur le territoire concerné (effets de l’air sur la santé, habitat et santé, etc.). L’objectif est que des acteurs aussi divers que les entreprises, la Direction Générale de Travail, l’Assurance Maladie, etc, mettent en synergie leurs compétences pour prévenir les risques sanitaires et nuisances environnementales.

Mots-clés

ville, agenda 21, risque technologique, industrie, santé, santé et environnement, municipalité et société civile


, France, Martigues

dossier

Villes et développement durable : des expériences à échanger

Les Agendas 21 des villes en France

Commentaire

L’initiative de création d’un Observatoire Communal de la Santé est une démarche exemplaire qui devrait être imitée partout où l’on se pose des questions sur les risques que présentent installations industrielles, décharges, sol, air et eau contaminés. L’implication de tous les habitants responsables ou concernés permet de créer les conditions de transparence indispensables pour progresser dans un domaine qui va certainement devenir de plus en plus important au cours des prochaines années.

Notes

Contact : L’auteur de ce texte original est Catherine German-Labaume, responsable de l’Observatoire Communal de la Santé, Mairie de Martigues, avenue Louis Sammut, BP 101, 13692 Martigues cedex, France - Tel : 04 42 44 33 33 / 32 86 - Fax : 04 42 42 06 52 - c.german.labaume@ville-martigues.fr

Source

Texte original

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales