español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La réhabilitation du quartier Mermoz à Lyon 8è : des interrogations

Paul DALMAS ALFONSI

12 / 1993

L’exemple illustre la relation entre projet urbain et réhabilitation. Pour ces deux approches, l’insuffisance de cohérence dans le temps et les responsabilités réduit les effets d’un investissement loud destiné à la remise en état du patrimoine bâti. La satisfaction des locataires est occultée par l’effet négatif des méthodes de travail et les ratés de la gestion quotidienne. Ce constat ouvre sur autant de questions théoriques et pratiques.

1. Continuité, discontinuité, mémoire

Comment gérer sur l’ensemble d’un quartier des interventions échelonnées dans le temps, permettant des améliorations progressives ? Commen assurer la continuité d’une intervention sur une longue période, en tenant compte à la fois des expériences acquises et du changement des responsables ?

2. Sens duprojet, système de décision, satisfaction des locataires

Coment, vis-à-àvis des locataires, définir les enjeux stratégiques de la réhabilitation à moyen terme et notamment ses effets sur le peuplement futur ? Comment concilier ces enjeux avec la satisfaction des besoins quotidiens ? Jusqu’où conjuguer des interventions sur l’enveloppe extérieure et sur l’intérieur des logements ?

3. Relations entre projet urbain et réhabilitation des logements

Comment associer la cohérence dans le temps et dans l’espace des programmes de réhabilitation sur le bâti et sur les espaces de proximité ? Comment conjuger requalification du quartier, projet urbain à moyen terme et programme de réhabilitation susceptible de répondre aux attentes des locataires actuels et futurs ? Comment susciter auprès des élus un système de décision plus transparent et plus efficace ?

4. "Comment faire" prend le pas sur "quoi faire"

Quel processus de management à mettre en place pour assurer à la fois l’amélioration de la vie quotidienne et la transformation à moyen terme, entretien quotidien et travaux lourds ? Comment adapter les modalités de financement de la réhabilitation pour répondre à ce double objectif ? Comment distinguer,dans la relation avec les locataires, les sujets sur lesquels leurs choix restent ouverts et possibles et ceux qui concernent l’intérêt public et qui relèvent d’une décision politique ?

Mots-clés

logement, logement social, réhabilitation de l’habitat, financement du logement, aménagement urbain


, France, Lyon, Rhône-Alpes

Notes

Cette fiche a été réalisée dans le cadre de l’évaluation de la politique de réhabilitation du logement social, animée par la Direction de l’Habitat et de la Construction du Ministère de l’Equipement, du Logement et des Transports, Arche de la Défense, Paroi Sud, 92055 Paris-La Défense Cedex O4.

Source

Littérature grise

DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'EQUIPEMENT DU RHONE (DDE 69); GROUPE LOCAL D'EVALUATION DE LA REHABILITATION DE LYON (France)

CEDIDELP (Centre de Documentation Internationale pour le Développement les Libertés et la Paix) - 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris, FRANCE - Tel 33 (0) 1 40 09 15 81 - France - www.ritimo.org/cedidelp - cedidelp (@) ritimo.org

contact plan du site mentions légales