español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Eléments de la trajectoire et principes méthodologiques du CEDAL

Henryane de CHAPONAY

1993

C’est dans le contexte de répression des années 1975 que les fondateurs du Centre d’étude du développement en Amérique latine (CEDAL)élaborèrent un document de travail pour systématiser un ensemble de pratiques sociales et éducatives/observées dans toute l’Amérique latine de 1970 à 1974 : "Qu’est-ce que l’animation ?" Du débat que suscita ce document émergea l’idée de créer un espace de rencontre et de réflexion permettant de confronter entre elles des pratiques d’éducation populaire et d’organisations sociales, syndicales et associatives. L’important était, nous semblait-il, de permettre de mieux saisir la dimension des enjeux internationaux et de comprendre le substrat historique dans lequel s’élaborait le mouvement des idées qui agitaient les débats entre tendances idéologiques prônant la transformation sociale. L’Europe offrait cet espace. C’est ainsi que le CEDAL vit le jour d’emblée dans la perspective d’une solidarité entre acteurs latino-américains et européens. Trois notions complémentaires ont été à la base de ses activités:

-L’animation : une démarche permanente de repérage des initiatives intéressantes pour les confronter entre elles à travers les rencontres humaines; faire circuler, s’échanger pour s’enrichir mutuellement, les idées et les expériences dont les personnes sont porteuses; en un mot, privilégier les acteurs;

- Le réseau : s’organiser pour communiquer en fonction de valeurs et d’objectifs communs, afin de réaliser ensemble des tâches de réflexion, d’information, de provoquer et organiser des débats concernant à la fois les pratiques et expériences en cours et leur significaiton face aux enjeux de société;

- L’autoformation : une approche éducative qui s’enracine dans la capacité des personnes à développer leur propre réflexion et leur sens d’observation à partir du choc de la rencontre d’autres réalités, cultures et expériences, et de la "convivencia" existentielle avec d’autres personnes.

Le pari fut alors d’enraciner prioritairement ce travail dans la confrontation d’expériences organisationnelles et promotionnelles de milieux populaires engagés dans la lutte sociale et le développement. La préparation, la confrontation et le suivi de ces échanges ont représenté la matière première du processus de formation et autoformation. En effet, ces échanges furent conçus comme stratégies de formation (cf. Echanger, confronter, se former : un défi permanent dans l’aventure du développement. Critères et outils d’une méthodologie participative. CEDAL, Paris 1991), faisant alterner temps de visite sur le terrain et temps de travail en salle.

A travers ces échanges, nous avons toujours cherché à lier l’expérience personnelle et collective au niveau local avec une perception plus globale des problèmes nationaux et internationaux. D’autre part, ces stages-rencontres, se situant dans la vie active des participants, ont toujours été courts (maximum un mois)mais intensifs, précédés d’un travail personnel et institutionnel de préparation, et suivis d’évaluations et publications systématiques de comptes rendus de stages.

Tout au long de ces années, au fur et à mesure de l’évaluation de ces différents temps de formation par l’échange mutuel, que ce soit en Amérique latine ou en Europe du Sud, un capital de connaissances et d’expériences s’est constitué, qui permet aujourd’hui d’en exploiter et affiner les enseignements pour mieux les socialiser.

Principes méthodologiques du CEDAL:

-Ne jamais agir seuls, mais chercher les compétences complémentaires qui peuvent, réunies, créer des synergies et permettre d’accumuler des forces;

-Travailler constamment dans la perspective d’innover, évaluer et reformuler des contenus et des méthodes pédagogiques susceptibles d’activer la démocratisation des rapports, la participation aux responsabilités et l’apport créatif de tous;

-Se saisir constamment de l’histoire vécue pour en tirer les enseignements et creuser les notions de processus et de durée dans les activités de formation et de développement;

-Identifier et mettre en contact les acteurs individuels et collectifs les plus révélateurs dans différents pays et secteurs, afin de faire circuler les idées stimulantes et découvrir les pratiques porteuses de nouveaux rapports sociaux;

-Chercher à produire, communiquer et diffuser le plus largement possible tous les éléments de connaissance utiles pour innover et consolider les pratiques sociales, en cherchant les articulations possibles entre les expériences micro et macro.

Mots-clés

méthodologie, méthode pédagogique, éducation populaire, formation, diffusion de l’information


, Amérique Latine, Europe

Commentaire

Le CEDAL s’est ainsi constitué en une "unité d’animation et d’appui méthodologique" au service de réseaux de partenaires différenciés. Par la mise en relation de dufférents acteurs individuels et collectifs, il joue un rôle de médiateur social au niveau international, et même souvent au niveau national.

Source

Présentation d’organisme

CHAPONAY, Henryane de, CEDAL FRANCE=CENTRE D'ETUDE DU DEVELOPPEMENT EN AMERIQUE LATINE

CEDAL FRANCE (Centre d’Etude du Développement en Amérique Latine) - France - cedal (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales