español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Entreprendre en milieu défavorisé -17-

La Self Employed Women Association -SEWA-

Catherine CHAZE

02 / 1993

En Inde, 94% des femmes travaillent dans le secteur non structuré (pas de travail salarié régulier). Leur situation est caractérisée par:

- un niveau de revenu situé en dessous du seuil de pauvreté alors qu’il constitue souvent la seule ressource de la famille,

- un endettement chronique à des taux très élevés auprès d’usuriers tenant à un impossible recours au crédit bancaire,

- un accès difficile et coûteux aux matières premières nécessaires à leurs activités, un équipement traditionnel à productivité limitée exigeant un travail intensif,

- l’abscence de formation,

- l’absence de protection sociale, le difficile accès aux soins médicaux.

Créée initialement à Ahmedabad, en 1972, la Self Employed Women Association a pour objectif la promotion économique et sociale de ces femmes.

1 - LE SYNDICAT

SEWA s’est d’abord constitué comme syndicat luttant pour la reconnaissance du travail de ces femmes et de leurs droits. Il a mobilisé les femmes au sein de groupements syndicaux, organisé des manifestations, présenté un mémorandum auprès de la comission au Plan... Des associations similaires se sont constituées dans d’autres villes. En 1989, au nombre de 10, elles se rassemblent pour exprimer leurs revendications d’une même voix.

2 - UNE ORGANISATION ECONOMIQUE ALTERNATIVE

S’en tenir à une activité purement revendicative risquait de développer une attitude attentiste chez les femmes. Dans chaque secteur d’activité, des coopératives de production, de vente ou de prestations de service se sont greffées sur les organisations syndicales (25 au total). Un bureau a été élu pour chaque coopérative.

La coopérative prospecte des marchés, négocie auprès des employeurs potentiels une rémunération minimum et fournit ainsi un travail régulier, salarié à ses membres (ex: contrat de la coopérative des femmes de ménage avec de grosses entreprises pour le nettoyage des bureaux). En 5 ans, la coopérative doit être autonome et apporter sa contribution financière à l’union syndicale.

3 - UNE BANQUE

SEWA a aussi tenter de jouer le rôle d’intermédiaire entre ses membres et les banques nationales. Ce fut un échec!

Les membres proposent alors de créer leur propre banque. En 1973, 4000 femmes, par le versement de 10 roupies (1 roupie = 0,18 FF)chacune constituent le capital de départ. Avec des procédures adaptées à une clientèle pauvre et analphabète, elle propose aujourd’hui à ses membres les mêmes services qu’une banque ordinaire.

4 - UN SYSTEME DE PROTECTION SOCIALE

Les autres prestations assurées par SEWA sont des centres de santé, un système d’assurance maladie et d’assurance vie, une assistance légale en cas de violence, de divorce...

5 - UN CENTRE DE FORMATION

Il permet aux femmes d’apprendre à exprimer leurs expériences auprès d’autres femmes, d’institutions... (apprentissage des techniques d’expression orale, de vidéo...).

Mots-clés

emploi, coopérative, milieu urbain, épargne, crédit, secteur informel, formation, femme, artisan, commercant, organisation syndicale


, Inde, Ahmedabad

Commentaire

De cette expérience, on retiendra:

1 - Le mouvement populaire sur lequel repose cet outil d’appui aux initiatives économiques au sein du secteur informel. Il est la garantie d’une bonne appropriation de l’outil par la population cible et donc de sa viabilité. Il explique l’aspect " grande famille" de SEWA où membres et employés travaillent sur un pied d’égalité.

2 - L’approche intégrée des problèmes de l’individu qui prend l’initiative économique: prise en compte des risques de la famille comme frein possible à cette initiative et recherche de solutions par combinaison de plusieurs outils.

3 - L’approche en termes d’emploi plus que d’entreprise: la femme membre de SEWA devient en quelque sorte "salariée" de la coopérative plutôt que de fonder sa propre micro-entreprise.

Notes

Fiche réalisée à partir de plusieurs documents de 1984 à 1992

Source

Littérature grise

CIDR

CIDR (Centre International de Développement et de Recherche) - 17 rue de l’Hermitage 60350 AUTRECHES - France - Tél. 33(0)3 44 42 71 40 - France - www.cidr.org - groupecidr (@) groupecidr.org

contact plan du site mentions légales