español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Entreprendre en milieu défavorisé -32-

La Maison de l’Entrepreneur, conditions de réussite

Catherine CHAZE

04 / 1993

La Maison de l’Entrepreneur est un outil créé par le CIDR sur la base de deux expériences menées depuis 1988 en Guinée Forestière dans les préfectures de Macenta et N’Zérékoré. Après de multiples tatonnements et révisions, l’outil est aujourd’hui considéré comme élaboré, testé et pouvant être diffusé. Les acquis des deux expériences et les écarts au niveau des résultats obtenus entre les deux préfectures ont permis d’identifier quelques conditions de succés d’une Maison de l’Entrepreneur.

1 - LES CONDITIONS SOCIO ECONOMIQUES FAVORABLES A L’IMPLANTATION D’UNE MAISON DE L’ENTREPRENEUR

A - La Maison de l’Entrepreneur est conçue comme une entreprise privée de services. Elle doit donc s’implanter dans un milieu où le marché de la formation-accompagnement est porteur, un milieu où il existe une dynamique d’entreprise. L’expérience guinéenne montre qu’une forte population urbaine et des marchés locaux importants sont des facteurs favorables au développement de cette dynamique, de même que l’ouverture sur des régions ou pays voisins. L’afflux de réfugiés libériens a également été un facteur favorable, le migrant semblant plus entreprenant que l’autochtone.

B - La présence de véritables organisations interprofessionnelles ou d’autres formes de solidarité permet à terme une meilleure implication des bénficiaires dans la promotion de la Maison de l’Entrepreneur. Les solidarités ou organisations peuvent également servir de base pour la création d’outils financiers alternatifs, de mutuelles " coups durs" qui sont un complément indispensable à l’action de la ME.

C - Le rayon géographique de la Maison de l’Entrepreneur doit être dimensionné pour lui offrir un volume d’activités suffisant et durable d’une part et pour avoir un impact régional à terme. Cependant, l’organisation de la Maison de l’Entrepreneur doit permettre également des coûts de déplacement limités au maximum et une bonne accessibilité géographique pour lrs clients.

D - La présence de partenaires administratifs, financiers et techniques prêts à collaborer est une condition indispensable à l’implantation réussie d’une Maison de l’Entrepreneur.

- l’absence de circuits financiers adaptés aux besoins des artisans et petits entrepreneurs et le refus de collaborer de la BICIGUI furent parmi les principaux facteurs limitants de l’implantation d’une Maison de l’Entrepreneur à Macenta. L’absence de suivi technique des projets initiés par les petits entrepreneurs peut remettre en cause l’efficacité du suivi de gestion. Pour se développer et avoir un impact régional, la Maison de l’Entrepreneur doit pouvoir travailler de manière suivie et régulière avec les différents services techniques existants.

- En outre, ces différents partenaires peuvent être de possibles prescripteurs pour la Maison de l’Entrepreneur en lui demandant d’assurer la formation des publics qu’ils appuient (paysans, femmes...).

2 - LES CONDITIONS INTERNES A LA MAISON DE L’ENTREPRENEUR

A - L’approche méthodologique d’implantation doit être différente d’une approche projet qui positionnerait les animateurs comme des salariés de ce projet. Les conseillers-formateurs doivent être immédiatement positionnés comme des "entrepreneurs-créateurs d’une Maison de l’Entrepreneur"

B - La Maison de l’Entrepreneur doit avoir un règlement intérieur et un statut juridique reconnu. Le règlement intérieur doit définir précisément les acteurs impliqués dans la Maison de l’Entrepreneur, leurs rôles respectifs (membre, salarié...), les modalités de gestion, de décision et de contrôle. Le statut doit être juridiquement reconnu et favoriser la Maison de l’Entrepreneur dans ses relations avec l’extérieur.

C - Le personnel recruté doit avoir un minimum de bases théoriques en gestion, le complément de formation étant apporté par l’opérateur extérieur " sur le terrain". On distinguera deux niveaux: - compétences pour assurer les prestations aux entrepreneurs (ensemble des conseillers formateurs),

- compétences pour adapter, concevoir les produits de formation et gérer la Maison de l’Entrepreneur (un ou deux cadres régionaux).

D - Les prestations doivent être facturées en recherchant un juste équilibre entre leur coût de revient et la solvabilité des clients afin que le fonctionnement soit couvert par les ressources propres. La valorisation du patrimoine ou des compétences de la ME à l’extérieur peut de manière ponctuelle, constituer un apport de fonds contribuant à l’autofinancement de la structure.

Mots-clés

entreprise, entrepreneur, création d’entreprise, crédit, formation, organisation socioprofessionnelle, caution mutuelle


, Guinée, Guinée forestière

Commentaire

Les conditions de réussite d’une Maison de l’Entrepreneur énumérées ici sont issues de l’expérience menée par le CIDR entre 1988 et 1992. Il sera intéressant de suivre le projet dans sa phase finale (93 - 96)pour valider entièrement ces hypothèses. D’autre part, une rencontre avec des personnes/organismes expérimentés dans l’appui aux petites entreprises permettrait une confrontation avec d’autres expériences et un véritable travail de capitalisation sur le sujet.

Source

Littérature grise

CIDR

CIDR (Centre International de Développement et de Recherche) - 17 rue de l’Hermitage 60350 AUTRECHES - France - Tél. 33(0)3 44 42 71 40 - France - www.cidr.org - groupecidr (@) groupecidr.org

contact plan du site mentions légales