español   français   english   português

dph participe la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

Un nouvel espace pour la cocaïne au Brésil

05 / 1994

Les statistiques, fournies par le département de la police fédérale, concernant les saisies de cocaïne, suggèrent un développement important du trafic de transit sur le territoire brésilien : elles sont passées de 2,2 tonnes en l992 à près de 7 tonnes en l993. Le record en la matière a été une saisie de 7 tonnes de cocaïne en juin 1994. En ordre d’importance après cette saisie record, la plus importante saisie avait été de 2,1 tonnes de cocaïne, début 1993, à Porto Alegre en provenance de Bolivie. La drogue était en cours de conditionnement pour être envoyée en Europe, par le port de Rio Grande. Cette affaire, confirmait entre autres, qu’en matière de drogue, la Bolivie est intégrée au territoire du Brésil auquel elle fournit, soit de la base de cocaïne destinée à être transformée, soit le produit fini lui-même. L’autre source d’approvisionnement est la Colombie (La Dépêche Internationale des Drogues n°21). Le grand trafic de transit des versants orientaux de la cordillères des Andes à la côte atlantique a d’importantes retombées locales comme en témoigne l’effondrement des prix au consommateur. Le rapport entre le prix du gramme à Cochabamba (capitale du département où se trouvent les plus importantes zones de production)et à Rio de Janeiro était de 1 à 20 à l970 (2 et 40 dollars); de 1 à 10 au début des années quatre-vingt (2 et 20 dollars), pour devenir de 1 à 2 au début de l’année l994 (de 5 à 10 dollars). La cocaïne n’a jamais été aussi bon marché, abondante et pure, au Brésil. Le résultat a été, particulièrement dans les milieux populaires, un glissement massif de la consommation de la marijuana et des amphétamines vers celle de la cocaïne. Bien qu’il existe, contrairement au reste de l’Amérique latine, «une culture» de l’usage de la seringue, ce changement n’a pas été accompagné d’une prise de conscience des dangers. Là où la cocaïne a remplacé les amphétamines, les usagers ont dû pratiquer des injections plus fréquentes, car ses effets sont plus brefs. Bien que les seringues soient très accessibles et bon marché, leur prix reste souvent plus élevé que celui de la drogue elle-même. Le résultat est que le sida se répand très rapidement parmi les usagers de drogues même si les rapports sexuels sont de très loin la cause principale de sa propagation. Les effets de l’ignorance des consommateurs se sont manifestés également avec l’arrivée récente sur le marché des grandes villes de grandes quantités de pâte et de base «lavée» de cocaïne. Du fait de son prix très accessible, cette drogue, contenant un fort taux d’impuretés toxiques, appelée pedra (caillou), s’est ouvert un vaste marché. Certains novices broient grossièrement ce produit pour le sniffer tandis que d’autres ont appris à le fumer. La fascination pour le modèle nord-américain fait que ce produit est à tort appelé crack. Le commerce de la cocaïne est un élément aggravant d’une criminalité déjà considérable au Brésil. Pour ne prendre que ces manifestations les plus récentes et les plus spectaculaires, en octobre l993, huit trafiquants ont été tués au cours d’affrontements entre bandes à Rio. Le 9 janvier, la guerre entre groupes rivaux dans les favelas de Acari et Jorge Turco toujours à Rio, a fait douze victimes. Quelques jours plus tôt, trente trafiquants de drogue liés au Commando Vermelho (Commandement rouge), la plus puissante organisationcriminelle du Brésil, ont attaqué à l’aube un commissariat de la zone nord de Rio et libéré 38 détenus parmi lesquels Luis Carlos Gonçalvez, le numéro 2 du trafic de drogue du bidonville (favela)de Vigario Geral (zone nord de Rio)qui allait être transféré le jour suivant dans une prison de haute sécurité. C’est dans cette favela qu’en août l993, une trentaine de policiers militaires qui voulaient venger la mort de quatre policiers tués par les trafiquants de drogues, ont abattu, de sang-froid, 21 habitants

Mots-clés

consommation de drogue, prix, délinquance, circuit de distribution, cocaïne, drogue, trafiquant


, Brésil, Bolivie, Colombie, Rio de Janeiro

Commentaire

Le cas du Brésil est à rapprocher de celui du Pakistan où le marché intérieur absorbe 80 tonnes d’héroïne pure alors que les exportations ne dépassent pas une trentaine de tonnes. Ce pays connaît 1,5 millions d’héroïnomanes qui paient le gramme de cette drogue 2 dollars. Les sommes générées par le marché intérieur s’élèvent à 1,2 milliard de dollars. Le marché intérieur brésilien peut se révéler attractif pour les trafiquants latino-américains qui pourraient trouver là un moyen d’écouler leurs surplus actuels.

Notes

NATURE = ENQUETE

Source

Autre

HENMANN, Antony, OGD=OBSERVATOIRE GEOPOLITIQUE DES DROGUES

OGD (Observatoire Géopolitique des Drogues) - France

contact plan du site mentions légales