español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La promotion de petites entreprises au Sahel -3-

Le projet de Maradi pour l’emploi et la création de revenus, Care, Niger

Catherine CHAZE

02 / 1993

MARADI est un des principaux centres de commerce frontalier entre Niger et Nigéria. L’accés aux produits nigérians bon marché y a permis une élévation du niveau de vie moyen mais constitue une concurrence sérieuse pour l’artisanat local.

En Décembre 86, un programme d’appui aux artisans ruraux est établi par CARE Niger en collaboration avec le Bureau International du Travail.

Au moment de son lancement, en Juillet 88, le programme est en fait étendu à l’ensemble des activités rémunératrices en milieu rural pour obtenir une meilleure rentabilité de celui-ci.

Les objectifs du projet sont:

- développer l’emploi,

- améliorer les conaissances et la productivité des artisans,

- promouvoir la fabrication locale des biens de consommation courante,

- introduire des techniques de transformation des produits agricoles locaux,

- améliorer les conditions de vie en milieu rual,

- dynamiser l’économie locale et appuyer sa croissance.

Le projet a deux composantes principales:

- une branche technique,

- une branche "crédit" (qui s’occupe également de la formation en gestion).

Tout entrepreneur désirant effectuer un emprunt se rend auprès de l’agence du projet la plus proche. L’agent de terrain s’assure de sa motivation et établit un dossier de prêt analysant les aspects techniques, commerciaux et financiers de l’affaire. Un superviseur du siège rend visite à l’entrepreneur. La décision est prise par une comission d’attribution réunissant tous les mois les principaux responsables du projet.

Une fois le prêt accordé, l’argent est débloqué selon un mécanisme différent selon le montant:

1 - Par la BIAO pour les crédits dépassant 250 000 FCFA (50 FCFA=1 FF)et jusqu’à 3 millions. Les emprunteurs sont soumis aux conditions habituelles de la banque y compris les frais documentaires de 12 000 FCFA et des taux d’intérêt de 15,5 %. Aucun nantissement n’est exigé. Un fonds de garantie alimenté par CARE rembourse les impayés à hauteur de 112 % (durée du prêt: 12 à 20 mois).

2 - Par le projet pour les crédits inférieurs à 250 000 FCFA (taux d’intérêt à 12 %, pas de nantissement, durée du prêt de 5 à 10 mois). Le projet utilise le réseau dense de la Caisse Nationale d’Epargne pour ces opérations.

Dans tous les cas, CARE exige que ses clients fassent un apport personnel en nature ou en espèces représentant au moins 20 % du montant du prêt.

Les agents de terrain rendent visite aux clients une fois par semaine pour vérifier l’état d’avancement de leur projet et les conseiller si nécessaire.

De Juillet 88 à Novembre 89, le projet a accordé 151 prêts aux entreprises par l’intermédiaire de la CNE et 32 ont été financés par la BIAO. (70 % à des artisans, 30 % à des activités commerciales).

Mots-clés

crédit, artisan, entreprise


, Niger, Maradi

Commentaire

Le projet a développé une série de petits prêts peu nombreux mais sains. CARE a bien travaillé en réussissant à impliquer la BIAO grâce à son système de garantie et en utilisant le réseau dense des CNE. Il a bâti deux mécanismes de crédit qui répondent à des besoins différents. Les appuis techniques et la gestion n’ont pas encore trouvé leur place. Le coût des services ramené au nombre de clients est très élevé. La principale faiblesse du projet est l’absence d’orientation nette. Exclusivement destiné à une action sociale au départ, les responsables souhaitent rendre le fonctionnment du projet plus économique afin de lui permettre de devenir autonome.

Source

Rapport

MAC KENZIE, John, OCDE, 1992

CIDR (Centre International de Développement et de Recherche) - 17 rue de l’Hermitage 60350 AUTRECHES - France - Tél. 33(0)3 44 42 71 40 - France - www.cidr.org - groupecidr (@) groupecidr.org

contact plan du site mentions légales