español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

PIVOD, Prospective - Innovation - Valorisation -Opportunité - Disponibilité

Des retraités apportent leur aide à la création de micro entreprises -2-

Valérie BERTRAND

1993

PIVOD est une association loi 1901, sans but lucratif, créée en 1986 à l’initiative du Centre de Volontariat. Cette association est composée d’environ 80 adhérents bénévoles, tous préretraités ou retraités (de profils professionnels divers: informaticiens, gérants d’entreprises, chercheurs, ingénieurs...)dont une quinzaine y travaille régulièrement.

Au départ, cette association avait pour objectif de s’occuper essentiellement d’études spéciales et d’intervention à la demande. Ces études devaient être payantes et porter sur des sujets socio-économiques (enquêtes sur les gisements d’emplois, aide à la définition de programmes de formation...). Son action devait aussi porter dans une moindre mesure sur une aide gratuite à la création de micro-entreprises. Cependant, cette stratégie n’a pu se développer, PIVOD étant davantage sollicité pour l’aide aux personnes défavorisées que pour des études. L’accroissement du taux de chômage a contribué à faire connaître PIVOD comme une association de soutien et de conseil à la micro-entreprise. En effet, depuis sa création, PIVOD est passé de 5 demandes de conseil par mois à 122 pour le mois de février 1993.

Cette association propose des conseils variés (finances, comptabilité, gestion administrative...)

Ses membres ne font pas d’étude de marché, mais examinent les motivations et les projets du client, aident à les formuler (au cours d’un entretien particulier)et le dirigent vers un bureau d’étude. La Junior Entreprise de l’ESCP (Ecole Supérieure de Commerce de Paris), qui est membre du conseil d’administration de PIVOD, peut effectuer ces études payantes et est souvent conseillée aux créateurs par PIVOD . Certains demandeurs, qui en ont les capacités, élaborent eux-mêmes cette étude de marché.

Pour obtenir des subventions, PIVOD oriente ces bénéficiaires vers la DDTE (Direction Départementale du Travail et de l’Emploi). Celles-ci seront uniquement versées une fois l’étude créée.

Le rôle de PIVOD est de conseiller, mais il se refuse à faire les démarches administratives à la place du client. Il effectue très peu de suivi. Il a été établi un suivi, mais de manière sélective, s’adressant aux personnes les plus susceptibles de créer leur entreprise. Quant aux entreprises effectivement créées, le suivi n’existe pas. PIVOD n’ayant pas une participation directe dans l’entreprise créée, le contact est vite rompu et le bénéficiaire ne rappelle qu’en cas de problèmes.

Les conseils de PIVOD sont offerts gratuitement à toutes personnes ayant élaboré un projet de création d’entreprise. 1.071 personnes ont été reçues en 1992 et sur les six derniers mois 11 % ont donné lieu à des créations d’entreprises. PIVOD ne peut donner de chiffre concernant les taux de réussite ou d’échec de ces entreprises. Pour ses membres, les principales causes d’échecs sont dues au manque de clairvoyance quant au rôle de l’entrepreneur, aussi bien au niveau relationnel qu’au niveau des diverses capacités nécessaires en matière de gestion, comptabilité, commerce...; à une mauvaise étude de marché ou à un créneau mal choisi; à l’incapacité d’écouter et de mettre en pratique les conseils donnés par PIVOD. Son public est constitué pour 2/3 d’hommes et 1/3 de femmes, généralement des chômeurs (envoyés souvent par l’ANPE). 60% d’entre eux appartiennent à la classe d’âge de 30-50 ans. De plus, beaucoup ont des problèmes d’ordre relationnel (ex. : difficulté pour rentrer dans une hiérarchie professionnelle). PIVOD se finance pour une faible part grâce à des études demandées essentiellement par des collectivités locales. Dès le début de son activité, PIVOD a reçu l’appui de la Fondation de France. Entre temps, sont venus s’ajouter les appuis de divers services publics, notamment la Délégation à l’Economie Sociale, la Mission pour la Promotion de l’Emploi, le Ministère de la Justice et celui de la Jeunesse et des Sports.

Son administration est assurée par un conseil composé de personnes physiques et de personnes morales, telles que des associations diverses, des caisses de retraite, d’unions professionnelles.

PIVOD n’est pas réellement rattaché à un réseau d’aide financière. Mais il conseille ces bénéficiaires vers des organismes tels que AFACE (Association pour Favoriser la Création d’Entreprises), "Entreprendre en France", Fondation Claude Bourg, Fondation Jacques Douce, CNIDFF (Centre National d’Information et de Documentation des Femmes et des Familles), "Ile des femmes", "Défi Femmes"...

PIVOD ne veut rester qu’un conseiller et ne prétend en aucun cas faire "des miracles" ou trouver des emplois.

Mots-clés

assistance technique, structure d’appui, association, solidarité, projet de développement, création d’entreprise, chômage, insertion sociale


, France

Notes

Entretien avec Mr. Buechler, le 9 mars 1993,/Paris.

Source

Entretien

FAUVINET,Claire; BERTRAND, Valérie, CEDAL FRANCE=CENTRE D'ETUDE DU DEVELOPPEMENT EN AMERIQUE LATINE

CEDAL FRANCE (Centre d’Etude du Développement en Amérique Latine) - France - cedal (@) globenet.org

contact plan du site mentions légales