español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Entreprendre en milieu défavorisé -26-

Appui aux petites entreprises à Madagascar

Catherine CHAZE

06 / 1993

Depuis 3 ans, une centaine d’artisans de la région du Moyen Onilahy, à Madagascar, cherchent à développer leurs activités avec l’appui du CIDR (Centre International de Recherche et de Développement).

Bien que le marché soit porteur localement, bon nombre d’artisans n’avaient pas les fonds de roulement nécessaires pour gérer de manière autonome leurs approvisionnements (en matières premières et petit outillage)et pouvoir répondre à la demande.

1 - L’APPUI FINANCIER.

Le système de crédit court terme en fonds de roulement mis en place a les caractéristiques suivantes:

bénéficiaire: tout artisan du Moyen Onilahy

Procédure:

- préselection des artisans par ceux qui ont déjà bénéficié du crédit

- appui au diagnostic de leur activité et à la formulation de leur projet apporté par le CIDR

- soutenance du dossier de demande de crédit par l’emprunteur devant tous les artisans de sa région déjà associés à la démarche et organisés en associations locales

- décision de crédit conjointe entre artisans du bureau de l’association, animateur et chef de projet

- déblocage des fonds et suivi de gestion des crédits par le projet

- récupération des remboursements par les associations locales et reversement au projet.

Modalités:

- Montants maximum de 500 000 FMG (100 FMG=0,29 FF)

- Durée de 2 à 6 mois

- Remboursements par échéances mensuelles

- Taux de 2 à 3 % par mois selon les associations

- Apports personnels: en espèces ou en nature sans fixation de minimum (apprécié au cas par cas)

- Garanties matérielles et/ou garanties de personnes exigées par l’association.

2 - L’APPUI NON FINANCIER.

Les artisans sont formés et conseillés aux différents stades de la procédure de demande de crédit (accueil, diagnostic de l’activité, élaboration du dossier de prêt, suivi). D’autres actions de promotion ont été entreprises:

- information/prospection extra-régionale (achat/vente à l’extérieur)

- formations technico-économiques ciblées

- innovations techniques (fabrication de matériel agricole)

- identification d’activités nouvelles pour les jeunes

- suivi comptable individualisé

- alphabétisation fonctionnelle

- promotion de l’image de l’artisanat auprès de la population (expositions, boutiques villageoises...).

3 - STRUCTURATION.

Sur environ 300 artisans dans la région, 102 se sont structurés sous forme de 7 associations de 11 membres en moyenne (les associations ne se forment pas autour d’une seule activité artisanale mais regroupent des artisans menant différentes activités: forgeron, menuisier...). Ce mouvement associatif répond très positivement aux besoins des artisans en matière d’insertion sociale et de reconnaissance par la population et par les partenaires de l’environnement.

4 - RESULTATS.

Jusque mi-91, 161 prêts avaient été effectués dont 90 % en fonds de roulement matières premières et 10 % en petit outillage pour un montant moyen de 120 000 FMG.

En 1991, des crédits moyen terme ont été initiés avec 3 artisans (1 à 2 millions de FMG sur 2 ans).

Le taux global de remboursement est de 60 %.

L’impact du projet est significatif:

-hausse des ventes pour 73 % des artisans,

- amélioration de la situation familiale pour 86 %,

- modification des techniques de production,

- création de nouveaux produits.

Mots-clés

crédit, artisan, création d’entreprise, entreprise, entrepreneur


, Madagascar, Moyen Onilahy

Commentaire

Constituées dans un objectif de reconaissance sociale, les associations n’étaient pas suffisamment solidaires pour gérer les crédits et assurer de bons remboursements. Les crédits ont parfois été détournés de leur objet: funérailles, nourriture (insuffisante prise en compte de l’environnement familial par le projet). Etant donné le taux d’analphabétisme élevé et le faible volume d’activités des artisans, seuls une quinzaine d’artisans "entrepreneurs" ont tiré un réel bénéfice de certains appuis en formation (suivi comptable individualisé, formation en gestion...). Le CIDR a aujourd’hui réorienté son action vers un public cible plus large que les artisans avec une approche par famille (crédit à des groupes de familles réellement solidaires, formation à la gestion du budget familial)plutôt que par individu/activité.

Source

Littérature grise

CIDR

CIDR (Centre International de Développement et de Recherche) - 17 rue de l’Hermitage 60350 AUTRECHES - France - Tél. 33(0)3 44 42 71 40 - France - www.cidr.org - groupecidr (@) groupecidr.org

contact plan du site mentions légales