español   français   english   português

dph participe à la coredem
fr.coredem.info

rechercher
...
dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale

L’abondance de richesses pourrait saccager l’environnement japonais

Mohamed Larbi BOUGUERRA

05 / 1994

Les succès économiques nippons provoquent de sérieux problèmes environnementaux qui ont pour origine, non la pollution industrielle, mais les trop nombreux golfeurs, skieurs et propriétaires de résidences secondaires. D’après un rapport émanant de l’OCDE- suite à la visite de l’archipel par des spécialistes étrangers des questions environnementales- les premiers succès du pays dans la lutte contre la pollution sont à présent menacés par des modes de consommation dominées par un gaspillage croissant. Le rapport n’en crédite pas moins le Japon d’un contrôle efficace de la pollution en période d’expansion économique rapide. En dépit d’une croissance plus rapide que celle de tous les pays de l’OCDE au cours des deux dernières décennies, le Japon a réalisé une "remarquable" réduction des niveaux d’oxydes de l’azote, de soufre et de carbone note le document. Mais, dans le même temps, ce texte prédit que les problèmes proviendront, à l’avenir, de la trop grande richesse du pays et l’on peut y lire:"Une croissance rapide des activités de tourisme et de loisirs...tend à augmenter..le nombre de résidences secondaires, de terrains de golf et de stations de ski dans des zones particulièrement sensibles sur le plan environnemental, notamment autour des lacs, le long des côtes et dans les montagnes." Les problèmes de pollution et déchets augmentent eux aussi car le pays dépend de plus en plus des voitures et des marchandises emballées. Ce qui contribue à accroître la consommation des ressources naturelles. Le traitement des déchets au Japon est le plus coûteux au monde soit près de 2500 FF par an et par personne. Cependant, pour Mme Akiko Domoto, membre du Parlement très attentive aux questions environnementales, le rapport de l’OCDE a "trop ménagé le Japon". Elle critique ses rédacteurs qui- à son avis- n’ont pas assez approfondi les questions et ne se sont pas penchés sur les problèmes les plus sérieux. Elle affirme que le principe "pollueur-payeur" ne fonctionne pas efficacement dans son pays. Dans sa conclusion, le rapport de l’OCDE note que, pour les années 90 et au-delà, le problème du Japon sera de trouver le moyen de réduire les habitudes de consommation "trop gourmandes en ressources naturelles et trop dommageables à l’environnement".

Mots-clés

environnement, consommation, pollution


, Japon

Commentaire

Le rapport est muet sur un point important: l’exportation de la pollution par le Japon dans les pays avoisinants pauvres et la déforestation que sa boulimie de consommation provoque en Indonésie, Thaïlande...Ce pays exporte ses voitures usagées trop polluantes au Népal et en Inde: le rapport est injuste quand il note les succès nippons concernant les oxydes de l’azote etc..si dans le même temps, il omet de faire cette précision. Pour ce qui est des terrains de golf, il faut remarquer que, face aux nuisances occasionnées par ces installations, les Japonais protestent de plus en plus vigoureusement car leurs rivières sont empoisonnées par les herbicides répandus à profusion sur "les greens". Résultat: ces terrains ont émigré à l’étranger.Dommage que le rapport ne mette pas en cause le sacro-saint libéralisme et les forces du marché qui n’ont "ni conscience ni miséricorde " comme dit Octavio Paz. Produire des automobiles en série ou des équipements électroniques est-ce là le but ultime de l’Humanité?

Notes

Titre original : "Good life could ruin Japan’s environment"

Source

Articles et dossiers

HADFIELD, Peter, IPC Magazines Ltd in. NEW SCIENTIST, 1993/12/18 (ANGLETERRE), vol.140 n°1904

contact plan du site mentions légales