español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

La culture du cannabis dans les îles de Gambie

04 / 1994

Pour les paysans qui habitent les îles situées à l’embouchure du fleuve Gambie, la récolte de printemps du cannabis est un élément décisif de l’économie familiale. La vente de la marijuana rapporte à chaque famille, en fonction de son importance et de ses besoins, de 2 000 à 5 000 dalasies (de 1 150 francs à 2 850 francs, au cours d’avril l994). Les cultures de riz et de légumes sont destinées à l’alimentation et, depuis l973, celle de l’arachide, du fait de la médiocrité des rendements, a été abandonnée au profit du chanvre indien. Dans l’île où s’est rendu le correspondant de l’OGD et dont il a ramené également des témoignages photographiques, quinze familles en avaient planté une quarantaine d’hectares récoltés en février-mars. En mai, les villageois sèmeront une deuxième fois pour récolter en décembre. Le kilo de marijuana, en 1994, leur est payé sur place, par des commerçants, entre 45 et 55 francs. Il sera revendu 5 à 6 fois plus cher à Banjul, la capitale, ou à Kaolak (Sénégal). La police ne s’aventure pas dans les îles et se laisse aisément acheter par les intermédiaires. Cela explique sans doute que les saisies de marijuana, également produite à l’intérieur du pays le long des deux rives du fleuve Gambie, n’ont été officiellement, de janvier à mars l993, que de 371 kilos. La drogue est exportée en pirogue ou en bâteaux de pêche, le long des côtes, jusqu’aux petits ports du Sénégal d’où elle est expédiée à Dakar ou en Mauritanie. Une partie de cette herbe est également destinée aux touristes -principalement originaires des pays scandinaves- qui représentent la seconde source de devises du pays (13% du PIB)et ne font l’objet d’aucun contrôle de la part des autorités. Par la suite, les contacts établis avec des routards venus chercher en Gambie soleil, sexe et drogue, ont incité les Gambiens à développer une filière d’exportation d’héroïne et de cocaïne vers les pays scandinaves. Ils se fournissent au Nigéria et font transiter la marchandise via la Tunisie, la Turquie et la Grèce.

Mots-clés

agriculture illicite, trafic de drogue, cannabis, drogue


, Afrique, Gambie, Nigéria, Tunisie, Turquie, Grèce

Commentaire

Cet exemple précis illustre le fait que les cultures de cannabis se développent dans tous les pays d’Afrique de l’Ouest. Cette situation est la conséquence de l’appauvrissement de la paysannerie, de la baisse constante du coût des matières premières et des effets des ajustements structurels

Source

Autre

SAMBUJA, Sam, OGD=OBSERVATOIRE GEOPOLITIQUE DES DROGUES

OGD (Observatoire Géopolitique des Drogues) - France

contact plan du site mentions légales