español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Coopérative d’arts graphiques pour l’insertion professionnelle de jeunes sourds-muets (Municipalité de Argyroupolis)

04 / 1993

Dans le cadre du projet "Pauvreté 3" qui se réalise dans la Municipalité de Argyroupolis (30.000 personnes)et dont l’exécution a été confiée à la coopérative "Praxis Research", parmi les initiatives qui visent l’intégration économique et sociale des groupes défavorisés il y a une "Coopérative d’arts graphiques" qui a été conçue par l’équipe du projet pour permettre à des jeunes sourds-muets de créer leur propre emploi.

La coopérative se compose de 10 personnes, dont 7 handicapés et 3 jeunes chômeurs. Tous participent à la gestion des activités; cependant il semble que les relations entre les deux catégories ne soient pas des plus faciles. Il y a ainsi des tensions non résolues qui entravent quelque peu la bonne marche du travail.

Les activités de la coopérative sont apparemment rentables, sur le plan économique. En réalité, les composantes subventionnées sont si importantes qu’il est difficile d’évaluer le réel degré de rentabilité économique de l’entreprise. Et de toute façon ce type de calcul ne paraît pas être une priorité pour le projet, qui a une visée avant tout sociale.

Les domaines dans lesquels la coopérative est assistée sont les suivants:

- les équipements ont été fournis par le projet à titre de prêt sans intérêt sur 3 ans. On n’a cependant pas l’impression que les responsables du projet s’attendent vraiment à un remboursement. D’ailleurs il n’y a pas de schéma de recouvrement, de calculs d’amortissement, etc. Les jeunes, de leur côté, surtout les handicapés et plus encore leurs parents, pensent que cela leur est dû, du fait de leur handicap;

- le loyer est fortement subventionné par la Municipalité;

- le marché est protégé: en effet, les commandes proviennent surtout des municipalités ou du projet;

- les membres de la coopérative peuvent compter sur un appui soutenu et continu (technicque, administratif, psychologique, etc)de la part de l’équipe du projet, ce qui évidemment constitue un coût qui n’est pas pris en compte dans la comptabilité de l’entreprise.

L’évaluateur du projet affirme que le rapport entre l’aspect social et l’aspect économique est approximativement de 70%-30%. Il voudrait ramener ce rapport à 50%.

L’équipe du projet est consciente du fait que des expériences de ce genre sont difficilement réplicables, à moins de disposer de beaucoup de moyens, et affirme que de toute façon on ne pourra pas en promouvoir d’autres dans le cadre du même projet. Cependant, puisque la création de petites entreprises véritablement économiques est vue comme un moyen efficace d’intégration des catégories en difficulté, l’équipe recherche les voies et moyens pour bâtir une stratégie plus efficace pour leur développement, en relation avec EOMMEX, la structure publique de promotion des PME et de l’artisanat qui a un bureau dans le centre multifonctionnel réalisé dans le cadre du projet.

L’obstacle le plus important paraît être ici aussi de type financier: en effet,à part la difficulté d’obtenir un crédit auprès des banques, le coût de l’argent est très élevé (jusqu’à 32% par an). C’est pourquoi la coopérative "Praxis Research" manifeste un vif intérêt pour le secteur du financement alternatif, sur lequel elle voudrait avoir plus d’informations.

Mots-clés

création d’entreprise, financement alternatif, coopérative, gestion d’entreprise, projet de développement, crédit, handicapé, structure d’appui


, Grèce, Athènes

Commentaire

"Praxis Research", la coopérative qui appuie l’expérience présentée, est ouverte à l’innovation et allie le travail sur le terrain avec une action de recherche sur les thèmes du développement local et régional et du housing. Dans ce dernier secteur, ils sont en relation avec des réseaux allemands.En Grèce il sont en relation avec les milieux universitaires qui s’intéressent,entre autre,aux questions du financement alternatif.

Il s’agit sans doute d’un interlocuteur intéressant pour le réseau et intéressé à des contacts internationaux, tant au Nord qu’au Sud.

Notes

M.T. Cobelli a visité la coopérative lors de son séjour en Grèce, en janvier 1993, dans le cadre de la recherche-action "Lutte contre l’exclusion par l’initiative économique".

Source

Entretien

COBELLI, Maria Teresa, IRED NORD

IRED NORD (Innovations et Réseaux pour le Développement) - Via Tacito 10. 00193 ROMA. ITALIA. Tel (19)39 6 320 78 49. Fax (19)39 6 320 81 55. E-mail irednord@geo2.poptel.org.uk - www.ired.org

contact plan du site mentions légales